Archives de catégorie : Fabien Bièvre-Perrin

Articles rédigés par Fabien Bièvre-Perrin (Lyon 2, IRAA) : http://univ-lyon2.academia.edu/FabienBièvrePerrin

Fastionline, une base de données des chantiers archéologiques

Fastionline est une base de données réunissant des chantiers archéologiques, principalement italiens, concernant les périodes classique et médiévale. Ce vaste projet est conduit par l’AIAC (International Association of Classical Archaeology) et le CSAI (Center for the study of Ancient Ital, de l’Université d’Austin au Texas).

Fasti online mapLa base de données Fastionline est la continuation des Fasti Archaeologici publiés par l’AIAC de 1946 à 1987. Ces publications recensaient les fouilles archéologiques pour l’ensemble du monde romain. Depuis 1998, les problèmes de coûts et de délais ont incité l’AIAC à rechercher une solution plus économique et efficace afin de diffuser ces données : c’est ce qui a conduit à la création de Fastionline en 2000.

Depuis cette date, chaque fouille peut être insérée dans la base de données, sous la responsabilité des différentes équipes, ce qui explique des écarts importants dans les enregistrements selon les pays participant au projet (si vous souhaitez participer, contactez l’équipe). Les propositions sont examinées par un comité scientifique, assurant la fiabilité des données publiées. Seules les nouvelles missions sont insérées dans la base de données, et non les fouilles passées.

Chaque fiche est prévue pour héberger un résumé de la campagne de fouilles en anglais (et éventuellement un autre dans la langue de l’équipe), une carte (et des données géographiques précises), une présentation de l’équipe (direction, représentant de la Surintendance, structure, terrain…), les financements et des images. Chaque page permet d’aboutir au bilan des autres campagnes par année, ainsi qu’à une bibliographie et à une synthèse (type de site, périodes, résumé des campagnes, frise chronologique). De nombreuses autres données peuvent, et pourront, être intégrées aux fiches (GIS par site, vidéo), comme le montre ce diaporama en anglais : https://fr.slideshare.net/jessogden/fasti-caa2012-2-12271198.

Il est possible de naviguer sur le site via un onglet recherche (avec mot clé), carte ou recherche avancée (utilisation de filtres). A partir de la carte, il est possible de zoomer pour observer les rapports disponibles dans une région particulière et d’utiliser différents outils. Une fois la notice de votre choix atteinte, vous pouvez obtenir son URL fixe et une version imprimable via un onglet situé dans la colonne de gauche.

Fastionline

La plupart des données publiées sur FastiOnline sont sous licence Creative Commons CCBY-SA : vous pouvez donc partager, utiliser et adapter les informations fournies. Il suffit pour cela, de faire référence à l’adresse URL de la page concernée (accessible via un onglet latéral) en mentionnant le nom de l’auteur, l’année de la campagne et la date de consultation. Attention ! La licence pour l’utilisation de la revue de Fasti, Fasti FOLD&R, inclut une dimension non commerciale (CC BY-NC-SA).

FastiOnline possède, en outre, sa page facebook, mise à jour avec l’actualité archéologique des sites recensés dans la base.

Potiers et peintres antiques d’Italie du Sud (exposition)

Jusqu’au 19 décembre 2013 se tient à Portet-sur-Garonne une exposition intitulée « Potiers et peintres antiques d’Italie du Sud » . Certains des vases exposés (Vème, IVème et IIIème siècles av. J.-C.) sortent des réserves du musée Saint-Raymond (musée des Antiques de Toulouse) pour la première fois. L’exposition ne fera pas l’objet d’un catalogue, il s’agit donc une occasion unique de découvrir ces pièces.Ouverture : Lundi de 14h à 18h, mardi de 9h à 12h et de 14h à 18h, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 12h et de 13h à 19h.Entrée libre. Renseignements au 05 61 76 29 31.

Pour en savoir plus : http://www.portetgaronne.fr/portet-sur-garonne/l-actualite/exposition-potiers-et-peintres

©Jean-François Peiré/MSR

Nous remercions Évelyne Ugaglia (Musée Saint Raymond) pour la documentation.

Ollus leto datus est : les communications sur la Grande Grèce (relation)

Du 22 au 25 octobre 2013 se tenait à l’Università Mediterranea di Reggio Calabria le congrès Ollus leto datus est, consacré aux nécropoles de l’Italie méridionale et de la Sicile de l’antiquité grecque au Moyen-Age (le programme complet est sur Klinai). Structuré autour de trois axes principaux (architecture, topographie et rituels funéraires), les cinq premières demi-journées étaient consacrées à la Grande Grèce et à la Sicile (principalement aux nécropoles de Camarina). Vous trouverez ci-dessous une rapide relation des communications dédiées à la Grande Grèce, concentrées sur les deux premiers jours du congrès. Continuer la lecture de Ollus leto datus est : les communications sur la Grande Grèce (relation)

Ollus leto datus est. Architettura, topografia e rituali funerari nelle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (congrès)

La Soprintendenza per i Beni Archeologici della Calabria et l’Università Mediterranea di Reggio Calabria organisent à Reggio Calabria, du 22 au 25 octobre un grand congrès d’archéologie : « Ollus leto datus est » Architettura, topografia e rituali funerari nelle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, fra antichità e medioevo. Plus de soixante communications sont prévues et abordent la question des pratiques funéraires d’Italie méridionale, de l’Antiquité à la période médiévale. Si le programme n’est pas encore disponible sur les sites officiels, vous pouvez toutefois le consulter ci-dessous ou bien le télécharger au format PDF. Continuer la lecture de Ollus leto datus est. Architettura, topografia e rituali funerari nelle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (congrès)

L’Université franco-italienne : appel à projet Vinci (cursus binationaux, aide à la mobilité, cotutelle)

accueil-logo-fr

L’Université franco-italienne, sise à Grenoble et Turin, propose différents types de financements pour les étudiants inscrits en master et en doctorat en France et/ou en Italie. Les projets sont répartis dans plusieurs chapitres lors de l’appel à projet Vinci annuel. Le prochain appel sera publié en janvier 2014.

  • Chapitre 1. Cursus universitaires binationaux de second niveau : Master

La candidature doit être présentée par l’enseignant responsable du cursus de Master binational (prévoyant la délivrance d’un double diplôme). Le financement doit servir à couvrir les frais de mobilité.

  • Chapitre 2. Aides à la mobilité pour thèses en cotutelle

La candidature doit être présentée par le doctorant, inscrit en France et en Italie, avant la fin de la deuxième année de doctorat, sous convention de cotutelle depuis moins d’un an. Le financement doit servir à couvrir les frais de mobilité (déplacements, hébergement et restauration en Italie). Si vous savez déjà que vous aurez la possibilité de candidater, commencez à réunir les pièces le plus rapidement possible, vous ne disposerez que de deux mois une fois l’appel publié (l’an passé la date limite d’envoi des documents papier était fixée au 11 mars).

  • Chapitre 3. Contrats doctoraux pour thèses en cotutelle

C’est au Directeur de l’ED de présenter le dossier pour l’attribution d’un contrat doctoral à un doctorant en cotutelle.

Les dossiers sont longs à constituer, bilingues (français et italien) et impliquent une collaboration efficace avec l’ED et les directeurs de recherche, prévoyez du temps pour vous préparer et vous faire relire si vous ne maitrisez pas parfaitement l’italien. Le détail des pièces à fournir et des démarches à réaliser se trouve dans l’appel à projet publié chaque année (vous pouvez consulter celui de 2013 en attendant la publication de l’appel pour 2014). Vous pouvez vous adresser directement au secrétariat de référence selon  votre pays (Grenoble ou Turin) pour obtenir plus d’informations.

http://www.universite-franco-italienne.org/appel+a+projets-fr-19-programme+vinci.html

Les résultats sont habituellement publiés pendant l’été.

accueil-logo-it

Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti

Expo, capolavori dell'archeologia Roma 2013Depuis le 20 mai et jusqu’au 5 novembre prochain, à l’occasion des vingt ans de la collaboration entre les Carabinieri, la Guardia di Finanza et la Police d’État italienne, l’exposition « Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti » est installée au Museo Nazionale di Castel Sant’Angelo. Celle-ci met en valeur le travail des différentes institutions de protection des biens artistiques et archéologiques italiens. Toutes les pièces exposées sont en effet issues de fouilles clandestines illégales ou du marché noir, souvent sorties illégalement du pays.

Le parcours muséal permet de découvrir, en même temps que les objets, leur histoire, du saccage des sites archéologiques à leur restitution. Les responsables de l’exposition ont en outre eu l’idée de montrer aux côtés des objets exposés des œuvres similaires de par la technique, le matériau et la chronologie, issues de contextes connus, ayant permis de re-contextualiser le matériel pillé.

L’ensemble du matériel est réparti dans neuf sections thématiques (signalons que la plus grande partie du matériel archéologique exposé appartient à des catégories restreintes, celles qui intéressent le plus les collectionneurs : bronzes, marbres, beaux vases, bijoux…) :

  • Kouroi e korai: simboli dell’aristocrazia
  • Euphronios ed Euthymides e l’invenzione delle figure rosse
  • Acroliti: statue oltre misura
  • Il pensiero e l’azione: filosofi e cittadini
  • I colori del marmo
  • Ceramografi in Magna Grecia: il pittore di Amykos e il pittore di Dario
  • La grande decorazione parietale
  • Sculture e scultori fra Greci e Romani
  • Vincere la palma: corse e aurighi nella Roma imperiale

Du Kouros en marbre de Reggio Calabria au cratère d’Euphronios, un grand nombre d’objets issus de Grande Grèce, habituellement dispersés, sont exposés. L’ouverture du Musée de Reggio étant sans cesse repoussée, certaines pièces sont ici visibles pour la première fois depuis le début des travaux, d’autres, comme celles du Musée de Naples, sont habituellement exposées dans des salles difficiles d’accès. Continuer la lecture de Capolavori dell’Archeologia. Recuperi, ritrovamenti, confronti

Les monnaies grecques de la BnF sur Gallica

Les monnaies constituent souvent une source d’information importante pour la recherche sur l’Antiquité. L’accès de plus en plus fréquent aux collections numismatiques en ligne permet de gagner du temps et d’avoir une approche plus systématique. Les bases de données mises en ligne permettent de plus en plus souvent d’accéder à des visuels en haute qualité.

En mai 2012, la Bibliothèque nationale de France a lancé un programme de numérisation de toute sa collection de monnaies grecques (issues du riche département des Monnaies, médailles et antiques), donnant aujourd’hui accès a plus de 90.000 monnaies dans Gallica. La collection de la BnF, dont la constitution remonte au règne de Louis XIV, compte des pièces rares et uniques, sa consultation peut donc s’avérer indispensable pour certains.

[Monnaie de Bruttium. Locres : Statère]
[Monnaie de Bruttium. Locres : Statère]

La collection des « monnaies grecques » rassemble des exemplaires issus de plusieurs centaines d’ateliers monétaires du monde grec (du plus occidental en Espagne au plus oriental, en Bactriane), depuis le VIème siècle avant jusqu’au IIIème siècle après J.-C.

Le moteur de recherche ne permet pas, malheureusement, d’accéder d’un simple « clic » à toutes les monnaies de Grande Grèce, il faut donc soit compiler les 91.622 actuellement en ligne (dans quel cas il vaut mieux aimer les portraits de profils et ne pas être en train de préparer une thèse), soit rechercher une cité (Locres par exemple). Le classement par région peut aussi se révéler utile (avec « Bruttium » par exemple), mais le mot clé « Italie du sud » n’est malheureusement qu’étrangement et sporadiquement employé.

Vous pouvez commencer votre exploration ici : http://tinyurl.com/oee6but