« CVA Online » : les fascicules du Corpus Vasorum Antiquorum numérisés et accessibles en ligne

« CVA Online » : les fascicules du Corpus Vasorum Antiquorum numérisés et accessibles en ligne. Un point sur la consultation, l’exploitation et les problématiques soulevées par les compilations de données

Le Corpus Vasorum Antiquorum, un peu d’historiographie

Le Corpus Vasorum Antiquorum ou « Corpus des vases antiques », abrégé CVA, est une entreprise de longue haleine menée sous l’égide de l’Union Académique Internationale (UAI) depuis le début des années 1920. Ce projet collectif international – une vingtaine de pays, répartis entre l’Europe, l’Asie, les Amériques et le Pacifique, collaborent ou ont collaboré à l’édition des différents catalogues – s’est fixé pour objectif la publication normée, sous forme de fascicules de texte accompagné de planches photographiques, du vaisselier céramique antique conservé dans les musées nationaux des pays adhérents. Ce fut l’initiateur du projet, Edmond Pottier alors conservateur du département des antiquités orientales et de la céramique antique du musée du Louvre, qui publia en 1922 le tout premier fascicule du CVA portant sur une partie des collections du musée du Louvre. Ainsi, ce premier catalogue ouvrit la voie à une longue et riche série de publications puisqu’au crépuscule de cette année 2015, on dénombre près de 400 fascicules relatifs à 150 collections environ, le dernier en date étant le huitième fascicule consacré aux collections du musée archéologique national de Naples.

Le projet originel d’Edmond Pottier était vaste et ambitieux, prévoyant la publication de l’ensemble des collections archéologiques de vases antiques en céramique provenant d’Europe continentale, du bassin méditerranéen, du Proche et du Moyen-Orient. Quelques années après sa mort, survenue en 1934, et les affrontements de la Seconde Guerre mondiale, les membres des différents comités nationaux du CVA réunis à Lyon en 1956 décidèrent de recentrer l’entreprise sur la céramique grecque et les productions issues des cultures périphériques au monde hellène (céramique étrusque, italiote, ibérique, thrace, etc.).

Le CVA et ses fascicules ne firent plus l’objet de modifications profondes jusqu’au tout début des années 2000 lorsque débuta le projet de numérisation des près de 250 fascicules épuisés. Cette entreprise, dénommée « CVA Online », fut confiée par le Comité international du CVA aux Archives de Beazley de l’Université d’Oxford et financée, entre 2002 et septembre 2004, par une subvention de la Fondation Getty. Aujourd’hui, l’entreprise de numérisation se poursuit et les musées affiliés au projet ont la possibilité de nourrir la base de données des Archives de Beazley, en libre accès sur internet.

CVA 2.0 : la consultation et l’exploitation des fascicules numérisés

Le projet « CVA Online » dispose d’un site internet (www.cvaonline.org) permettant aux utilisateurs de naviguer entre les différents fascicules déjà numérisés et mis en ligne. Cette version numérique du CVA offre la possibilité de consulter directement depuis son bureau les fascicules, sans avoir à se déplacer en bibliothèque voire à courir les différentes bibliothèques si celles-ci ne disposent pas de la collection complète.

CVA_Online
Page d’accueil du « CVA Online »

La méthode de recherche est relativement aisée et permet d’accéder à la documentation à partir de l’onglet « Browse or search » (« Parcourir ou rechercher ») dont les deux chemins – d’un côté « Parcourir », de l’autre « Rechercher » – mènent toutefois au même endroit, à savoir, un index où les fascicules sont triés soit par pays soit par musée, en suivant l’ordre alphabétique. Dans le cas d’une recherche par musée (« alphabetical list of museums »), c’est le nom de la commune écrit en lettres majuscules puis le nom du musée ou de la collection qui apparaîtront, dans cet ordre, dans la liste ; ils peuvent être suivis, lorsque le cas se présente, par le numéro du fascicule si un musée a fait l’objet de plusieurs catalogues (exemple : « ROME, Museo Nazionale di Villa Giulia, I »).

Pour autant, c’est la nature même de sa recherche qui va orienter l’utilisateur vers une requête plutôt qu’une autre : il aura la possibilité de parcourir tout un fascicule ou de rechercher un vase, ou un groupe de vases, au sein d’un ou plusieurs fascicules.

Cas de figure n°1 : « je souhaite consulter le CVA du musée L. Pigorini de Rome »

Dans ce premier cas de figure, à partir de l’index trié soit par pays soit par musée, on a la possibilité de parcourir le catalogue sélectionné de manière dichotomique avec le texte d’un côté et les planches photographiques de l’autre, en cliquant respectivement sur « Browse Text » et « Browse Plates » (NB : afin de consulter en parallèle planches et texte, il convient, sur Safari et avec la dernière version d’OS X du moins, d’ouvrir les liens dans une nouvelle fenêtre pour que l’ouverture de l’un n’écrase pas l’ouverture de l’autre). Cette consultation se fait une page par une page et la qualité de chacune des pages numérisées, qu’elles soient de texte ou de planche, peut être augmentée ou réduite par le biais d’un menu déroulant déclinant sept tailles différentes d’image.

