Archives de catégorie : Billets

Billets d’actualité ou d’information vis à vis du carnet.

Colloque – Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

> Livetweet à suivre sur le fil @fabienbp

Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVe siècles av. n.è.)

Jeudi 1er et vendredi 2 juin 2017
INHA, Galerie Colbert
2 rue Vivienne – 75002 Paris


En réunissant la nouvelle génération de chercheurs dont les travaux portent sur les territoires et cultures de l’Italie préromaine, l’objectif de cette première rencontre est de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France, tout en encourageant les échanges et en redonnant une certaine visibilité à cette tradition des études.

Les présentations s’articuleront au gré de quatre grands thèmes :

  • la première journée sera consacrée à l’étude des circulations humaines et matérielles ;
  • l’historiographie et l’histoire des collections, les problématiques liées au fait urbain et à l’architecture funéraire, ou encore la question des espaces et des milieux seront abordées lors de la seconde journée.

Enfin, une table ronde portant sur les définitions plurielles inhérentes au concept d’Italie préromaine clôturera la première journée.

Le programme des rencontres au format PDF
Jeudi 1er juin − INHA, Galerie Colbert (salle G. Vasari)

8h45 − 9h15 : Accueil des participants

9h15 − 9h30 : Introduction (Solène Chevalier et Ariane Huteau)

Circulations humaines et matérielles. Les données des nécropoles (1)
Modérateur : Alessandro Naso (CNR, ISMA)

9h30 − 10h00Reine-Marie Bérard (École française de Rome, ArScAn) et Ségolène Maudet (École française de Rome, ArScAn)
Approches anthropologiques croisées des données funéraires en Italie archaïque

10h00 − 10h20Anna Maria Desiderio (Paris 10 et Università degli Studi di Salerno, ArScAn)
Fenomeni di mobilità in Campania in età Orientalizzante : problemi di cultura materiale

10h20 − 10h40Alessandro Cocorullo (Rennes 2 et Università « Ca’ Foscari » di Venezia, LAHM)
Le golfe de Policastro à la fin du VIe siècle av. n.è. Nouvelles données et pistes de recherche

10h40 − 11h00 : Discussion

11h00 − 11h30 : Pause

Circulations humaines et matérielles. Les données des nécropoles (2)
Modérateur : Stéphane Verger (EPHE, AOrOc)

11h30 − 11h50Tony Fouyer (Université de Bourgogne, ArTeHiS)
Imitations et circulation à l’époque archaïque. L’œnochoé « rhodienne » comme « fossile-guide » des relations entre la Méditerranée, l’Italie et le nord des Alpes

11h50 − 12h10Fabien Bièvre-Perrin (Aix-Marseille Université, CCJ et IRAA)
Un tombeau « à la grecque » ? De l’usage des marqueurs de tombes grecs par les élites indigènes de Grande Grèce aux IVe et IIIe siècles av. n.è.

12h10 − 12h30 : Discussion

12h30 −14h00 : Pause déjeuner

Circulations humaines et matérielles. Les données des habitats
Modérateur : Stéphane Bourdin (École française de Rome, TrAme)

14h00 − 14h20Mathilde Villette (Rennes 2, LAHM)
Ateliers de potiers sédentaires et itinérance des potiers grecs à l’âge du Fer dans le Golfe de Tarente

14h20 − 14h40Clément Bellamy (Rennes 2 et Università degli Studi di Foggia, LAHM)
Statut, fonction et diffusion de la production céramique indigène entre âge du Fer et période archaïque en Italie méridionale

14h40 − 15h00Lou de Barbarin (Aix-Marseille Université et Università degli Studi di Napoli L’Orientale, CCJ)
Identifier les céramiques locales en contexte colonial archaïque : l’exemple de Mégara Hyblaea

15h00 − 15h20Julia Schelling (Paris 4 et Università degli studi di Firenze, Orient et Méditerranée)
L’Étrurie padane entre mer et terres : analyse d’un réseau commercial naissant entre la fin du VIe et le V siècle av. n.è.

15h20 − 15h50 : Discussion

15h50 – 16h15 : Pause

16h15 − 17h45 : Table ronde
Quelle Italie préromaine ? Autour d’un concept aux définitions plurielles


Vendredi 2 juin – INHA, Galerie Colbert (salle G. Vasari)

9h00 − 9h40 : Accueil des participants

Historiographie et histoire des collections
Modérateur : Gilles van Heems (Lyon 2, HISoMA)

9h40 − 10h00Daniela Ventrelli (CNRS, ANHIMA)
Rubi antiqua : collectionnisme et réception des découvertes archéologiques au XIXe siècle, entre l’Italie du Sud et la France

