Les collections du Museo Nazionale Jatta (Ruvo di Puglia)

Les quatre salles du Museo Nazionale Jatta, à Ruvo di Puglia, rassemblent l’une des plus impressionnantes collections de vases italiotes. Plus de 2000 objets archéologiques sont conservés depuis deux siècles dans la collection Jatta, dont la plupart sont issus de fouilles à Ruvo ou à proximité de Ruvo.

Ce matériel archéologique a été rassemblé par Giovanni et Giulio Jatta entre 1821 et 1842, puis conservé par Giulia Viesti et son époux Giulio Jatta. C’est cependant leur descendant Giovanni Jatta qui installe la collection dans le nouveau palais familial. Celui-ci est alors l’un des premiers édifices muséaux conçu spécialement pour accueillir des collections archéologiques. Les nombreux héritiers de la famille se montrent par la suite aussi intéressés par ce patrimoine que leurs aïeux, et la collection parvient miraculeusement intacte à l’État italien qui s’en porte acquéreur en 1991 et ouvre le nouveau Musée Archéologique National Jatta dès 1993. Installé dans quatre salles du palais Jatta à Ruvo di Puglia, il s’agit de l’une des rares collections archéologiques privées du XIXe conservées ainsi dans leur muséographie initiale. Continuer la lecture de Les collections du Museo Nazionale Jatta (Ruvo di Puglia)

Magna Grecia Open Data – bilan de la première journée

Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)
Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)

La première journée collaborative du projet Magna Grecia Open Data a eu lieu samedi 14 octobre 2017 en salle Chastel à l’INHA à l’initiative de Martine Denoyelle et Fabien Bièvre-Perrin. Dix spécialistes de la Grande Grèce et Wikipédiens se sont retrouvés de  9h à 18h afin de corriger, améliorer ou créer des contenus Wikipédia sur la Grande Grèce, dans une ambiance à la fois studieuse et détendue qui a permis à certains de s’initier à l’Open Data sur Wikipédia et de faire leurs premiers pas sur l’encyclopédie collaborative. Pour consulter la page du projet, rendez-vous sur Wikipédia ou sur la page Klinai.

Cette édition a permis de corriger et d’enrichir huit pages, d’en créer quatre et d’en traduire une. De nombreuses images ont été versées sur Wikicommons et utilisées sur les pages éditées et créées. Dans le cadre du projet Rubi Antiqua, de nouvelles images seront prochainement versées. Un important travail a également été entamé afin d’indexer les articles concernant la Grande Grèce via le système des catégories. Antoine Courtin et Shonagon ont en outre créé une carte et une frise sur la base de données Wikidata. Une page « projet » est en cours de conception, elle permettra de savoir quel travail a été fait et quel travail il reste à faire (demande de création de pages, de corrections, etc.).

Photographie de C. Molinié

Continuer la lecture de Magna Grecia Open Data – bilan de la première journée

Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

> Suivez le colloque sur Twitter

Le colloque conclusif du programme Rubi antiqua aura lieu à l’INHA (Paris) les 16 et 17 novembre 2017. Plus de trente experts de sept pays différents (Italie, France, Hollande, Suisse, Angleterre, Allemagne, Russie) participeront au colloque : consultants scientifiques du projet, membres de l’équipe Rubi antiqua, historiens et historiens de l’art, archéologues, conservateurs, surintendants et cadres dirigeants du MIBACT (Ministère des biens et des activités culturelles et du tourisme italien), présenteront les différents aspects du projet, ses lignes de recherche, ses résultats et ses objectifs en cours.

Voir le site officiel du projet : http://rubiantiqua.eu/fr/

Ci-joint : affiche et programme du colloque. Continuer la lecture de Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Auteures : Ariane Huteau & Solène Chevalier

Compte rendu

par Ariane Huteau (docteure Université Paris 1, UMR 7041. ArScAn) et Solène Chevalier (docteure EPHE, UMR 8546. AOrOc)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

« Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVsiècles av. n.è.) »
INHA (Paris), 1er et 2 juin 2017

Jeudi 1er juin 2017

Introduction aux rencontres

(S. Chevalier et A. Huteau)

Ce projet d’une rencontre jeunes chercheurs est né du constat que les études portant sur l’Italie préromaine pâtissent aujourd’hui d’un nombre réduit d’enseignements dans les universités françaises, alors que les thèses en cours et celles soutenues ces dernières années, mais aussi les derniers colloques internationaux et programmes de recherche sur l’Italie préromaine, témoignent d’une vitalité notable de ce domaine des études.

En effet, un certain nombre de doctorants et de post-doctorants travaillent sur des problématiques liées à la caractérisation des cultures italiques, aux formes de fréquentations grecques en Italie et aux réseaux précédant la conquête romaine. Les nombreux départs à la retraite d’enseignants-chercheurs ont eu pour conséquence une réduction notable des enseignements sur l’Italie préromaine, qui se maintiennent cependant dans quelques institutions. Plusieurs fouilles programmées sur le territoire italien, et tout particulièrement dans le sud du pays, apportent un certain dynamisme et des données inédites pour une meilleure connaissance du peuplement de cette région : on pourra penser aux fouilles de Siris-Héraklée à Policoro (EPHE et École de spécialisation de Matera, sous la direction de Stéphane Verger), à celles de l’Incoronata (Université Rennes 2, sous la direction de Mario Denti) et de la Civita di Tricarico (Université Paris 1, sous la direction d’Olivier de Cazanove et Stéphane Bourdin) en Basilicate, ainsi qu’à celles de Grotte Scalina dans les environs de Viterbe (UMR 8546 – AOrOc et Surintendance archéologique du Latium et de l’Étrurie méridionale, sous la direction de Vincent Jolivet et Edwige Lovergne). Les thèses en co-tutelle témoignent aussi de ces relations soutenues qui lient les institutions françaises et italiennes.

Pour cette première édition des Rencontres sur l’Italie préromaine, l’objectif était de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France. C’est la raison pour laquelle l’appel à communications était ouvert aux doctorants et post-doctorants rattachés à une institution française. Nous avons ainsi cherché à souligner le dynamisme de la jeune génération, à mettre en évidence des thèmes fédérateurs, à soulever des questionnements nouveaux associés à des réponses originales, et à montrer ainsi que les recherches sur l’Italie préromaine étaient bien vivaces. Continuer la lecture de Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine