Archives par mot-clé : Base de données

« CVA Online » : les fascicules du Corpus Vasorum Antiquorum numérisés et accessibles en ligne

« CVA Online » : les fascicules du Corpus Vasorum Antiquorum numérisés et accessibles en ligne. Un point sur la consultation, l’exploitation et les problématiques soulevées par les compilations de données

Le Corpus Vasorum Antiquorum, un peu d’historiographie

Le Corpus Vasorum Antiquorum ou « Corpus des vases antiques », abrégé CVA, est une entreprise de longue haleine menée sous l’égide de l’Union Académique Internationale (UAI) depuis le début des années 1920. Ce projet collectif international – une vingtaine de pays, répartis entre l’Europe, l’Asie, les Amériques et le Pacifique, collaborent ou ont collaboré à l’édition des différents catalogues – s’est fixé pour objectif la publication normée, sous forme de fascicules de texte accompagné de planches photographiques, du vaisselier céramique antique conservé dans les musées nationaux des pays adhérents. Ce fut l’initiateur du projet, Edmond Pottier alors conservateur du département des antiquités orientales et de la céramique antique du musée du Louvre, qui publia en 1922 le tout premier fascicule du CVA portant sur une partie des collections du musée du Louvre. Ainsi, ce premier catalogue ouvrit la voie à une longue et riche série de publications puisqu’au crépuscule de cette année 2015, on dénombre près de 400 fascicules relatifs à 150 collections environ, le dernier en date étant le huitième fascicule consacré aux collections du musée archéologique national de Naples.

Le projet originel d’Edmond Pottier était vaste et ambitieux, prévoyant la publication de l’ensemble des collections archéologiques de vases antiques en céramique provenant d’Europe continentale, du bassin méditerranéen, du Proche et du Moyen-Orient. Quelques années après sa mort, survenue en 1934, et les affrontements de la Seconde Guerre mondiale, les membres des différents comités nationaux du CVA réunis à Lyon en 1956 décidèrent de recentrer l’entreprise sur la céramique grecque et les productions issues des cultures périphériques au monde hellène (céramique étrusque, italiote, ibérique, thrace, etc.).

Le CVA et ses fascicules ne firent plus l’objet de modifications profondes jusqu’au tout début des années 2000 lorsque débuta le projet de numérisation des près de 250 fascicules épuisés. Cette entreprise, dénommée « CVA Online », fut confiée par le Comité international du CVA aux Archives de Beazley de l’Université d’Oxford et financée, entre 2002 et septembre 2004, par une subvention de la Fondation Getty. Aujourd’hui, l’entreprise de numérisation se poursuit et les musées affiliés au projet ont la possibilité de nourrir la base de données des Archives de Beazley, en libre accès sur internet.

CVA 2.0 : la consultation et l’exploitation des fascicules numérisés

Le projet « CVA Online » dispose d’un site internet (www.cvaonline.org) permettant aux utilisateurs de naviguer entre les différents fascicules déjà numérisés et mis en ligne. Cette version numérique du CVA offre la possibilité de consulter directement depuis son bureau les fascicules, sans avoir à se déplacer en bibliothèque voire à courir les différentes bibliothèques si celles-ci ne disposent pas de la collection complète.

CVA_Online
Page d’accueil du « CVA Online »

La méthode de recherche est relativement aisée et permet d’accéder à la documentation à partir de l’onglet « Browse or search » (« Parcourir ou rechercher ») dont les deux chemins – d’un côté « Parcourir », de l’autre « Rechercher » – mènent toutefois au même endroit, à savoir, un index où les fascicules sont triés soit par pays soit par musée, en suivant l’ordre alphabétique. Dans le cas d’une recherche par musée (« alphabetical list of museums »), c’est le nom de la commune écrit en lettres majuscules puis le nom du musée ou de la collection qui apparaîtront, dans cet ordre, dans la liste ; ils peuvent être suivis, lorsque le cas se présente, par le numéro du fascicule si un musée a fait l’objet de plusieurs catalogues (exemple : « ROME, Museo Nazionale di Villa Giulia, I »).

Pour autant, c’est la nature même de sa recherche qui va orienter l’utilisateur vers une requête plutôt qu’une autre : il aura la possibilité de parcourir tout un fascicule ou de rechercher un vase, ou un groupe de vases, au sein d’un ou plusieurs fascicules.