Une des planches photographiques du CVA du musée L. Pigorini
Une des planches photographiques du CVA du musée L. Pigorini

Si l’on revient à l’exemple proposé, le catalogue du musée L. Pigorini : je souhaite consulter (à tout hasard…) les pages relatives, dans le texte, à la céramique provenant de Veio conservée au musée L. Pigorini. Pour ce faire, il faudra avancer page par page, depuis la couverture du fascicule, en cliquant sur la flèche « avant ». Convenons-en, cette recherche spécifique au sein d’un fascicule n’est pas très commode et, à cette étape de la consultation, on aurait peut-être souhaité une palette de navigation où les vignettes des différentes pages numérisées composant le catalogue auraient été réunies sur une ou quelques pages, voire un sommaire permettant d’accéder, par simple clic, à la première page de chaque partie (Cipro, Rodi, Piceno, Capena et Veio dans le cas du CVA du musée L. Pigorini). Il en va de même pour les planches photographiques.

Toutefois, il est possible d’accéder directement à la page souhaitée, après repérage lors de la consultation page par page, en inscrivant le numéro accordé à la page numérisée dans la rubrique vide dédiée à cet effet puis en cliquant sur « Goto » (NB : la touche « Entrée » de votre clavier ne vous permettra pas de valider la case et il faudra bel et bien utiliser le bouton « aller à »). Dans l’exemple proposé, si je souhaite accéder à la première page de texte concernant la céramique de Veio, je vais rechercher la page 27 ; si je souhaite visualiser la première page de planches, je me rends à la page 22.

Find your pot

En guise de transition entre le premier et le second cas de figure, on notera que le « CVA Online » propose, à partir des planches photographiques (NB : l’outil est également proposé pour le texte mais, dans le cas du CVA Pigorini, cela n’a pas fonctionné), un outil de recherche plus spécifique et plutôt subjuguant : l’individualisation des vases reproduits sur chacune des planches numérisées. Cette petite baguette magique se trouve au bas de la planche et s’actionne en cliquant sur le lien « Show related records on Beazley Archive Pottery Database ». Apparaît alors une suite de numéros correspondant au code d’identification des vases représentés sur la planche. Ce numéro d’identification est celui attribué dans la base de données du « CVA Online » à chacun des récipients, ou fragments de récipients, répertoriés dans les fascicules : il ne s’agit pas du numéro d’inventaire de l’objet. La liste des numéros est agencée pour une lecture dextroverse de la planche photographique. Dans le cas de la planche numérisée n°23 du CVA Pigorini (tav. 2 de Veio du fascicule papier), le deuxième numéro de liste (9005770) correspond au deuxième vase représenté en haut à gauche (une écuelle montée sur un pied profilé avec une anse haute). Si l’on clique alors sur le code d’identification du vase, la fiche de l’objet s’ouvre dans un nouvel onglet. On y retrouve des informations concernant la forme générale du vase (ici, une « cup »), son lieu de fabrication (« Veian Fabric ») ou encore son numéro d’inventaire dans la rubrique « Collection ». Enfin, un lien intégré dans la rubrique « Publication record » permet d’afficher dans un nouvel onglet, et en simultané, la page de texte et la planche relatives au vase sélectionné : pratique !

Capture d’écran 2015-12-10 à 16.08.22
La « fiche objet » du vase pris en exemple (CVA musée L. Pigorini)
Cas de figure n°2 : « je recherche un vase, ou un groupe de vases, répondant à un critère spécifique tel le type de production céramique, le type de décor ou la provenance »

À partir de l’index des fascicules numérisés, toujours ordonnés par nom de pays ou par nom de commune et musée, il est non seulement possible de « Parcourir » le texte et les planches d’un fascicule donné mais aussi de « Rechercher une céramique » dans le fascicule en question, en cliquant sur le lien « Search Pottery » qui ouvrira un nouvel onglet contenant un formulaire de requête. Ce formulaire est doté de deux onglets, le premier permettant une recherche « simple », le second une recherche « avancée ». D’office, le fascicule sélectionné apparaît dans la rubrique « Reference ». Si l’on souhaite étendre la recherche à l’ensemble des catalogues du CVA, il suffira alors d’effacer la référence inscrite dans la rubrique.

Le formulaire de requête de la base de données
Le formulaire de requête de la base de données

Dans le formulaire dédié à une « Recherche simple », une série de rubriques accompagnées d’un listing de mots-clés normalisés permettent de rechercher un vase, ou un ensemble de vases, selon un critère ou une combinaison de critères. Pour une recherche portant sur la céramique archaïque non grecque, les rubriques utiles pourront être les suivantes :

  • le lieu de fabrication (« Etruscan », « Faliscan », « Italian Iron Age », « Veian », etc.) ;
  • la technique céramique (« impasto », « red impasto » « red-on-white » ou « bucchero » par exemple) ;
  • la morphologie du récipient (« amphora », « biconical urn », « kotyle », etc.) ;
  • la provenance ou le lieu de trouvaille ;
  • la datation (la chronologie couvre une longue période s’étendant de 800 à 100 av. n.è. et les découpages des bornes ont été faits par tranches de 50 ans).

