Archives par mot-clé : Grande Grèce

Les collections du Museo Nazionale Jatta (Ruvo di Puglia)

Les quatre salles du Museo Nazionale Jatta, à Ruvo di Puglia, rassemblent l’une des plus impressionnantes collections de vases italiotes. Plus de 2000 objets archéologiques sont conservés depuis deux siècles dans la collection Jatta, dont la plupart sont issus de fouilles à Ruvo ou à proximité de Ruvo.

Ce matériel archéologique a été rassemblé par Giovanni et Giulio Jatta entre 1821 et 1842, puis conservé par Giulia Viesti et son époux Giulio Jatta. C’est cependant leur descendant Giovanni Jatta qui installe la collection dans le nouveau palais familial. Celui-ci est alors l’un des premiers édifices muséaux conçu spécialement pour accueillir des collections archéologiques. Les nombreux héritiers de la famille se montrent par la suite aussi intéressés par ce patrimoine que leurs aïeux, et la collection parvient miraculeusement intacte à l’État italien qui s’en porte acquéreur en 1991 et ouvre le nouveau Musée Archéologique National Jatta dès 1993. Installé dans quatre salles du palais Jatta à Ruvo di Puglia, il s’agit de l’une des rares collections archéologiques privées du XIXe conservées ainsi dans leur muséographie initiale. Continuer la lecture de Les collections du Museo Nazionale Jatta (Ruvo di Puglia)

Magna Grecia Open Data – bilan de la première journée

Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)
Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)

La première journée collaborative du projet Magna Grecia Open Data a eu lieu samedi 14 octobre 2017 en salle Chastel à l’INHA à l’initiative de Martine Denoyelle et Fabien Bièvre-Perrin. Dix spécialistes de la Grande Grèce et Wikipédiens se sont retrouvés de  9h à 18h afin de corriger, améliorer ou créer des contenus Wikipédia sur la Grande Grèce, dans une ambiance à la fois studieuse et détendue qui a permis à certains de s’initier à l’Open Data sur Wikipédia et de faire leurs premiers pas sur l’encyclopédie collaborative. Pour consulter la page du projet, rendez-vous sur Wikipédia ou sur la page Klinai.

Cette édition a permis de corriger et d’enrichir huit pages, d’en créer quatre et d’en traduire une. De nombreuses images ont été versées sur Wikicommons et utilisées sur les pages éditées et créées. Dans le cadre du projet Rubi Antiqua, de nouvelles images seront prochainement versées. Un important travail a également été entamé afin d’indexer les articles concernant la Grande Grèce via le système des catégories. Antoine Courtin et Shonagon ont en outre créé une carte et une frise sur la base de données Wikidata. Une page « projet » est en cours de conception, elle permettra de savoir quel travail a été fait et quel travail il reste à faire (demande de création de pages, de corrections, etc.).

Photographie de C. Molinié

Continuer la lecture de Magna Grecia Open Data – bilan de la première journée

Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

> Suivez le colloque sur Twitter

Le colloque conclusif du programme Rubi antiqua aura lieu à l’INHA (Paris) les 16 et 17 novembre 2017. Plus de trente experts de sept pays différents (Italie, France, Hollande, Suisse, Angleterre, Allemagne, Russie) participeront au colloque : consultants scientifiques du projet, membres de l’équipe Rubi antiqua, historiens et historiens de l’art, archéologues, conservateurs, surintendants et cadres dirigeants du MIBACT (Ministère des biens et des activités culturelles et du tourisme italien), présenteront les différents aspects du projet, ses lignes de recherche, ses résultats et ses objectifs en cours.

Voir le site officiel du projet : http://rubiantiqua.eu/fr/

Ci-joint : affiche et programme du colloque. Continuer la lecture de Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Compte rendu

par Ariane Huteau (doctorante Université Paris 1, UMR 7041. ArScAn) et Solène Chevalier (doctorante EPHE, UMR 8546. AOrOc)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

« Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVsiècles av. n.è.) »
INHA (Paris), 1er et 2 juin 2017

Jeudi 1er juin 2017

Introduction aux rencontres

(S. Chevalier et A. Huteau)

Ce projet d’une rencontre jeunes chercheurs est né du constat que les études portant sur l’Italie préromaine pâtissent aujourd’hui d’un nombre réduit d’enseignements dans les universités françaises, alors que les thèses en cours et celles soutenues ces dernières années, mais aussi les derniers colloques internationaux et programmes de recherche sur l’Italie préromaine, témoignent d’une vitalité notable de ce domaine des études.

