Archives par mot-clé : Paris

Colloque – Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

> Livetweet à suivre sur le fil @fabienbp

Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVe siècles av. n.è.)

Jeudi 1er et vendredi 2 juin 2017
INHA, Galerie Colbert
2 rue Vivienne – 75002 Paris


En réunissant la nouvelle génération de chercheurs dont les travaux portent sur les territoires et cultures de l’Italie préromaine, l’objectif de cette première rencontre est de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France, tout en encourageant les échanges et en redonnant une certaine visibilité à cette tradition des études.

Les présentations s’articuleront au gré de quatre grands thèmes :

  • la première journée sera consacrée à l’étude des circulations humaines et matérielles ;
  • l’historiographie et l’histoire des collections, les problématiques liées au fait urbain et à l’architecture funéraire, ou encore la question des espaces et des milieux seront abordées lors de la seconde journée.

Enfin, une table ronde portant sur les définitions plurielles inhérentes au concept d’Italie préromaine clôturera la première journée.

Le programme des rencontres au format PDF

Continuer la lecture de Colloque – Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Colloque : « L’archéologie funéraire en Italie du Sud (fin VIe-début IIIe s. av. J.-C.) »

> Un livetweet du colloque est disponible sur le fil de Klinai (77 tweets résumant rapidement les communications)

Suite à l’affaiblissement progressif des puissances politiques de l’époque archaïque et en amont de l’expansion romaine du IIIe siècle av. J.-­‐C., les Ve et IVe siècles avant notre ère constituent pour l’Italie du Sud une période de mutations politiques, sociales et artistiques dont l’archéologie de la mort offre un témoignage privilégié.

Programme en PDF

La rencontre est divisée en cinq ateliers complémentaires portant sur l’Histoire de l’archéologie funéraire, les Espaces funéraires, les Pratiques funéraires, l’Image en contexte funéraire, et les Nouvelles approches et méthodes concernant l’archéologie funéraire en l’Italie du Sud (archéothanatologie, études du genre, anthropologie physique et culturelle). Les présentations de travaux et les échanges se déroulent en français et en italien. Ils sont présidés et complétés par des spécialistes de la discipline en fonction des thèmes réunis afin d’enrichir le débat et stimuler la réflexion des participants dans leurs travaux de recherche respectifs.

Continuer la lecture de Colloque : « L’archéologie funéraire en Italie du Sud (fin VIe-début IIIe s. av. J.-C.) »

Appel à communications – Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Appel à communications (Paris INHA, 1-2 juin 2017)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Du Bronze récent à la romanisation (XIVème – IVème siècles av. n.è.)

Date limite de soumission : 3 janvier 2017

Pour télécharger l’appel à communications au format PDF, c’est ici : appel_communications_italie_preromaine


En réunissant les doctorants inscrits dans les établissements français ainsi que les jeunes docteurs dont les travaux portent sur l’Italie préromaine (la péninsule et les îles), entre l’âge du Bronze Récent et le début de la romanisation, l’objectif principal  des rencontres est de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France, tout en favorisant la création de liens entre jeunes chercheurs et en stimulant les échanges avec les chercheurs plus confirmés.

Une rencontre transdisciplinaire

Afin de mettre en évidence les passerelles transdisciplinaires qui caractérisent les travaux sur l’Italie préromaine, les présentations pourront relever des différents champs disciplinaires qui contribuent à enrichir ce domaine des études : archéologie, histoire, épigraphie, philologie, numismatique ou encore les géosciences appliquées à l’archéologie et les études d’histoire moderne portant sur le collectionnisme et la réception des découvertes.

Réseau, échanges et réflexions 

En consacrant deux journées consécutives à ces rencontres, l’objectif est de favoriser la création d’un réseau de jeunes chercheurs et de développer les échanges et discussions, entre chaque présentation, avec les chercheurs confirmés invités.

Puisque le programme de ces journées entend aborder, à travers différents prismes, mille ans d’histoire, une table-ronde consacrée à une problématique commune, clôturera ces rencontres.

Revalorisation des études et visibilité

En dressant un état des lieux de la jeune recherche en France, ces journées auront également pour objectif de renouveler les approches et les informations tout en revalorisant une tradition des études qui pâtit, aujourd’hui, d’un nombre réduit d’enseignements.

Un compte-rendu de la rencontre sera diffusé en ligne dans le carnet Hypothèses « Klinai » tandis que les différentes communications feront l’objet d’une publication, sous forme d’articles. La publication des actes de ces rencontres s’inscrira dans une démarche visant à redonner une certaine visibilité aux recherches en cours.


Modalités de soumission des communications

Les communications, d’une durée de 20 minutes, seront suivies d’un temps de discussion.

Elles pourront être faites en français ou en italien.

Les propositions de communication devront comporter :

  • un résumé de l’intervention (250 mots maximum)
  • le titre de la communication
  • le nom et le prénom du ou des intervenants
  • le rattachement administratif du ou des intervenants

La date limite de soumission est fixée au 3 janvier 2017.

Les propositions devront être envoyées à : rencontres.ip@gmail.com

Dans la mesure du possible, les frais de restauration et de déplacement, si nécessaire, des participants pourront être pris en charge.


Lieu, temps et personnes 

Les rencontres se dérouleront à Paris les 1er et  2 juin 2017 à l’INHA (salle G. Vasari, 1er étage).