La recherche au sein de la base de données est certainement plus adaptée à un corpus de vases grecs qu’au vaisselier d’impasto villanovien, falisque ou latial. L’explication est simple : la base de données permettant de rechercher des vases au sein du CVA est directement liée au « Pottery Database » des Archives de Beazley, traditionnellement portées sur l’art classique grec, en particulier les productions athéniennes de vases à figures noires ou rouges des VIIe – IVe siècle av. n.è. Ainsi, les rubriques portant sur le sujet du décor, les inscriptions ou encore l’artiste sont-elles plutôt dédiées aux chercheurs s’intéressant à la céramique et aux représentations iconographiques des périodes archaïques et classiques en Grèce qu’au protohistorien spécialiste de la culture picénienne, par exemple.

Le « CVA Online » et les questionnements soulevés par les compilations de données

S’il est de bon goût de clore toute production par une note positive, cette contribution dérogera à la règle sans que la critique formulée ne s’adresse pour autant, de manière directe, au projet du « CVA Online » – on ne peut, en effet, que se féliciter de la numérisation et de la mise en ligne des catalogues papier épuisés. La critique, ou plutôt les questionnements que la rédaction de cette note a soulevés, concerne la compilation des données dans un vaste corpus, ce que Jean-Claude Gardin appelait les « constructions-compilations ». Que l’objet final du CVA soit la compilation d’un ensemble de vases céramique antiques est une chose – on peut, ou non, s’en contenter – mais ce que cette entreprise implique – la description objective, neutre, normalisée des objets rassemblés – est plus problématique, la base de données en ligne révélant alors toutes les difficultés de la démarche. La création de compilations pose le problème de la formalisation, en amont, du travail et de la verbalisation des données et des descriptions. Or, dès lors qu’il y a passage « aux mots », l’arbitraire pénètre forcément.

Le premier vase de Veio compilé dans le CVA du musée L. Pigorini constitue un exemple frappant : il s’agit d’une coupe à profil continu tronconique montée sur un pied bas et creux de forme conique ; la coupe est reproduite l’embouchure en bas, le pied en haut, comme un couvercle, sans que rien n’indique qu’elle ait pu revêtir cet usage dans la tombe, une sépulture fouillée en 1889 et pour laquelle on ne dispose d’aucune information concernant la structure, encore moins l’agencement des objets. Or, cette coupe renversée (objet n°9005725) est décrite, dans la rubrique de la base de données du « CVA Online » consacrée à la morphologie du récipient, comme un « couvercle » (« Lid »). On n’insistera pas sur le fait que, traditionnellement, dans la littérature archéologique italienne, ces récipients sont désignés comme des « petits plats ».

Capture d’écran 2015-12-10 à 19.12.27
La « fiche objet » du vase pris en exemple (CVA du musée L. Pigorini)

Si les Archives de Beazley ont pleinement conscience de ce travers – c’est la raison pour laquelle, dans le formulaire de requête de la base de données, des listes de mots-clés aident au remplissage des rubriques, accompagnées parfois d’un thesaurus permettant de rechercher la correspondance d’un terme ou d’un nom propre entre plusieurs langues – le problème de la description objective est bel et bien là. Peut-être la question de la définition morphologique d’un vase est-elle moins problématique dans le cadre des études portant sur la céramique grecque d’époque classique ou hellénistique, mais si l’ambition du « Pottery Database » est de reprendre le projet initial d’Edmond Pottier, à savoir l’édition de l’ensemble des vases antiques en céramique provenant d’Europe continentale, de Méditerranée, du Proche et du Moyen-Orient, alors faudrait-il peut-être adapter l’outil à la documentation protohistorique dont la production céramique est nettement moins standardisée.

Quelques sources utiles et utilisées

* Le projet « CVA » de l’Union Académique Internationale :

http://www.uai-iua.org/cgi?usr=sujad4qxrm&lg=fr&pag=1145&tab=195&rec=1&frm=0&par=secorig1114&id=5348&flux=108861702

* La fiche biographique d’Edmond Pottier :

http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/pottier-edmond.html

* Un article historiographique centré sur l’approche d’Edmond Pottier, la création du CVA et le renouveau du programme grâce à l’outil informatique :

Donna Kurtz, « A corpus of ancient vases. Hommage à Edmond Pottier », Revue archéologique, 2004/2 (n° 38), p. 259-286.

Article consultable en ligne : https://www.cairn.info/revue-archeologique-2004-2-page-259.htm

Aristonothos. Scritti per il Mediterraneo antico (Università degli Studi di Milano)

Una nota da Enrico Giovanelli.

