Archives de catégorie : Fabien Bièvre-Perrin

Articles rédigés par Fabien Bièvre-Perrin (Lyon 2, IRAA) : http://univ-lyon2.academia.edu/FabienBièvrePerrin

Journée d’étude – Iconographie en situation : images, supports et contextes en Grande Grèce

Le 2 mars 2018 à la MMSH d’Aix-en-Provence (salle B269), aura lieu la journée d’étude Iconographie en situation : images, supports et contextes en Grande Grèce. Elle sera précédée, la veille, d’une journée Magna Grecia Open Data.

> Télécharger le programme en PDF

Les scènes figurées sont nombreuses en Grande Grèce, notamment sur les vases, et leur étude ancienne, étroitement liée à l’histoire du collectionnisme. C’est cependant une approche d’histoire de l’art qui a prévalue depuis le XVIIIe siècle, et prime encore parfois dans le traitement de ces sources, dont le potentiel est pourtant important pour la connaissance des cultures anciennes de l’Italie du Sud.

Le développement de l’archéologie contextuelle et les avancées récentes, permises par la reconstitution méticuleuse du parcours de ces objets archéologiques porteurs d’iconographie, sont le moteur d’une réévaluation des images produites en Grande Grèce, en rapport avec leurs supports et leurs contextes. Ces trois données sont rarement disponibles conjointement et encore peu considérées au sein d’une réflexion globale.

La journée d’étude réunira des chercheurs travaillant sur différents types de supports et permettra de confronter leurs données et leurs approches. Une place importante sera consacrée aux discussions. La journée d’étude donnera lieu à une publication des actes. Continuer la lecture de Journée d’étude – Iconographie en situation : images, supports et contextes en Grande Grèce

Les collections du Museo Nazionale Jatta (Ruvo di Puglia)

Les quatre salles du Museo Nazionale Jatta, à Ruvo di Puglia, rassemblent l’une des plus impressionnantes collections de vases italiotes. Plus de 2000 objets archéologiques sont conservés depuis deux siècles dans la collection Jatta, dont la plupart sont issus de fouilles à Ruvo ou à proximité de Ruvo.

Ce matériel archéologique a été rassemblé par Giovanni et Giulio Jatta entre 1821 et 1842, puis conservé par Giulia Viesti et son époux Giulio Jatta. C’est cependant leur descendant Giovanni Jatta qui installe la collection dans le nouveau palais familial. Celui-ci est alors l’un des premiers édifices muséaux conçu spécialement pour accueillir des collections archéologiques. Les nombreux héritiers de la famille se montrent par la suite aussi intéressés par ce patrimoine que leurs aïeux, et la collection parvient miraculeusement intacte à l’État italien qui s’en porte acquéreur en 1991 et ouvre le nouveau Musée Archéologique National Jatta dès 1993. Installé dans quatre salles du palais Jatta à Ruvo di Puglia, il s’agit de l’une des rares collections archéologiques privées du XIXe conservées ainsi dans leur muséographie initiale. Continuer la lecture de Les collections du Museo Nazionale Jatta (Ruvo di Puglia)

Magna Grecia Open Data – bilan de la première journée

Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)
Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)

La première journée collaborative du projet Magna Grecia Open Data a eu lieu samedi 14 octobre 2017 en salle Chastel à l’INHA à l’initiative de Martine Denoyelle et Fabien Bièvre-Perrin. Dix spécialistes de la Grande Grèce et Wikipédiens se sont retrouvés de  9h à 18h afin de corriger, améliorer ou créer des contenus Wikipédia sur la Grande Grèce, dans une ambiance à la fois studieuse et détendue qui a permis à certains de s’initier à l’Open Data sur Wikipédia et de faire leurs premiers pas sur l’encyclopédie collaborative. Pour consulter la page du projet, rendez-vous sur Wikipédia ou sur la page Klinai.

Cette édition a permis de corriger et d’enrichir huit pages, d’en créer quatre et d’en traduire une. De nombreuses images ont été versées sur Wikicommons et utilisées sur les pages éditées et créées. Dans le cadre du projet Rubi Antiqua, de nouvelles images seront prochainement versées. Un important travail a également été entamé afin d’indexer les articles concernant la Grande Grèce via le système des catégories. Antoine Courtin et Shonagon ont en outre créé une carte et une frise sur la base de données Wikidata. Une page « projet » est en cours de conception, elle permettra de savoir quel travail a été fait et quel travail il reste à faire (demande de création de pages, de corrections, etc.).