10h00 − 10h20Flavia Morandini (Université Bordeaux-Montaigne, Ausonius)
Bronzes étrusques du Ve siècle av. n.è. : relectures et mises à jour

10h20 − 10h40Julie Labregère (Université François Rabelais de Tours, CeTHiS)
À propos de la découverte de la Tombe Regolini Galassi : un document inédit des archives Campanari

10h40 − 11h00 : Discussion

11h00 − 11h30 : Pause

Villes des vivants et villes des morts
Modérateur : Vincent Jolivet (CNRS, AOrOc)

11h30 − 11h50Flore Lerosier (Université François Rabelais de Tours, CeTHiS)
La polis grecque coloniale classique : l’exemple de Neapolis

11h50 − 12h10Frédéric Mège (Aix-Marseille Université, CCJ)
Le fait urbain à Mégara Hyblaea et en Sicile aux IVe et IIIe siècles av. n.è., entre Grec hellénistique et Romain républicain

12h10 − 12h30Edwige Lovergne (Paris 1, ArScAn)
Un système égalitaire de sépultures en territoire tarquinien. Typologie et diffusion des tombes à caisson de « type Musarna » entre la fin du IVe et le début du IIIe siècle av. n.è.

12h10 − 12h30 : Discussion

12h30 −14h30 : Pause déjeuner

Milieux et espaces
Modérateur : Cecilia D’Ercole (EHESS, ANHIMA)

14h30 − 14h50Solène Chevalier (EPHE, AOrOc)
Occupation de la façade littorale tyrrhénienne de la péninsule italienne de l’âge du Bronze moyen au début du Premier âge du Fer. Étude diachronique

14h50 − 15h10Laura Déchery (EHESS, ANHIMA)
Le littoral du Latium méridional et de la Campanie septentrionale entre le IXe et le IIIe siècle av. n.è. : un paysage propice aux contacts et aux échanges

15h10 − 15h30Ferréol Salomon (University of Southampton)
Géoarchéologie des embouchures : dynamique des milieux fluvio-littoraux italiens aux 2e et 1er millénaires av. n.è.

15h30 − 15h50Giovanni Polizzi (Aix-Marseille Université, CCJ)
Recherches pluridisciplinaires sur la cité hellénistico-romaine de Solonte (Sicile occidentale)

15h50 − 16h10Cécile Vittori (Université de Strasbourg, LIVE)
Évolution paléoenvironnementale de l’antique lagune de Burano (Capalbio, Toscane, Italie) : résultats préliminaires

16h10 − 16h45 : Discussion

16h45 − 17h00
Conclusions : Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Un cocktail clôturera cette seconde journée


Les organisatrices
Solène Chevalier – EPHE (ED 472), UMR 8546. AOrOc
Ariane Huteau – Paris 1 (ED 112), UMR 7041. ArScAn
Adresse mail de contact : rencontres.ip@gmail.com

Le comité scientifique
Stéphane Bourdin (École française de Rome, TrAme)
Cecilia D’Ercole (EHESS, ANHIMA)
Laurent Haumesser (musée du Louvre)
Vincent Jolivet (CNRS, AOrOc)
Alessandro Naso (CNR, ISMA)
Francis Prost (Paris 1, ArScAn)
Gilles van Heems (Lyon 2, HiSoMA)
Stéphane Verger (EPHE, AOrOc)

Les institutions partenaires
Campus Condorcet
ED 472 (École Pratique des Hautes Études)
ED 112 (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
UMR 8546. AOrOC
UMR 7041. ArScAn et l’équipe « Archéologie du monde grec archaïque et classique »

La base de données du Thorvaldsens Museum

Le musée Thorvaldsen est situé à Copenhague au Danemark. Ce bâtiment d’inspiration grecque est dédié au sculpteur néoclassique danois Bertl Thorvaldsen, mais il héberge également des objets archéologiques et des œuvres d’art réunies lors d’une collection publique en 1837.

G.F. Hetsch Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839
G.F. Hetsch, Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839.

Antiquité pré-romaine

Les Antiquités italiennes sont bien représentées, et le musée a récemment mis en ligne une base de données permettant d’en consulter les notices, illustrées de photographies de qualité. La base est bien pensée, et relativement ergonomique. Il n’est cependant pas aisé de trouver en une recherche toute la documentation issue de l’Italie pré-romaine en raison du niveau très variable de remplissage des fiches. Il faut en effet utiliser des mots-clés différents pour espérer trouver tout le matériel pertinent.

  • western : 29 objets, surtout des statuettes.
  • italy : 3 objets dont un importé d’Attique.
  • south (italy) : 68 objets, peu illustrés, surtout des vases italiotes.
  • D’autres mots-clés permettent certainement d’accéder à d’autres objets d’Italie pré-romaine absents de ces quatre recherches.