Les organisatrices : Solène CHEVALIER (doctorante, EPHE, UMR 8546 – AOrOc, équipe « Celtes et Étrusques ») et Ariane HUTEAU (doctorante, Université Paris 1, UMR 7041 – ArScAn, équipe « Archéologies environnementales »).

Le comité scientifiqueStéphane BOURDIN (École française de Rome), Cecilia D’ERCOLE (EHESS, ANHIMA), Laurent HAUMESSER (musée du Louvre), Vincent JOLIVET (CNRS, AOrOc), Alessandro NASO (CNR, ISMA), Francis PROST (Paris 1, ArScAn), Gilles van HEEMS (Lyon 2, HiSoMA) et Stéphane VERGER (EPHE, AOrOc).

 

Les monnaies grecques de la BnF sur Gallica

Les monnaies constituent souvent une source d’information importante pour la recherche sur l’Antiquité. L’accès de plus en plus fréquent aux collections numismatiques en ligne permet de gagner du temps et d’avoir une approche plus systématique. Les bases de données mises en ligne permettent de plus en plus souvent d’accéder à des visuels en haute qualité.

En mai 2012, la Bibliothèque nationale de France a lancé un programme de numérisation de toute sa collection de monnaies grecques (issues du riche département des Monnaies, médailles et antiques), donnant aujourd’hui accès a plus de 90.000 monnaies dans Gallica. La collection de la BnF, dont la constitution remonte au règne de Louis XIV, compte des pièces rares et uniques, sa consultation peut donc s’avérer indispensable pour certains.

[Monnaie de Bruttium. Locres : Statère]
[Monnaie de Bruttium. Locres : Statère]

La collection des « monnaies grecques » rassemble des exemplaires issus de plusieurs centaines d’ateliers monétaires du monde grec (du plus occidental en Espagne au plus oriental, en Bactriane), depuis le VIème siècle avant jusqu’au IIIème siècle après J.-C.

Le moteur de recherche ne permet pas, malheureusement, d’accéder d’un simple « clic » à toutes les monnaies de Grande Grèce, il faut donc soit compiler les 91.622 actuellement en ligne (dans quel cas il vaut mieux aimer les portraits de profils et ne pas être en train de préparer une thèse), soit rechercher une cité (Locres par exemple). Le classement par région peut aussi se révéler utile (avec « Bruttium » par exemple), mais le mot clé « Italie du sud » n’est malheureusement qu’étrangement et sporadiquement employé.

Vous pouvez commencer votre exploration ici : http://tinyurl.com/oee6but

La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la MAE (Nanterre)

La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE) à Nanterre.

Présentation générale de la bibliothèque

Spécialisée en préhistoire et protohistoire, en archéologie et sciences du monde antique et médiéval (jusqu’à l’an 1000), la bibliothèque est née en 1997 du rassemblement de fonds documentaires constitués par plusieurs équipes du CNRS, des Universités de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Des dons importants ont enrichi successivement ses collections : fonds Jacques Tixier, Gilbert Charles-Picard, Annette Laming-Emperaire, Catherine Farizy, René Ginouvès et Lilly Kahil, Jean Perrot, Javier Teixidor, Jean-Claude Gardin, Geneviève Dollfus, Fonds d’assyriologie de Jean Bottéro, Collection d’archéologie orientale et de Protohistoire égéenne de la Bibliothèque de l’Institut Michelet d’Art et d’Archéologie.

La bibliothèque participe au Catalogue Collectif Indexé du réseau national FRANTIQ et au réseau régional Archéologie en Ile-de-France.

Un riche fonds documentaire pour les spécialistes de l’Italie préromaine

Pour les spécialistes de l’Italie préromaine notamment, un grand nombre de périodiques, de monographies et de catalogues d’exposition est en libre accès dans la bibliothèque de la MAE.

Au rayon des périodiques citons, par exemple, les Annali dell’Istituto universitario Orientale di Napoli. Dipartimento di studi del mondo classico e del Mediterraneo antico. Sezione di archeologia e storia antica (avant 1994) devant Annali di archeologia e storia antica avec leur supplément (côte P.32 et P.32S), les Archeologia Classica (côte P.151, abonnement de 1972 à 1997), les Dialoghi di Archeologia (côte P.520, abonnement de 1967 à 1991), les Mélanges de l’École française de Rome – Antiquité (côte P.738, abonnement à partir de 1971), la collection des Monumenti Antichiti (côte P.759, voir en particulier Este I, Pithekoussai, Tombe « principesche » dell’Orientalizzante Antico da Pontecagnano, Veio I. Il sepolcreto di Valle la Fata), les Notizie degli Scavi di Antichità et leur supplément (côte P.257 et P.257S, abonnement à partir de 1947), la collection des PBF (côte P.859, voir en particulier Les spade nell’Italia continentale, I coltelli nell’Italia continentale, Gli spilloni nell’Italia continentale, Le fibule nell’Italia settentrionale, Treibverzierte Bronzerundschilde der italischen Eisenzeit aus Italien und Griechenland), les Scienze dell’Antichità (côte P.1325, abonnement à partir de 2000) ou encore les Studi Etruschi et leur supplément (côte P.1037 et P.1037S, abonnement à partir de 1966).

La bibliothèque est également bien pourvue en catalogues d’expositions et actes de colloque portant sur la culture villanovienne puis étrusque. Une liste complète serait bien trop longue à dresser pour l’auteur de ce texte – et fastidieuse à parcourir pour le lecteur – mais on pourra toutefois citer quelques ouvrages de référence : Continuer la lecture de La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la MAE (Nanterre)