Photographie de C. Molinié

Continuer la lecture de Magna Grecia Open Data – bilan de la première journée

Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

> Suivez le colloque sur Twitter

Le colloque conclusif du programme Rubi antiqua aura lieu à l’INHA (Paris) les 16 et 17 novembre 2017. Plus de trente experts de sept pays différents (Italie, France, Hollande, Suisse, Angleterre, Allemagne, Russie) participeront au colloque : consultants scientifiques du projet, membres de l’équipe Rubi antiqua, historiens et historiens de l’art, archéologues, conservateurs, surintendants et cadres dirigeants du MIBACT (Ministère des biens et des activités culturelles et du tourisme italien), présenteront les différents aspects du projet, ses lignes de recherche, ses résultats et ses objectifs en cours.

Voir le site officiel du projet : http://rubiantiqua.eu/fr/

Ci-joint : affiche et programme du colloque. Continuer la lecture de Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

Article mis à jour le 17/11/17. N’hésitez pas à consulter les commentaires et à en ajouter pour compléter la bibliographie.

Plan :

  1. Famille et société en Grande Grèce
  2. Pistes bibliographiques sur le monde grec
  3. Liens  et autres informations
  4. Texte officiel

La nouvelle question d’Histoire ancienne pour le concours externe du CAPES et pour concours externe de l’agrégation du second degré s’intitule « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C. » (voir le texte de présentation officiel en fin d’article, le site eduscol ou télécharger le PDF pour le CAPES ou l’agreg). Pour le CAPES, seule Rome est prise en compte et non toute l’Italie.

Astyanax, sur les genoux d’Andromaque, face à Hector. Cratère apulien v. 370-360 av. J.-C., Museo Jatta di Ruvo.

Si de nombreux ouvrages et articles ont abordé le sujet ces dernières années (notamment en ce qui concerne le statut de l’enfant),  les publications dédiées à l’Italie du sud et à la Sicile sont rares (surtout en français). Aucune monographie synthétique n’étant disponible sur le sujet pour la Grande Grèce, je vous propose ci-après quelques éléments de synthèse et des suggestions de lecture concernant les Grecs d’Italie, ainsi qu’une bibliographie plus vaste sur l’ensemble du monde grec.

Famille et société en Grande Grèce

Amphora with bridal scenes. South Italian, 360 BC-340 BC.

Les relations qu’entretiennent les Grecs avec les autochtones en Italie du sud sont l’un des ingrédients faisant la spécificité de cette région du monde grec (dans Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, Franco de Angelis compare la situation en Sicile grecque avec celle des cités de Grèce). Deux modèles se rencontrent et se mêlent dans certaines zones, notamment par le biais de mariages mixtes. La cohabitation entre populations n’est pas forcément aisée à démontrée, mais plusieurs archéologues ont mis en évidence des indices très convaincants.

Les fouilles d’habitat ont permis quelques découvertes sur le sujet. On peut lire par exemple Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C. ou les actes de Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia. Dans son compte rendu illustré de nombreuses références et synthétisant les problématiques sous-jacentes, Michel Gras regrettait déjà en 1997 les lacunes concernant les lieux d’habitat, un constat renouvelé en 2017 par Olivier de Cazanove dans son introduction au colloque L’archéologie funéraire en Italie du Sud.

Primato Painter – Lekythos with woman and bird. South Italian, c. 340 BC

Ce sont donc les nécropoles qui offrent le meilleur terrain d’observation pour l’étude des sociétés, notamment des structures familiales. La nécropole de Locres, à propos de laquelle Diego Elia a publié un volume très complet en 2010 (Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti), et celle de Métaponte (The Chora of Metaponto : the necropoleis, Volume I), offrent des témoignages complets et précieux pour aborder la question des structures sociales dans le monde grec d’Italie du sud . Pour le milieu indigène, plusieurs publications abordent ponctuellement ces questions : celle de Maurizio Gualtieri à propos de  Roccagloriosa est particulièrement intéressante (Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study).

Ces dernières années, la place des enfants dans la société a fait l’objet d’une attention toute particulière et plusieurs publications abordant au moins partiellement l’Italie du sud en témoignent (voir notamment les actes des tables rondes L’Enfant et la mort dans l’Antiquité qui regroupent de nombreuses contributions susceptibles d’intéresser les candidats, pour l’Italie du sud comme pour d’autres régions, ainsi que  l’ouvrage édité par Ada Cohen et Jeremy B. Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy). Des ouvrages de synthèse sur l’enfance, comme The Oxford Handbook of Childhood and Education in the Classical World ou A Companion to Families in the Greek and Roman Worlds, font ponctuellement appel à la documentation archéologique italiote.

L’étude de l’architecture funéraire et des kleroi a également permis de mettre en évidence qu’il existait une certaine continuité ainsi qu’une valorisation des ancêtres et de la structure familiale. Enfin, plusieurs articles abordent la question de la famille et de sa représentation dans l’iconographie (voir par exemple Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit troyen ou « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation).