“Questa serie vuole celebrare il mare Mediterraneo e contribuire a sviluppare temi, studi e immaginario che il cratere firmato dal greco Aristonothos ancora oggi evoca. Deposto nella tomba di un etrusco, racconta di storie e relazioni fra culture diverse che si svolgono in questo mare e sulle terre che unisce.”

La serie nasce nel 2007 da un’idea di Federica Cordano, già docente di Storia Greca dell’Università Statale, e Giovanna Bagnasco, professoressa di Etruscologia presso il medesimo ateneo. Oltre a loro, negli ultimi anni alla direzione si è affiancata Teresa Alfieri, docente di Epigrafia Greca.

La serie, pur non avendo una periodicità regolare, ha già visto l’uscita di otto volumi che raccolgono, accanto a contributi di illustri studiosi, anche studi di giovani ricercatori emergenti. La serie infatti ambisce particolarmente a costituire uno spazio ed un’opportunità di pubblicare selezionando contributi innovativi e originali secondo i criteri adottati dalle politiche dell’Open Journal System.

Aristonothos si avvale di un comitato scientifico internazionale di elevato livello scientifico oltre che di un panel di revisori selezionato per le proprie particolari competenze scientifiche a cui sottoporre i contributi proposti.

Oltre alla serie ordinaria, disponibile full-text sul sito in formato pdf, nel 2012 sono nati i Quaderni, acquistabili presso l’editore in formato cartaceo, che invece sono dedicati a lavori monografici o raccolte miscellanee di più ampio respiro sempre sui medesimi temi.

Sito della serie:
http://riviste.unimi.it/index.php/aristonothos

Per acquisire i volumi sia della serie ordinaria, sia dei Quaderni:
http://www.edizioni-tangram.it/

Fastionline, une base de données des chantiers archéologiques

Fastionline est une base de données réunissant des chantiers archéologiques, principalement italiens, concernant les périodes classique et médiévale. Ce vaste projet est conduit par l’AIAC (International Association of Classical Archaeology) et le CSAI (Center for the study of Ancient Ital, de l’Université d’Austin au Texas).

Fasti online mapLa base de données Fastionline est la continuation des Fasti Archaeologici publiés par l’AIAC de 1946 à 1987. Ces publications recensaient les fouilles archéologiques pour l’ensemble du monde romain. Depuis 1998, les problèmes de coûts et de délais ont incité l’AIAC à rechercher une solution plus économique et efficace afin de diffuser ces données : c’est ce qui a conduit à la création de Fastionline en 2000.

Depuis cette date, chaque fouille peut être insérée dans la base de données, sous la responsabilité des différentes équipes, ce qui explique des écarts importants dans les enregistrements selon les pays participant au projet (si vous souhaitez participer, contactez l’équipe). Les propositions sont examinées par un comité scientifique, assurant la fiabilité des données publiées. Seules les nouvelles missions sont insérées dans la base de données, et non les fouilles passées.

Chaque fiche est prévue pour héberger un résumé de la campagne de fouilles en anglais (et éventuellement un autre dans la langue de l’équipe), une carte (et des données géographiques précises), une présentation de l’équipe (direction, représentant de la Surintendance, structure, terrain…), les financements et des images. Chaque page permet d’aboutir au bilan des autres campagnes par année, ainsi qu’à une bibliographie et à une synthèse (type de site, périodes, résumé des campagnes, frise chronologique). De nombreuses autres données peuvent, et pourront, être intégrées aux fiches (GIS par site, vidéo), comme le montre ce diaporama en anglais : https://fr.slideshare.net/jessogden/fasti-caa2012-2-12271198.

Il est possible de naviguer sur le site via un onglet recherche (avec mot clé), carte ou recherche avancée (utilisation de filtres). A partir de la carte, il est possible de zoomer pour observer les rapports disponibles dans une région particulière et d’utiliser différents outils. Une fois la notice de votre choix atteinte, vous pouvez obtenir son URL fixe et une version imprimable via un onglet situé dans la colonne de gauche.

Fastionline

La plupart des données publiées sur FastiOnline sont sous licence Creative Commons CCBY-SA : vous pouvez donc partager, utiliser et adapter les informations fournies. Il suffit pour cela, de faire référence à l’adresse URL de la page concernée (accessible via un onglet latéral) en mentionnant le nom de l’auteur, l’année de la campagne et la date de consultation. Attention ! La licence pour l’utilisation de la revue de Fasti, Fasti FOLD&R, inclut une dimension non commerciale (CC BY-NC-SA).

FastiOnline possède, en outre, sa page facebook, mise à jour avec l’actualité archéologique des sites recensés dans la base.

Potiers et peintres antiques d’Italie du Sud (exposition)

Jusqu’au 19 décembre 2013 se tient à Portet-sur-Garonne une exposition intitulée “Potiers et peintres antiques d’Italie du Sud” . Certains des vases exposés (Vème, IVème et IIIème siècles av. J.-C.) sortent des réserves du musée Saint-Raymond (musée des Antiques de Toulouse) pour la première fois. L’exposition ne fera pas l’objet d’un catalogue, il s’agit donc une occasion unique de découvrir ces pièces.Ouverture : Lundi de 14h à 18h, mardi de 9h à 12h et de 14h à 18h, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 12h et de 13h à 19h.Entrée libre. Renseignements au 05 61 76 29 31.

Pour en savoir plus : http://www.portetgaronne.fr/portet-sur-garonne/l-actualite/exposition-potiers-et-peintres

©Jean-François Peiré/MSR

Nous remercions Évelyne Ugaglia (Musée Saint Raymond) pour la documentation.

Actualité scientifique : Klinai sur facebook et twitter

Klinai vous propose deux nouveaux outils pour suivre l’actualité scientifique sur la Grande Grèce et le monde étrusque : une page facebook et un fil twitter reprenant globalement les mêmes informations.

1385538_194055337447389_76551094_n

♦ la page facebook : https://www.facebook.com/carnetklinai    ♦ le profil twitter : https://twitter.com/CarnetKlinai

Il s’agit du moyen le plus efficace que nous ayons trouvé pour diffuser les articles du carnet et les actualités. Vous pouvez vous abonner facilement si vous êtes inscrits sur ces réseaux sociaux, dans le cas contraire vous pouvez tout de même accéder aux deux pages, n’hésitez donc pas à les ajouter à vos favoris et à les consulter régulièrement.

Contactez nous via un commentaire sur le carnet, ou via facebook et twitter, pour nous transmettre tout type d’actualité (publication scientifique, presse, appel à communications, colloque, exposition, etc.) afin que nous les diffusions.

Ollus leto datus est : les communications sur la Grande Grèce (relation)

Du 22 au 25 octobre 2013 se tenait à l’Università Mediterranea di Reggio Calabria le congrès Ollus leto datus est, consacré aux nécropoles de l’Italie méridionale et de la Sicile de l’antiquité grecque au Moyen-Age (le programme complet est sur Klinai). Structuré autour de trois axes principaux (architecture, topographie et rituels funéraires), les cinq premières demi-journées étaient consacrées à la Grande Grèce et à la Sicile (principalement aux nécropoles de Camarina). Vous trouverez ci-dessous une rapide relation des communications dédiées à la Grande Grèce, concentrées sur les deux premiers jours du congrès. Continuer la lecture de Ollus leto datus est : les communications sur la Grande Grèce (relation)

Ollus leto datus est. Architettura, topografia e rituali funerari nelle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (congrès)

La Soprintendenza per i Beni Archeologici della Calabria et l’Università Mediterranea di Reggio Calabria organisent à Reggio Calabria, du 22 au 25 octobre un grand congrès d’archéologie : “Ollus leto datus est” Architettura, topografia e rituali funerari nelle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, fra antichità e medioevo. Plus de soixante communications sont prévues et abordent la question des pratiques funéraires d’Italie méridionale, de l’Antiquité à la période médiévale. Si le programme n’est pas encore disponible sur les sites officiels, vous pouvez toutefois le consulter ci-dessous ou bien le télécharger au format PDF. Continuer la lecture de Ollus leto datus est. Architettura, topografia e rituali funerari nelle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (congrès)

L’Université franco-italienne : appel à projet Vinci (cursus binationaux, aide à la mobilité, cotutelle)

accueil-logo-fr

L’Université franco-italienne, sise à Grenoble et Turin, propose différents types de financements pour les étudiants inscrits en master et en doctorat en France et/ou en Italie. Les projets sont répartis dans plusieurs chapitres lors de l’appel à projet Vinci annuel. Le prochain appel sera publié en janvier 2014.

  • Chapitre 1. Cursus universitaires binationaux de second niveau : Master

La candidature doit être présentée par l’enseignant responsable du cursus de Master binational (prévoyant la délivrance d’un double diplôme). Le financement doit servir à couvrir les frais de mobilité.

  • Chapitre 2. Aides à la mobilité pour thèses en cotutelle

La candidature doit être présentée par le doctorant, inscrit en France et en Italie, avant la fin de la deuxième année de doctorat, sous convention de cotutelle depuis moins d’un an. Le financement doit servir à couvrir les frais de mobilité (déplacements, hébergement et restauration en Italie). Si vous savez déjà que vous aurez la possibilité de candidater, commencez à réunir les pièces le plus rapidement possible, vous ne disposerez que de deux mois une fois l’appel publié (l’an passé la date limite d’envoi des documents papier était fixée au 11 mars).

  • Chapitre 3. Contrats doctoraux pour thèses en cotutelle

C’est au Directeur de l’ED de présenter le dossier pour l’attribution d’un contrat doctoral à un doctorant en cotutelle.