En effet, un certain nombre de doctorants et de post-doctorants travaillent sur des problématiques liées à la caractérisation des cultures italiques, aux formes de fréquentations grecques en Italie et aux réseaux précédant la conquête romaine. Les nombreux départs à la retraite d’enseignants-chercheurs ont eu pour conséquence une réduction notable des enseignements sur l’Italie préromaine, qui se maintiennent cependant dans quelques institutions. Plusieurs fouilles programmées sur le territoire italien, et tout particulièrement dans le sud du pays, apportent un certain dynamisme et des données inédites pour une meilleure connaissance du peuplement de cette région : on pourra penser aux fouilles de Siris-Héraklée à Policoro (EPHE et École de spécialisation de Matera, sous la direction de Stéphane Verger), à celles de l’Incoronata (Université Rennes 2, sous la direction de Mario Denti) et de la Civita di Tricarico (Université Paris 1, sous la direction d’Olivier de Cazanove et Stéphane Bourdin) en Basilicate, ainsi qu’à celles de Grotte Scalina dans les environs de Viterbe (UMR 8546 – AOrOc et Surintendance archéologique du Latium et de l’Étrurie méridionale, sous la direction de Vincent Jolivet et Edwige Lovergne). Les thèses en co-tutelle témoignent aussi de ces relations soutenues qui lient les institutions françaises et italiennes.

Pour cette première édition des Rencontres sur l’Italie préromaine, l’objectif était de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France. C’est la raison pour laquelle l’appel à communications était ouvert aux doctorants et post-doctorants rattachés à une institution française. Nous avons ainsi cherché à souligner le dynamisme de la jeune génération, à mettre en évidence des thèmes fédérateurs, à soulever des questionnements nouveaux associés à des réponses originales, et à montrer ainsi que les recherches sur l’Italie préromaine étaient bien vivaces. Continuer la lecture de Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

Article mis à jour le 17/11/17. N’hésitez pas à consulter les commentaires et à en ajouter pour compléter la bibliographie.

Plan :

  1. Famille et société en Grande Grèce
  2. Pistes bibliographiques sur le monde grec
  3. Liens  et autres informations
  4. Texte officiel

La nouvelle question d’Histoire ancienne pour le concours externe du CAPES et pour concours externe de l’agrégation du second degré s’intitule « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C. » (voir le texte de présentation officiel en fin d’article, le site eduscol ou télécharger le PDF pour le CAPES ou l’agreg). Pour le CAPES, seule Rome est prise en compte et non toute l’Italie.

Astyanax, sur les genoux d’Andromaque, face à Hector. Cratère apulien v. 370-360 av. J.-C., Museo Jatta di Ruvo.

Si de nombreux ouvrages et articles ont abordé le sujet ces dernières années (notamment en ce qui concerne le statut de l’enfant),  les publications dédiées à l’Italie du sud et à la Sicile sont rares (surtout en français). Aucune monographie synthétique n’étant disponible sur le sujet pour la Grande Grèce, je vous propose ci-après quelques éléments de synthèse et des suggestions de lecture concernant les Grecs d’Italie, ainsi qu’une bibliographie plus vaste sur l’ensemble du monde grec.

Famille et société en Grande Grèce

Amphora with bridal scenes. South Italian, 360 BC-340 BC.

Les relations qu’entretiennent les Grecs avec les autochtones en Italie du sud sont l’un des ingrédients faisant la spécificité de cette région du monde grec (dans Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, Franco de Angelis compare la situation en Sicile grecque avec celle des cités de Grèce). Deux modèles se rencontrent et se mêlent dans certaines zones, notamment par le biais de mariages mixtes. La cohabitation entre populations n’est pas forcément aisée à démontrée, mais plusieurs archéologues ont mis en évidence des indices très convaincants.

Les fouilles d’habitat ont permis quelques découvertes sur le sujet. On peut lire par exemple Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C. ou les actes de Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia. Dans son compte rendu illustré de nombreuses références et synthétisant les problématiques sous-jacentes, Michel Gras regrettait déjà en 1997 les lacunes concernant les lieux d’habitat, un constat renouvelé en 2017 par Olivier de Cazanove dans son introduction au colloque L’archéologie funéraire en Italie du Sud.

Primato Painter – Lekythos with woman and bird. South Italian, c. 340 BC

Ce sont donc les nécropoles qui offrent le meilleur terrain d’observation pour l’étude des sociétés, notamment des structures familiales. La nécropole de Locres, à propos de laquelle Diego Elia a publié un volume très complet en 2010 (Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti), et celle de Métaponte (The Chora of Metaponto : the necropoleis, Volume I), offrent des témoignages complets et précieux pour aborder la question des structures sociales dans le monde grec d’Italie du sud . Pour le milieu indigène, plusieurs publications abordent ponctuellement ces questions : celle de Maurizio Gualtieri à propos de  Roccagloriosa est particulièrement intéressante (Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study).