  • Carter, The Chora of Metaponto : the necropoleis, 1998.
  • d’Andria, Mannino, Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia, 1996.  (CR de M. Gras)
  • De Angelis, Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, 2016.
  • Elia, Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti, 2010.
  • Gualtieri, Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study, 1993.
  • Russo Tagliente, Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C., 1992.

Pistes bibliographiques sur le monde grec

Continuer la lecture de Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

La base de données du Thorvaldsens Museum

Le musée Thorvaldsen est situé à Copenhague au Danemark. Ce bâtiment d’inspiration grecque est dédié au sculpteur néoclassique danois Bertl Thorvaldsen, mais il héberge également des objets archéologiques et des œuvres d’art réunies lors d’une collection publique en 1837.

G.F. Hetsch Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839
G.F. Hetsch, Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839.

Antiquité pré-romaine

Les Antiquités italiennes sont bien représentées, et le musée a récemment mis en ligne une base de données permettant d’en consulter les notices, illustrées de photographies de qualité. La base est bien pensée, et relativement ergonomique. Il n’est cependant pas aisé de trouver en une recherche toute la documentation issue de l’Italie pré-romaine en raison du niveau très variable de remplissage des fiches. Il faut en effet utiliser des mots-clés différents pour espérer trouver tout le matériel pertinent.

  • western : 29 objets, surtout des statuettes.
  • italy : 3 objets dont un importé d’Attique.
  • south (italy) : 68 objets, peu illustrés, surtout des vases italiotes.
  • D’autres mots-clés permettent certainement d’accéder à d’autres objets d’Italie pré-romaine absents de ces quatre recherches.

Certains documents bénéficient d’une notice détaillée. Dans la plupart des cas, les informations sont limitées à des données techniques (matériau, dimensions, datation). Les peintres sont indiqués pour quelques vases.

Les photographies sont téléchargeables en bonne qualité et sous licence 0 (Public Domain Photos), donc exploitables pour tous usages, y compris commerciaux. Le musée fournit un guide des licences photographiques pour les documents mis en ligne, dont il faut saluer la clarté et l’exhaustivité : http://www.thorvaldsensmuseum.dk/en/public-domain. Quand aucune image n’est disponible, un lien permet de faire une demande.

Autres collections

Altamuramaleren - Krater with Poseidon and a goddess. Greek, c. 460 BC Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm Inventory number: H596
Altamuramaleren – Krater with Poseidon and a goddess.
Greek, c. 460 BC
Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm
Inventory number: H596

En tout, ce sont 1787 objets antiques qui sont recensés et présentés sur le site. Une section à part permet de consulter le catalogue des gemmes antiques (1959 objets). La collection des 472 moulages en plâtre est également accessible, ainsi que des gravures et des peintures modernes.

Les bourses de l’École française de Rome

Lorsque l’on commence sa recherche de doctorat et que l’on ne dispose pas d’un directeur de thèse très attentif, il est souvent difficile de savoir quels financements il est légitime de demander. Les possibilités offertes par l’École française de Rome (EfR) méritent qu’on les présente ici bien que le site internet de l’institution explique comment procéder.

EFR

Qui a droit aux bourses de l’EfR ?

Pour prétendre à une bourse de l’École, il faut être inscrit en doctorat (ou être en cotutelle), dans une université ou un établissement d’enseignement et de recherche supérieur français, ou provenir d’un pays où travaille l’École (Albanie, Algérie, Croatie, Maroc, Serbie, Slovénie, Tunisie).

Il est nécessaire d’être titulaire du Master 2 ou d’un diplôme équivalent et que le sujet de la thèse ait déjà été clairement défini.

Que permet une bourse de l’EfR ?

Le but de ces bourses est d’aider de jeunes chercheurs à mener à bien leurs recherches en Italie, principalement à Rome et Naples (où se situe le Centre Jean Bérard), mais pas seulement.

csm_bibliotheque_10c2484d3e

Pour les chercheurs travaillant sur la Grande Grèce et la civilisation étrusque, la bibliothèque du Palais Farnèse est incontournable puisque vous y trouverez de nombreux fonds pertinents pour vos recherches. Lors de votre séjour en tant que boursier, vous n’êtes pas obligé de faire de la bibliothèque votre – unique – lieu de travail : d’autres institutions comme la British School at Rome ou l’Institut Allemand peuvent vous accueillir. Par ailleurs, vous pouvez toujours consacrer une partie, ou la totalité, de votre séjour, à l’étude de mobilier dans les musées. Toutefois, avant de vous rendre dans ces différentes institutions, demandez conseil au secrétariat car il est souvent bien utile d’obtenir une lettre de l’École afin d’accélérer la procédure.

csm_finestra-1_9fa7347958

Outre les bibliothèques et les musées, un séjour à Rome permet de participer aux nombreux événements scientifiques et aux expositions qui y ont lieu (pensez éventuellement à consulter les programmes des institutions romaines avant de choisir le mois pour lequel candidater). Vous y ferez également des rencontres : consultez la liste des boursiers et celle des membres, il y a sûrement des discussions intéressantes à engager autour de votre recherche, ou de tout autre chose d’ailleurs !