Les dossiers sont longs à constituer, bilingues (français et italien) et impliquent une collaboration efficace avec l’ED et les directeurs de recherche, prévoyez du temps pour vous préparer et vous faire relire si vous ne maitrisez pas parfaitement l’italien. Le détail des pièces à fournir et des démarches à réaliser se trouve dans l’appel à projet publié chaque année (vous pouvez consulter celui de 2013 en attendant la publication de l’appel pour 2014). Vous pouvez vous adresser directement au secrétariat de référence selon  votre pays (Grenoble ou Turin) pour obtenir plus d’informations.

http://www.universite-franco-italienne.org/appel+a+projets-fr-19-programme+vinci.html

Les résultats sont habituellement publiés pendant l’été.

accueil-logo-it

Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti

Expo, capolavori dell'archeologia Roma 2013Depuis le 20 mai et jusqu’au 5 novembre prochain, à l’occasion des vingt ans de la collaboration entre les Carabinieri, la Guardia di Finanza et la Police d’État italienne, l’exposition “Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti” est installée au Museo Nazionale di Castel Sant’Angelo. Celle-ci met en valeur le travail des différentes institutions de protection des biens artistiques et archéologiques italiens. Toutes les pièces exposées sont en effet issues de fouilles clandestines illégales ou du marché noir, souvent sorties illégalement du pays.

Le parcours muséal permet de découvrir, en même temps que les objets, leur histoire, du saccage des sites archéologiques à leur restitution. Les responsables de l’exposition ont en outre eu l’idée de montrer aux côtés des objets exposés des œuvres similaires de par la technique, le matériau et la chronologie, issues de contextes connus, ayant permis de re-contextualiser le matériel pillé.

L’ensemble du matériel est réparti dans neuf sections thématiques (signalons que la plus grande partie du matériel archéologique exposé appartient à des catégories restreintes, celles qui intéressent le plus les collectionneurs : bronzes, marbres, beaux vases, bijoux…) :

  • Kouroi e korai: simboli dell’aristocrazia
  • Euphronios ed Euthymides e l’invenzione delle figure rosse
  • Acroliti: statue oltre misura
  • Il pensiero e l’azione: filosofi e cittadini
  • I colori del marmo
  • Ceramografi in Magna Grecia: il pittore di Amykos e il pittore di Dario
  • La grande decorazione parietale
  • Sculture e scultori fra Greci e Romani
  • Vincere la palma: corse e aurighi nella Roma imperiale

Du Kouros en marbre de Reggio Calabria au cratère d’Euphronios, un grand nombre d’objets issus de Grande Grèce, habituellement dispersés, sont exposés. L’ouverture du Musée de Reggio étant sans cesse repoussée, certaines pièces sont ici visibles pour la première fois depuis le début des travaux, d’autres, comme celles du Musée de Naples, sont habituellement exposées dans des salles difficiles d’accès. Continuer la lecture de Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti

Les monnaies grecques de la BnF sur Gallica

Les monnaies constituent souvent une source d’information importante pour la recherche sur l’Antiquité. L’accès de plus en plus fréquent aux collections numismatiques en ligne permet de gagner du temps et d’avoir une approche plus systématique. Les bases de données mises en ligne permettent de plus en plus souvent d’accéder à des visuels en haute qualité.

En mai 2012, la Bibliothèque nationale de France a lancé un programme de numérisation de toute sa collection de monnaies grecques (issues du riche département des Monnaies, médailles et antiques), donnant aujourd’hui accès a plus de 90.000 monnaies dans Gallica. La collection de la BnF, dont la constitution remonte au règne de Louis XIV, compte des pièces rares et uniques, sa consultation peut donc s’avérer indispensable pour certains.

[Monnaie de Bruttium. Locres : Statère]
[Monnaie de Bruttium. Locres : Statère]

La collection des “monnaies grecques” rassemble des exemplaires issus de plusieurs centaines d’ateliers monétaires du monde grec (du plus occidental en Espagne au plus oriental, en Bactriane), depuis le VIème siècle avant jusqu’au IIIème siècle après J.-C.

Le moteur de recherche ne permet pas, malheureusement, d’accéder d’un simple “clic” à toutes les monnaies de Grande Grèce, il faut donc soit compiler les 91.622 actuellement en ligne (dans quel cas il vaut mieux aimer les portraits de profils et ne pas être en train de préparer une thèse), soit rechercher une cité (Locres par exemple). Le classement par région peut aussi se révéler utile (avec “Bruttium” par exemple), mais le mot clé “Italie du sud” n’est malheureusement qu’étrangement et sporadiquement employé.

Vous pouvez commencer votre exploration ici : http://tinyurl.com/oee6but

Ressources en ligne : Notizie degli scavi di antichità (della Reale Accademia Nazionale dei Lincei)

Les Notizie degli Scavi di Antichità ont été publiées à partir de 1876 par la Reale Accademia Nazionale dei Lincei sous la forme de périodiques. On y retrouve une documentation indispensable pour aborder certains sites d’Italie, notamment d’Étrurie et de Grande Grèce. Les pages de cette revue recèlent, entre autres choses, les comptes-rendus des premières fouilles d’ampleur qui, de nos jours, restent encore des références (Paolo Orsi), ainsi que des planches en grand format.