Cas de figure n°1 : « je souhaite consulter le CVA du musée L. Pigorini de Rome »

Dans ce premier cas de figure, à partir de l’index trié soit par pays soit par musée, on a la possibilité de parcourir le catalogue sélectionné de manière dichotomique avec le texte d’un côté et les planches photographiques de l’autre, en cliquant respectivement sur « Browse Text » et « Browse Plates » (NB : afin de consulter en parallèle planches et texte, il convient, sur Safari et avec la dernière version d’OS X du moins, d’ouvrir les liens dans une nouvelle fenêtre pour que l’ouverture de l’un n’écrase pas l’ouverture de l’autre). Cette consultation se fait une page par une page et la qualité de chacune des pages numérisées, qu’elles soient de texte ou de planche, peut être augmentée ou réduite par le biais d’un menu déroulant déclinant sept tailles différentes d’image.

Une des planches photographiques du CVA du musée L. Pigorini
Une des planches photographiques du CVA du musée L. Pigorini

Si l’on revient à l’exemple proposé, le catalogue du musée L. Pigorini : je souhaite consulter (à tout hasard…) les pages relatives, dans le texte, à la céramique provenant de Veio conservée au musée L. Pigorini. Pour ce faire, il faudra avancer page par page, depuis la couverture du fascicule, en cliquant sur la flèche « avant ». Convenons-en, cette recherche spécifique au sein d’un fascicule n’est pas très commode et, à cette étape de la consultation, on aurait peut-être souhaité une palette de navigation où les vignettes des différentes pages numérisées composant le catalogue auraient été réunies sur une ou quelques pages, voire un sommaire permettant d’accéder, par simple clic, à la première page de chaque partie (Cipro, Rodi, Piceno, Capena et Veio dans le cas du CVA du musée L. Pigorini). Il en va de même pour les planches photographiques.

Toutefois, il est possible d’accéder directement à la page souhaitée, après repérage lors de la consultation page par page, en inscrivant le numéro accordé à la page numérisée dans la rubrique vide dédiée à cet effet puis en cliquant sur « Goto » (NB : la touche « Entrée » de votre clavier ne vous permettra pas de valider la case et il faudra bel et bien utiliser le bouton « aller à »). Dans l’exemple proposé, si je souhaite accéder à la première page de texte concernant la céramique de Veio, je vais rechercher la page 27 ; si je souhaite visualiser la première page de planches, je me rends à la page 22.

Find your pot

En guise de transition entre le premier et le second cas de figure, on notera que le « CVA Online » propose, à partir des planches photographiques (NB : l’outil est également proposé pour le texte mais, dans le cas du CVA Pigorini, cela n’a pas fonctionné), un outil de recherche plus spécifique et plutôt subjuguant : l’individualisation des vases reproduits sur chacune des planches numérisées. Cette petite baguette magique se trouve au bas de la planche et s’actionne en cliquant sur le lien « Show related records on Beazley Archive Pottery Database ». Apparaît alors une suite de numéros correspondant au code d’identification des vases représentés sur la planche. Ce numéro d’identification est celui attribué dans la base de données du « CVA Online » à chacun des récipients, ou fragments de récipients, répertoriés dans les fascicules : il ne s’agit pas du numéro d’inventaire de l’objet. La liste des numéros est agencée pour une lecture dextroverse de la planche photographique. Dans le cas de la planche numérisée n°23 du CVA Pigorini (tav. 2 de Veio du fascicule papier), le deuxième numéro de liste (9005770) correspond au deuxième vase représenté en haut à gauche (une écuelle montée sur un pied profilé avec une anse haute). Si l’on clique alors sur le code d’identification du vase, la fiche de l’objet s’ouvre dans un nouvel onglet. On y retrouve des informations concernant la forme générale du vase (ici, une « cup »), son lieu de fabrication (« Veian Fabric ») ou encore son numéro d’inventaire dans la rubrique « Collection ». Enfin, un lien intégré dans la rubrique « Publication record » permet d’afficher dans un nouvel onglet, et en simultané, la page de texte et la planche relatives au vase sélectionné : pratique !