Un mois en bourse à Rome, c’est aussi l’occasion d’enrichir sa culture générale, de découvrir la ville éternelle et ses alentours et, bien sûr, de manger des glaces (et des pizzas, de la pasta, des artichauts, du tiramisù…).

Teatro

N’hésitez pas à consulter le guide du boursier avant et pendant votre séjour !

Comment procéder ?
Le dossier à réunir :
  • Lettre de candidature à adresser au : Directeur des études pour l’Antiquité, service des boursiers (Antiquité), Piazza Farnese 67– (I) 00186 Roma. La lettre de candidature doit présenter le programme de travail en Italie pour la durée choisie de la bourse ainsi que les fonds documentaires qui seront consultés (archives, bibliothèques, musées) (2 pages environ). Il est possible de demander un séjour de un mois ou de deux mois. Toutefois, il est extrêmement rare que des séjours de deux mois soient accordés : ceux-ci doivent être pleinement justifiés dans la candidature. Un programme de recherche clair et précis doit être fourni, indiquant le(s) lieu(x) du séjour, les fonds à consulter, etc. Les frais de voyage sur place ne sont pas remboursés. Indiquez le ou les mois pour lesquels vous faites votre demande. Certains mois sont à éviter, comme ceux des vacances des jeunes chercheurs fonctionnaires : le nombre de chambres place Navone n’est, en effet, pas extensible.
  • Présentation de la thèse en cours (2 pages environ). Si vous n’en avez pas déjà une de prête, dites-vous qu’elle resservira sous peu pour un autre dossier.
  • Fiche de renseignements : le PDF n’est pas éditable, mais vous pouvez toujours l’ouvrir dans Photoshop ou scanner la page complétée à la main.
  • Éléments sur la scolarité du Master : notes obtenues et classement pour les allocations de recherche (ce document n’existe pas dans toutes les écoles doctorales, demandez un justificatif).
  • Attestation motivée du directeur de thèse (obligatoire) et, éventuellement, d’une autre personnalité scientifique. Attention, c’est l’une des raisons pour lesquelles il faut préparer le dossier en avance.

Les dossiers doivent être transmis par email impérativement avant le 30 septembre pour une bourse se déroulant au premier semestre de l’année civile suivante (entre janvier et juin) ou le 31 mars pour le second semestre de l’année civile en cours (bourse entre juillet et décembre).

Pour la section Antiquité, envoyez votre dossier complet au directeur des études Antiquité (dirant(at)efrome.it) et mettez en copie le secrétariat des études Antiquité (cc :  secrant(at)efrome.it).

Le séjour

Si vous passez votre en bourse à Rome, vous devrez rapidement vous présenter à la direction de la bibliothèque du Farnèse si vous devez y travailler : vous obtiendrez ainsi votre carte d’accès. Vous devrez également rencontrer le directeur des études (un rendez-vous vous sera proposé au début de votre séjour). Les services administratifs sont quant à eux regroupés au même endroit que l’hébergement, place Navone (notamment le service comptabilité).

csm_Farnese-ClicheAnderson1910_px680x501_57483e5a8d

La bourse est versée peu avant ou au tout début de votre séjour à l’EfR : elle s’élève à 1000€. Sur ce montant, le coût de l’hébergement, si vous logez place Navone, sera retiré automatiquement.

csm_chambre-2_3d6db5ae22

Chaque chambre place Navone comporte sa propre salle de bain, ses toilettes, un bureau et une armoire. Le WiFi est disponible dans tout le bâtiment (ainsi qu’au Palais Farnèse). Au dernier étage, une cuisine commune et un espace buanderie avec des machines à laver, des fers à repasser et des étendages sont disponibles en permanence.

csm_cuisine-_1_5c22149af5

Le rapport

Un rapport, qui fait souvent l’objet de discussions inquiètes entre boursiers à la fin du mois, doit être envoyé dans les deux mois suivants la fin de votre séjour à l’EfR. Il est à fournir en double exemplaire au directeur des études et sera transmis, par la suite, à votre directeur de thèse.

*Les photographies sont toutes issues du site officiel de l’EfR.