Ces dernières années, la place des enfants dans la société a fait l’objet d’une attention toute particulière et plusieurs publications abordant au moins partiellement l’Italie du sud en témoignent (voir notamment les actes des tables rondes L’Enfant et la mort dans l’Antiquité qui regroupent de nombreuses contributions susceptibles d’intéresser les candidats, pour l’Italie du sud comme pour d’autres régions, ainsi que  l’ouvrage édité par Ada Cohen et Jeremy B. Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy). Des ouvrages de synthèse sur l’enfance, comme The Oxford Handbook of Childhood and Education in the Classical World ou A Companion to Families in the Greek and Roman Worlds, font ponctuellement appel à la documentation archéologique italiote.

L’étude de l’architecture funéraire et des kleroi a également permis de mettre en évidence qu’il existait une certaine continuité ainsi qu’une valorisation des ancêtres et de la structure familiale. Enfin, plusieurs articles abordent la question de la famille et de sa représentation dans l’iconographie (voir par exemple Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit troyen ou « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation).

  • Carter, The Chora of Metaponto : the necropoleis, 1998.
  • d’Andria, Mannino, Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia, 1996.  (CR de M. Gras)
  • De Angelis, Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, 2016.
  • Elia, Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti, 2010.
  • Gualtieri, Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study, 1993.
  • Russo Tagliente, Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C., 1992.

Pistes bibliographiques sur le monde grec

Continuer la lecture de Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

Colloque : « L’archéologie funéraire en Italie du Sud (fin VIe-début IIIe s. av. J.-C.) »

> Un livetweet du colloque est disponible sur le fil de Klinai (77 tweets résumant rapidement les communications)

Suite à l’affaiblissement progressif des puissances politiques de l’époque archaïque et en amont de l’expansion romaine du IIIe siècle av. J.-­‐C., les Ve et IVe siècles avant notre ère constituent pour l’Italie du Sud une période de mutations politiques, sociales et artistiques dont l’archéologie de la mort offre un témoignage privilégié.

Programme en PDF

La rencontre est divisée en cinq ateliers complémentaires portant sur l’Histoire de l’archéologie funéraire, les Espaces funéraires, les Pratiques funéraires, l’Image en contexte funéraire, et les Nouvelles approches et méthodes concernant l’archéologie funéraire en l’Italie du Sud (archéothanatologie, études du genre, anthropologie physique et culturelle). Les présentations de travaux et les échanges se déroulent en français et en italien. Ils sont présidés et complétés par des spécialistes de la discipline en fonction des thèmes réunis afin d’enrichir le débat et stimuler la réflexion des participants dans leurs travaux de recherche respectifs.

Continuer la lecture de Colloque : « L’archéologie funéraire en Italie du Sud (fin VIe-début IIIe s. av. J.-C.) »

Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti

Expo, capolavori dell'archeologia Roma 2013Depuis le 20 mai et jusqu’au 5 novembre prochain, à l’occasion des vingt ans de la collaboration entre les Carabinieri, la Guardia di Finanza et la Police d’État italienne, l’exposition « Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti » est installée au Museo Nazionale di Castel Sant’Angelo. Celle-ci met en valeur le travail des différentes institutions de protection des biens artistiques et archéologiques italiens. Toutes les pièces exposées sont en effet issues de fouilles clandestines illégales ou du marché noir, souvent sorties illégalement du pays.

Le parcours muséal permet de découvrir, en même temps que les objets, leur histoire, du saccage des sites archéologiques à leur restitution. Les responsables de l’exposition ont en outre eu l’idée de montrer aux côtés des objets exposés des œuvres similaires de par la technique, le matériau et la chronologie, issues de contextes connus, ayant permis de re-contextualiser le matériel pillé.

L’ensemble du matériel est réparti dans neuf sections thématiques (signalons que la plus grande partie du matériel archéologique exposé appartient à des catégories restreintes, celles qui intéressent le plus les collectionneurs : bronzes, marbres, beaux vases, bijoux…) :

  • Kouroi e korai: simboli dell’aristocrazia
  • Euphronios ed Euthymides e l’invenzione delle figure rosse
  • Acroliti: statue oltre misura
  • Il pensiero e l’azione: filosofi e cittadini
  • I colori del marmo
  • Ceramografi in Magna Grecia: il pittore di Amykos e il pittore di Dario
  • La grande decorazione parietale
  • Sculture e scultori fra Greci e Romani
  • Vincere la palma: corse e aurighi nella Roma imperiale

Du Kouros en marbre de Reggio Calabria au cratère d’Euphronios, un grand nombre d’objets issus de Grande Grèce, habituellement dispersés, sont exposés. L’ouverture du Musée de Reggio étant sans cesse repoussée, certaines pièces sont ici visibles pour la première fois depuis le début des travaux, d’autres, comme celles du Musée de Naples, sont habituellement exposées dans des salles difficiles d’accès. Continuer la lecture de Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti