Archives par mot-clé : Musées

Les collections du Museo Nazionale Jatta (Ruvo di Puglia)

Les quatre salles du Museo Nazionale Jatta, à Ruvo di Puglia, rassemblent l’une des plus impressionnantes collections de vases italiotes. Plus de 2000 objets archéologiques sont conservés depuis deux siècles dans la collection Jatta, dont la plupart sont issus de fouilles à Ruvo ou à proximité de Ruvo.

Ce matériel archéologique a été rassemblé par Giovanni et Giulio Jatta entre 1821 et 1842, puis conservé par Giulia Viesti et son époux Giulio Jatta. C’est cependant leur descendant Giovanni Jatta qui installe la collection dans le nouveau palais familial. Celui-ci est alors l’un des premiers édifices muséaux conçu spécialement pour accueillir des collections archéologiques. Les nombreux héritiers de la famille se montrent par la suite aussi intéressés par ce patrimoine que leurs aïeux, et la collection parvient miraculeusement intacte à l’État italien qui s’en porte acquéreur en 1991 et ouvre le nouveau Musée Archéologique National Jatta dès 1993. Installé dans quatre salles du palais Jatta à Ruvo di Puglia, il s’agit de l’une des rares collections archéologiques privées du XIXe conservées ainsi dans leur muséographie initiale.

Ainsi que l’a montré le projet Rubi Antiqua, qui a donné lieu à un colloque en novembre 2017, l’histoire des Jatta et de Ruvo est indissociable de la vague du collectionnisme qui touche l’Europe au XIXe siècle. Giovanni et Giulio Jatta sont en effet les premiers habitants de la région à tenter de conserver le patrimoine local sur place, alors que les tombes pillées de Ruvo abreuvent les collections et les musées européens. Les informations sur le contexte sont généralement perdues, ce qui mène à un paradoxe : alors que des vases de Ruvo di Puglia se trouvent dans la quasi-totalité des collections, le nom de Ruvo n’est connu de personne. Il fallut attendre l’ouverture du musée et le travail des membres du projet Rubi Antiqua pour qu’une partie de ce matériel retrouve ses origines, un travail en pleine effervescence, mais loin d’être achevé, comme l’ont montré les communications du colloque.

Le musée constitue donc en lui-même une pièce historique capitale dans la compréhension du collectionnisme moderne et contemporain, mais le matériel qu’il héberge est lui aussi exceptionnel : les frères Jatta et leurs descendants ont su rassembler dans la collection de la famille des objets de haute facture, notamment dans le cas des vases dont l’originalité des formes et de l’iconographie illustrent la créativité des artisans antiques. Les vases sont clairement au cœur de la collection, mais il faut également souligner la présence d’un très important ensemble de terres cuites, ainsi que des bronzes et des objets en pâte de verre.

> Des photographies du musée et du matériel exposé seront prochainement accessibles sur Klinai. En attendant n’hésitez pas à contacter Fabien Bièvre-Perrin.

> Un article plus détaillé intitulé Sur les traces de Rubi antiqua à Ruvo di Puglia est à paraître sur le site http://stratigraphies.wordpress.com/

Informations pratiques

  • Le musée est situé à Ruvo di Puglia, à moins d’une heure de train de Bari (le billet coûte 2,80€) où se trouve un aéroport. Une fois arrivé à Ruvo, tout peut se faire à pied.
  • Le musée est ouvert tous les jours de 8h30 à 13h30, le jeudi et le samedi jusqu’à 19h30. Téléphone : 080 3612848.
  • Un guide illustré de 32 pages est disponible sur demande à l’accueil, avec l’histoire du musée, la présentation de la collection et des clés de lecture pour la compréhension des scènes figurées.
  • Les photographies sont autorisées à l’intérieur du musée. Un projet de photogrammétrie des vases monumentaux est en cours.
  • L’accès au reste du palais et à la bibliothèque se fait uniquement sur demande.
  • Ruvo di Puglia est un village très vivant, dont le patrimoine est bien mis en valeur : prévoyez de rester la journée afin de profiter de votre visite au musée pour explorer la ville.

Documentation scientifique

  • Le site officiel du projet Rubi Antiqua : http://rubiantiqua.eu/
  • Plusieurs volumes du CVA ont été publiés (vol. 79-81) et d’autres sont à venir : http://www.lerma.it/index.php?pg=ElencoTitoli&collana=CVAI
  • G. Andreassi, Jatta di Ruvo : la famiglia, la collezione, il Museo nazionale, Bari, 1996
  • C. Bucci, Il Museo Archeologico Jatta, Corato, 1979
  • G. Jatta, Catalogo del Museo Jatta, Naples, 1869
  • H. Sichtermann, Griechische Vasen in Unteritalien aus der Sammlung Jatta in Ruvo, Tubingen, 1966
  • D. Ventrelli, Le terrecotte figurate del Museo Nazionale Jatta di Ruvo, catalogo, Bari, 2004
  • Miti greci: archeologia e pittura dalla Magna Grecia al collezionismo, cat. expo, Milan, 2004

La « Via degli Etruschi » : un trek historique sur le chemin des Étrusques

La « Via degli Etruschi » ou « Route des Étrusques » est née. Il s’agit d’un parcours extraordinaire, d’une centaine de kilomètres, réalisable à pied ou à vélo au fil de 5 ou 6 étapes.

La « Via degli Etruschi » a pour point de départ l’ancienne cité étrusque d’Artimino, en Toscane et, après la traversée de la vallée de Bisenzio et plusieurs haltes permettant le franchissement de la ligne de partage des eaux des Apennins – à Prato (Gonfienti), Vaiano, Montecuccoli, Montepiano, au lac de Brasimone, à Grizzana Morandi – elle finit par rejoindre Marzabotto (l’étrusque Kainua) reliant ainsi la Toscane à l’Émilie-Romagne. Ce parcours peut être effectué dans le sens inverse également, en partant de Marzabotto.

Le tracé de la « Via degli Etruschi » aurait pu effectivement être parcouru dans le passé puisqu’il s’appuie sur un chemin accessible et logique du point de vue de la morphologie du terrain.

Les deux musées étrusques, le Musée National Étrusque « Pompeo Aria » de Marzabotto et le Musée Archéologique « Francesco Nicosia » d’Artimino, se dressent comme les confins culturels et logistiques de la Via. En effet, ces musées sont habilités à fournir les créances de voyage ainsi que l’attestation personnelle de parcours, délivrées au départ puis à l’arrivée.

La créance est un document nominatif que l’on valide tout au long du parcours, lors des différentes étapes et ce dans au moins quatre points logistiques adhérant au dispositif.

À l’arrivée au musée représentant la dernière étape de la Via et sur présentation de la créance compostée, une attestation nominative du parcours sera alors délivrée gratuitement.

Pour la beauté des territoires et la variété des paysages rencontrés, pour son ancrage historique et la possibilité de décrocher un trophée-souvenir (l’attestation de parcours), mais aussi en raison de l’adaptation au plus grand nombre de ce parcours, la « Via degli Etruschi » représente sûrement la réalisation la plus aboutie en Europe de promenade-trekking après le fameux « Chemin de Compostelle ».

Bandeau Via degli Etruschi

Un site internet entièrement dédié au parcours est consultable à l’adresse suivante :

www.laviadeglietruschi.it

L’ensemble des organisateurs souhaite un chaleureux voyage aux « nouveaux Étrusques » !