Plusieurs bibliothèques françaises possèdent la plupart des volumes (Paris, Aix-en-Provence, Rome, etc. attention le SUDOC n’a pas regroupé tous les volumes sous le même titre), mais si vous ne pouvez pas y accéder ou si vous avez oublié de photocopier la précieuse page 453, trois outils en ligne vous permettent d’y accéder facilement.

Biasa : Periodici Italiani Digitalizzati

Logo BiASATous les volumes de la collection sont disponibles sur le site italien BiASA (Biblioteca di Archeologia e Storia dell’Arte). L’application en ligne “Periodici Italiani Digitalizzati” permet de consulter 117 documents digitalisés (soit 785.321 images). Il s’agit de volumes publiés entre le XVIIIème et le XXème siècle.

http://periodici.librari.beniculturali.it/PeriodicoScheda.aspx?id_testata=31

L’utilisation du site n’est pas forcément aisée. Une fois que vous avez suivi le lien ci-dessus, cliquez une première fois sur une année afin d’afficher le détail de la revue. Cliquez ensuite de nouveau sur l’année qui vous intéresse afin d’afficher un “sous-menu”. Celui-ci vous permet d’accéder soit aux scans de la revue, soit au scans de l’index (Indice topografico). Dans les deux cas vous accédez à une interface permettant de voir et de télécharger les pages scannées. Le menu déroulant, en haut à gauche, vous permet de choisir rapidement la page ou la planche que vous souhaitez consulter (afin d’aller plus vite, un passage par l’index est donc recommandé, le site étant relativement lent). Le zoom de base étant tout à fait inapproprié à la lecture, vous pouvez choisir un autre niveau de zoom (la qualité semble la meilleure à 150%) et cocher la case “memorizza le scelte” afin de ne pas avoir à répéter la manœuvre pour chaque page. Inutile ensuite de vouloir utiliser le menu du site pour télécharger les pages, un simple “clic droit + enregistrer l’image” suffit (à moins que vous n’ayez un compte).

Archive.org

Logo archive.org

Moins complet mais plus pratique, le site archive.org (qui abrite également de nombreux autres périodiques digitalisés) se trouve à l’adresse suivante :

https://archive.org/search.php?query=Notizie%20degli%20scavi%20di%20antichit%C3%A0%20AND%20mediatype%3Atexts

Une fois le volume choisi, vous accédez à une page de présentation, relativement mal complétée et peu lisible. Ce qui vous intéresse se situe dans la colonne de gauche, “View the book”, dans laquelle vous pouvez choisir la façon dont vous souhaitez consulter l’ouvrage. La consultation en ligne s’avère rapide, en revanche le téléchargement, bien que séduisant, est long. En effet, le PDF contient toutes les pages scannées de l’ouvrage ; il est donc généralement assez lourd (vous pouvez d’ailleurs télécharger les fichiers via un client torrent).

Hati Trust Digital Library

Logo Hathi TrustEnfin, un outil qui peut se révéler utile, bien que frustrant : le moteur de recherche de la Hati Trust Digital Library. Ce site vous permet de faire une recherche dans chacun des volumes de la collection. Il est parfois plus efficace que les moteurs de recherche des deux sites précédents et permet de parcourir les volumes jusqu’en 2002 :

http://catalog.hathitrust.org/Record/006016082

 

La « Via degli Etruschi » : un trek historique sur le chemin des Étrusques

La « Via degli Etruschi » ou « Route des Étrusques » est née. Il s’agit d’un parcours extraordinaire, d’une centaine de kilomètres, réalisable à pied ou à vélo au fil de 5 ou 6 étapes.

La « Via degli Etruschi » a pour point de départ l’ancienne cité étrusque d’Artimino, en Toscane et, après la traversée de la vallée de Bisenzio et plusieurs haltes permettant le franchissement de la ligne de partage des eaux des Apennins – à Prato (Gonfienti), Vaiano, Montecuccoli, Montepiano, au lac de Brasimone, à Grizzana Morandi – elle finit par rejoindre Marzabotto (l’étrusque Kainua) reliant ainsi la Toscane à l’Émilie-Romagne. Ce parcours peut être effectué dans le sens inverse également, en partant de Marzabotto.

Le tracé de la « Via degli Etruschi » aurait pu effectivement être parcouru dans le passé puisqu’il s’appuie sur un chemin accessible et logique du point de vue de la morphologie du terrain.

Les deux musées étrusques, le Musée National Étrusque « Pompeo Aria » de Marzabotto et le Musée Archéologique « Francesco Nicosia » d’Artimino, se dressent comme les confins culturels et logistiques de la Via. En effet, ces musées sont habilités à fournir les créances de voyage ainsi que l’attestation personnelle de parcours, délivrées au départ puis à l’arrivée.

La créance est un document nominatif que l’on valide tout au long du parcours, lors des différentes étapes et ce dans au moins quatre points logistiques adhérant au dispositif.

À l’arrivée au musée représentant la dernière étape de la Via et sur présentation de la créance compostée, une attestation nominative du parcours sera alors délivrée gratuitement.