Capture d’écran 2015-12-10 à 16.08.22
La « fiche objet » du vase pris en exemple (CVA musée L. Pigorini)
Cas de figure n°2 : « je recherche un vase, ou un groupe de vases, répondant à un critère spécifique tel le type de production céramique, le type de décor ou la provenance »

À partir de l’index des fascicules numérisés, toujours ordonnés par nom de pays ou par nom de commune et musée, il est non seulement possible de « Parcourir » le texte et les planches d’un fascicule donné mais aussi de « Rechercher une céramique » dans le fascicule en question, en cliquant sur le lien « Search Pottery » qui ouvrira un nouvel onglet contenant un formulaire de requête. Ce formulaire est doté de deux onglets, le premier permettant une recherche « simple », le second une recherche « avancée ». D’office, le fascicule sélectionné apparaît dans la rubrique « Reference ». Si l’on souhaite étendre la recherche à l’ensemble des catalogues du CVA, il suffira alors d’effacer la référence inscrite dans la rubrique.

Le formulaire de requête de la base de données
Le formulaire de requête de la base de données

Dans le formulaire dédié à une « Recherche simple », une série de rubriques accompagnées d’un listing de mots-clés normalisés permettent de rechercher un vase, ou un ensemble de vases, selon un critère ou une combinaison de critères. Pour une recherche portant sur la céramique archaïque non grecque, les rubriques utiles pourront être les suivantes :

  • le lieu de fabrication (« Etruscan », « Faliscan », « Italian Iron Age », « Veian », etc.) ;
  • la technique céramique (« impasto », « red impasto » « red-on-white » ou « bucchero » par exemple) ;
  • la morphologie du récipient (« amphora », « biconical urn », « kotyle », etc.) ;
  • la provenance ou le lieu de trouvaille ;
  • la datation (la chronologie couvre une longue période s’étendant de 800 à 100 av. n.è. et les découpages des bornes ont été faits par tranches de 50 ans).

La recherche au sein de la base de données est certainement plus adaptée à un corpus de vases grecs qu’au vaisselier d’impasto villanovien, falisque ou latial. L’explication est simple : la base de données permettant de rechercher des vases au sein du CVA est directement liée au « Pottery Database » des Archives de Beazley, traditionnellement portées sur l’art classique grec, en particulier les productions athéniennes de vases à figures noires ou rouges des VIIe – IVe siècle av. n.è. Ainsi, les rubriques portant sur le sujet du décor, les inscriptions ou encore l’artiste sont-elles plutôt dédiées aux chercheurs s’intéressant à la céramique et aux représentations iconographiques des périodes archaïques et classiques en Grèce qu’au protohistorien spécialiste de la culture picénienne, par exemple.

Le « CVA Online » et les questionnements soulevés par les compilations de données

S’il est de bon goût de clore toute production par une note positive, cette contribution dérogera à la règle sans que la critique formulée ne s’adresse pour autant, de manière directe, au projet du « CVA Online » – on ne peut, en effet, que se féliciter de la numérisation et de la mise en ligne des catalogues papier épuisés. La critique, ou plutôt les questionnements que la rédaction de cette note a soulevés, concerne la compilation des données dans un vaste corpus, ce que Jean-Claude Gardin appelait les « constructions-compilations ». Que l’objet final du CVA soit la compilation d’un ensemble de vases céramique antiques est une chose – on peut, ou non, s’en contenter – mais ce que cette entreprise implique – la description objective, neutre, normalisée des objets rassemblés – est plus problématique, la base de données en ligne révélant alors toutes les difficultés de la démarche. La création de compilations pose le problème de la formalisation, en amont, du travail et de la verbalisation des données et des descriptions. Or, dès lors qu’il y a passage « aux mots », l’arbitraire pénètre forcément.

Le premier vase de Veio compilé dans le CVA du musée L. Pigorini constitue un exemple frappant : il s’agit d’une coupe à profil continu tronconique montée sur un pied bas et creux de forme conique ; la coupe est reproduite l’embouchure en bas, le pied en haut, comme un couvercle, sans que rien n’indique qu’elle ait pu revêtir cet usage dans la tombe, une sépulture fouillée en 1889 et pour laquelle on ne dispose d’aucune information concernant la structure, encore moins l’agencement des objets. Or, cette coupe renversée (objet n°9005725) est décrite, dans la rubrique de la base de données du « CVA Online » consacrée à la morphologie du récipient, comme un « couvercle » (« Lid »). On n’insistera pas sur le fait que, traditionnellement, dans la littérature archéologique italienne, ces récipients sont désignés comme des « petits plats ».

