Colloque international : « Corps, objets, images en action. La performativité du rituel funéraire dans l’Italie préromaine ».

Dates et lieux : le 11 avril à l’École Normale Supérieure, Salle Jaurès, 29 rue d’Ulm, Paris / le 12 avril à l’Université Paris Nanterre, MAE René Ginouvès, Bâtiment Max Weber, 21 allée de l’Université, Nanterre Université.

Contact : Audrey Gouy et Marlène Nazarian (rituel.en.action@gmail.com)

Introduction

Les recherches conduites sur les différentes cultures de l’Italie préromaine ont largement reposé sur les structures et le matériel découverts en contexte funéraire qui constituaient une part importante des données mises au jour. L’étude des pratiques funéraires dans les sociétés antiques a été profondément renouvelée grâce aux nouvelles découvertes archéologiques mais aussi grâce à de nouvelles approches relevant de l’anthropologie physique et culturelle.

L’enjeu de ce colloque est d’interroger les modalités du rituel funéraire dans sa dimension performative et à travers les formes de pérennisation du rituel dans l’espace sépulcral. Les images – peintes ou sculptées – relèvent, dans une certaine mesure, de cette dimension performative du rituel dont elles assureraient le relai outre-tombe. La rencontre, qui doit se tenir à l’École Normale Supérieure de Paris et à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie à l’Université Paris Nanterre les 11 et 12 avril 2019 propose ainsi d’aborder cette question du rituel funéraire dans l’Italie préromaine sous l’angle des pratiques corporelles et édilitaires, du VIIIe au IIIe siècle avant J.-C., en s’engageant cette fois dans le performative turn que nous notons depuis quelques années en Sciences Humaines. Les Performance studies sont orientées sur le faire, sur le doing et le undoing, ou l’en train de se faire et de se défaire. Aborder le rituel funéraire du point de vue de sa performativité implique d’entrevoir ses actions et ses phases comme agissantes, de mêmes que ses objets, ses marqueurs et ses acteurs. En ce sens, c’est le rituel funéraire comme exercice qui doit cette fois, dans le cadre de cette rencontre internationale, guider nos réflexions. Par ses actions performatives, le rituel, qui possède la capacité de transformer les règles au sein d’une communauté, de créer le passage d’un état symbolique à un autre, de mettre en lien acteurs, publics et environnement par une approche incarnée et sensible des systèmes symboliques, sera nouvellement appréhendé dans sa performativité. Il s’agira de redonner une centralité à l’action symbolique et rituelle au sein des sociétés étudiées.

Continuer la lecture de Colloque international : « Corps, objets, images en action. La performativité du rituel funéraire dans l’Italie préromaine ».

Présentation de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix-en-Provence à l’usage des magno-grecs et sicéliotes.

Auteure invitée : Lou de Barbarin

La Bibliothèque d’Antiquité d’Aix (BiAA)  propose un riche fonds documentaire pour les chercheurs travaillant sur la Grande Grèce. L’originalité de la BiAA réside notamment dans l’importance de sa documentation sur la colonisation grecque en Occident, mais aussi sur l’Antiquité africaine, la Gaule méridionale, la Méditerranée occidentale, et sur les Lettres classiques, ainsi que les textes chrétiens et patristiques, grecs et latins. Située dans la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), y travailler peut être l’occasion de rencontrer les chercheurs et doctorants d’Aix-Marseille Université, et des laboratoires d’archéologie de la MMSH (CCJ, TDMAM, IRAA, LAMPEA, LA3M) et d’autres unités mixtes de recherche (http://www.mmsh.univ-aix.fr/). La BiAA a notamment l’avantage d’être facilement accessible aux étudiants et chercheurs sur simple inscription à l’accueil.

BiAA

Continuer la lecture de Présentation de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix-en-Provence à l’usage des magno-grecs et sicéliotes.

Aristonothos. Scritti per il Mediterraneo antico (Università degli Studi di Milano)

Auteur invité : Enrico Giovanelli.

“Questa serie vuole celebrare il mare Mediterraneo e contribuire a sviluppare temi, studi e immaginario che il cratere firmato dal greco Aristonothos ancora oggi evoca. Deposto nella tomba di un etrusco, racconta di storie e relazioni fra culture diverse che si svolgono in questo mare e sulle terre che unisce.”

La serie nasce nel 2007 da un’idea di Federica Cordano, già docente di Storia Greca dell’Università Statale, e Giovanna Bagnasco, professoressa di Etruscologia presso il medesimo ateneo. Oltre a loro, negli ultimi anni alla direzione si è affiancata Teresa Alfieri, docente di Epigrafia Greca.

La serie, pur non avendo una periodicità regolare, ha già visto l’uscita di otto volumi che raccolgono, accanto a contributi di illustri studiosi, anche studi di giovani ricercatori emergenti. La serie infatti ambisce particolarmente a costituire uno spazio ed un’opportunità di pubblicare selezionando contributi innovativi e originali secondo i criteri adottati dalle politiche dell’Open Journal System.

Aristonothos si avvale di un comitato scientifico internazionale di elevato livello scientifico oltre che di un panel di revisori selezionato per le proprie particolari competenze scientifiche a cui sottoporre i contributi proposti.

Oltre alla serie ordinaria, disponibile full-text sul sito in formato pdf, nel 2012 sono nati i Quaderni, acquistabili presso l’editore in formato cartaceo, che invece sono dedicati a lavori monografici o raccolte miscellanee di più ampio respiro sempre sui medesimi temi.

Sito della serie:
http://riviste.unimi.it/index.php/aristonothos

Per acquisire i volumi sia della serie ordinaria, sia dei Quaderni:
http://www.edizioni-tangram.it/