Pour la beauté des territoires et la variété des paysages rencontrés, pour son ancrage historique et la possibilité de décrocher un trophée-souvenir (l’attestation de parcours), mais aussi en raison de l’adaptation au plus grand nombre de ce parcours, la « Via degli Etruschi » représente sûrement la réalisation la plus aboutie en Europe de promenade-trekking après le fameux « Chemin de Compostelle ».

Bandeau Via degli Etruschi

Un site internet entièrement dédié au parcours est consultable à l’adresse suivante :

www.laviadeglietruschi.it

L’ensemble des organisateurs souhaite un chaleureux voyage aux « nouveaux Étrusques » !

La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la MAE (Nanterre)

La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE) à Nanterre.

Présentation générale de la bibliothèque

Spécialisée en préhistoire et protohistoire, en archéologie et sciences du monde antique et médiéval (jusqu’à l’an 1000), la bibliothèque est née en 1997 du rassemblement de fonds documentaires constitués par plusieurs équipes du CNRS, des Universités de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Des dons importants ont enrichi successivement ses collections : fonds Jacques Tixier, Gilbert Charles-Picard, Annette Laming-Emperaire, Catherine Farizy, René Ginouvès et Lilly Kahil, Jean Perrot, Javier Teixidor, Jean-Claude Gardin, Geneviève Dollfus, Fonds d’assyriologie de Jean Bottéro, Collection d’archéologie orientale et de Protohistoire égéenne de la Bibliothèque de l’Institut Michelet d’Art et d’Archéologie.

La bibliothèque participe au Catalogue Collectif Indexé du réseau national FRANTIQ et au réseau régional Archéologie en Ile-de-France.

Un riche fonds documentaire pour les spécialistes de l’Italie préromaine

Pour les spécialistes de l’Italie préromaine notamment, un grand nombre de périodiques, de monographies et de catalogues d’exposition est en libre accès dans la bibliothèque de la MAE.

Au rayon des périodiques citons, par exemple, les Annali dell’Istituto universitario Orientale di Napoli. Dipartimento di studi del mondo classico e del Mediterraneo antico. Sezione di archeologia e storia antica (avant 1994) devant Annali di archeologia e storia antica avec leur supplément (côte P.32 et P.32S), les Archeologia Classica (côte P.151, abonnement de 1972 à 1997), les Dialoghi di Archeologia (côte P.520, abonnement de 1967 à 1991), les Mélanges de l’École française de Rome – Antiquité (côte P.738, abonnement à partir de 1971), la collection des Monumenti Antichiti (côte P.759, voir en particulier Este I, Pithekoussai, Tombe « principesche » dell’Orientalizzante Antico da Pontecagnano, Veio I. Il sepolcreto di Valle la Fata), les Notizie degli Scavi di Antichità et leur supplément (côte P.257 et P.257S, abonnement à partir de 1947), la collection des PBF (côte P.859, voir en particulier Les spade nell’Italia continentale, I coltelli nell’Italia continentale, Gli spilloni nell’Italia continentale, Le fibule nell’Italia settentrionale, Treibverzierte Bronzerundschilde der italischen Eisenzeit aus Italien und Griechenland), les Scienze dell’Antichità (côte P.1325, abonnement à partir de 2000) ou encore les Studi Etruschi et leur supplément (côte P.1037 et P.1037S, abonnement à partir de 1966).

La bibliothèque est également bien pourvue en catalogues d’expositions et actes de colloque portant sur la culture villanovienne puis étrusque. Une liste complète serait bien trop longue à dresser pour l’auteur de ce texte – et fastidieuse à parcourir pour le lecteur – mais on pourra toutefois citer quelques ouvrages de référence : Continuer la lecture de La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la MAE (Nanterre)

La bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) à Lyon

La bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée est la bibliothèque de référence pour les chercheurs qui travaillent sur les Grecs et les Étrusques à Lyon. Outre des collections dédiées à l’orient ancien, la MOM possède  de riches fonds sur l’Italie pré-romaine. Travailler à la bibliothèque peut être l’occasion de faire des rencontres avec chercheurs et doctorants, les laboratoires de la MOM étant directement reliés au bâtiment.

MOM

Les fonds :

Les fonds principaux sur les Grecs et les Étrusques sont répartis parmi les collections suivantes (pour consulter un plan en coupe : http://www.mom.fr/IMG/pdf/planetagesbibliotheque.pdf). Continuer la lecture de La bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) à Lyon

Klinai

Le but du carnet Klinai est de présenter les ressources disponibles pour les étudiants en master et en doctorat travaillant sur les Étrusques et les Grecs d’Italie méridionale, ces peuples « semblables-différents », à la fois proches et distants. L’équipe regroupe pour l’instant deux spécialistes du domaine funéraire, Fabien Bièvre-Perrin et Ariane Huteau, mais a vocation à s’étendre au gré des rencontres et des demandes.

Ressources et outils pour la recherche sur le funéraire. Grande-Grèce et Étrurie.