Capture d’écran 2015-12-10 à 19.12.27
La « fiche objet » du vase pris en exemple (CVA du musée L. Pigorini)

Si les Archives de Beazley ont pleinement conscience de ce travers – c’est la raison pour laquelle, dans le formulaire de requête de la base de données, des listes de mots-clés aident au remplissage des rubriques, accompagnées parfois d’un thesaurus permettant de rechercher la correspondance d’un terme ou d’un nom propre entre plusieurs langues – le problème de la description objective est bel et bien là. Peut-être la question de la définition morphologique d’un vase est-elle moins problématique dans le cadre des études portant sur la céramique grecque d’époque classique ou hellénistique, mais si l’ambition du « Pottery Database » est de reprendre le projet initial d’Edmond Pottier, à savoir l’édition de l’ensemble des vases antiques en céramique provenant d’Europe continentale, de Méditerranée, du Proche et du Moyen-Orient, alors faudrait-il peut-être adapter l’outil à la documentation protohistorique dont la production céramique est nettement moins standardisée.

Quelques sources utiles et utilisées

* Le projet « CVA » de l’Union Académique Internationale :

http://www.uai-iua.org/cgi?usr=sujad4qxrm&lg=fr&pag=1145&tab=195&rec=1&frm=0&par=secorig1114&id=5348&flux=108861702

* La fiche biographique d’Edmond Pottier :

http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/pottier-edmond.html

* Un article historiographique centré sur l’approche d’Edmond Pottier, la création du CVA et le renouveau du programme grâce à l’outil informatique :

Donna Kurtz, « A corpus of ancient vases. Hommage à Edmond Pottier », Revue archéologique, 2004/2 (n° 38), p. 259-286.

Article consultable en ligne : https://www.cairn.info/revue-archeologique-2004-2-page-259.htm

Fastionline, une base de données des chantiers archéologiques

Fastionline est une base de données réunissant des chantiers archéologiques, principalement italiens, concernant les périodes classique et médiévale. Ce vaste projet est conduit par l’AIAC (International Association of Classical Archaeology) et le CSAI (Center for the study of Ancient Ital, de l’Université d’Austin au Texas).

Fasti online mapLa base de données Fastionline est la continuation des Fasti Archaeologici publiés par l’AIAC de 1946 à 1987. Ces publications recensaient les fouilles archéologiques pour l’ensemble du monde romain. Depuis 1998, les problèmes de coûts et de délais ont incité l’AIAC à rechercher une solution plus économique et efficace afin de diffuser ces données : c’est ce qui a conduit à la création de Fastionline en 2000.

Depuis cette date, chaque fouille peut être insérée dans la base de données, sous la responsabilité des différentes équipes, ce qui explique des écarts importants dans les enregistrements selon les pays participant au projet (si vous souhaitez participer, contactez l’équipe). Les propositions sont examinées par un comité scientifique, assurant la fiabilité des données publiées. Seules les nouvelles missions sont insérées dans la base de données, et non les fouilles passées.

Chaque fiche est prévue pour héberger un résumé de la campagne de fouilles en anglais (et éventuellement un autre dans la langue de l’équipe), une carte (et des données géographiques précises), une présentation de l’équipe (direction, représentant de la Surintendance, structure, terrain…), les financements et des images. Chaque page permet d’aboutir au bilan des autres campagnes par année, ainsi qu’à une bibliographie et à une synthèse (type de site, périodes, résumé des campagnes, frise chronologique). De nombreuses autres données peuvent, et pourront, être intégrées aux fiches (GIS par site, vidéo), comme le montre ce diaporama en anglais : https://fr.slideshare.net/jessogden/fasti-caa2012-2-12271198.

Il est possible de naviguer sur le site via un onglet recherche (avec mot clé), carte ou recherche avancée (utilisation de filtres). A partir de la carte, il est possible de zoomer pour observer les rapports disponibles dans une région particulière et d’utiliser différents outils. Une fois la notice de votre choix atteinte, vous pouvez obtenir son URL fixe et une version imprimable via un onglet situé dans la colonne de gauche.

Fastionline

La plupart des données publiées sur FastiOnline sont sous licence Creative Commons CCBY-SA : vous pouvez donc partager, utiliser et adapter les informations fournies. Il suffit pour cela, de faire référence à l’adresse URL de la page concernée (accessible via un onglet latéral) en mentionnant le nom de l’auteur, l’année de la campagne et la date de consultation. Attention ! La licence pour l’utilisation de la revue de Fasti, Fasti FOLD&R, inclut une dimension non commerciale (CC BY-NC-SA).

FastiOnline possède, en outre, sa page facebook, mise à jour avec l’actualité archéologique des sites recensés dans la base.