Certains documents bénéficient d’une notice détaillée. Dans la plupart des cas, les informations sont limitées à des données techniques (matériau, dimensions, datation). Les peintres sont indiqués pour quelques vases.

Les photographies sont téléchargeables en bonne qualité et sous licence 0 (Public Domain Photos), donc exploitables pour tous usages, y compris commerciaux. Le musée fournit un guide des licences photographiques pour les documents mis en ligne, dont il faut saluer la clarté et l’exhaustivité : http://www.thorvaldsensmuseum.dk/en/public-domain. Quand aucune image n’est disponible, un lien permet de faire une demande.

Autres collections

Altamuramaleren - Krater with Poseidon and a goddess. Greek, c. 460 BC Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm Inventory number: H596
Altamuramaleren – Krater with Poseidon and a goddess.
Greek, c. 460 BC
Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm
Inventory number: H596

En tout, ce sont 1787 objets antiques qui sont recensés et présentés sur le site. Une section à part permet de consulter le catalogue des gemmes antiques (1959 objets). La collection des 472 moulages en plâtre est également accessible, ainsi que des gravures et des peintures modernes.

Appel à communications – Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Appel à communications (Paris INHA, 1-2 juin 2017)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Du Bronze récent à la romanisation (XIVème – IVème siècles av. n.è.)

Date limite de soumission : 3 janvier 2017

Pour télécharger l’appel à communications au format PDF, c’est ici : appel_communications_italie_preromaine


En réunissant les doctorants inscrits dans les établissements français ainsi que les jeunes docteurs dont les travaux portent sur l’Italie préromaine (la péninsule et les îles), entre l’âge du Bronze Récent et le début de la romanisation, l’objectif principal  des rencontres est de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France, tout en favorisant la création de liens entre jeunes chercheurs et en stimulant les échanges avec les chercheurs plus confirmés.

Une rencontre transdisciplinaire

Afin de mettre en évidence les passerelles transdisciplinaires qui caractérisent les travaux sur l’Italie préromaine, les présentations pourront relever des différents champs disciplinaires qui contribuent à enrichir ce domaine des études : archéologie, histoire, épigraphie, philologie, numismatique ou encore les géosciences appliquées à l’archéologie et les études d’histoire moderne portant sur le collectionnisme et la réception des découvertes.

Réseau, échanges et réflexions 

En consacrant deux journées consécutives à ces rencontres, l’objectif est de favoriser la création d’un réseau de jeunes chercheurs et de développer les échanges et discussions, entre chaque présentation, avec les chercheurs confirmés invités.

Puisque le programme de ces journées entend aborder, à travers différents prismes, mille ans d’histoire, une table-ronde consacrée à une problématique commune, clôturera ces rencontres.

Revalorisation des études et visibilité

En dressant un état des lieux de la jeune recherche en France, ces journées auront également pour objectif de renouveler les approches et les informations tout en revalorisant une tradition des études qui pâtit, aujourd’hui, d’un nombre réduit d’enseignements.

Un compte-rendu de la rencontre sera diffusé en ligne dans le carnet Hypothèses « Klinai » tandis que les différentes communications feront l’objet d’une publication, sous forme d’articles. La publication des actes de ces rencontres s’inscrira dans une démarche visant à redonner une certaine visibilité aux recherches en cours.


Modalités de soumission des communications

Les communications, d’une durée de 20 minutes, seront suivies d’un temps de discussion.

Elles pourront être faites en français ou en italien.

Les propositions de communication devront comporter :

  • un résumé de l’intervention (250 mots maximum)
  • le titre de la communication
  • le nom et le prénom du ou des intervenants
  • le rattachement administratif du ou des intervenants

La date limite de soumission est fixée au 3 janvier 2017.

Les propositions devront être envoyées à : rencontres.ip@gmail.com

Dans la mesure du possible, les frais de restauration et de déplacement, si nécessaire, des participants pourront être pris en charge.


Lieu, temps et personnes 

Les rencontres se dérouleront à Paris les 1er et  2 juin 2017 à l’INHA (salle G. Vasari, 1er étage).

Les organisatrices : Solène CHEVALIER (doctorante, EPHE, UMR 8546 – AOrOc, équipe « Celtes et Étrusques ») et Ariane HUTEAU (doctorante, Université Paris 1, UMR 7041 – ArScAn, équipe « Archéologies environnementales »).

Le comité scientifiqueStéphane BOURDIN (École française de Rome), Cecilia D’ERCOLE (EHESS, ANHIMA), Laurent HAUMESSER (musée du Louvre), Vincent JOLIVET (CNRS, AOrOc), Alessandro NASO (CNR, ISMA), Francis PROST (Paris 1, ArScAn), Gilles van HEEMS (Lyon 2, HiSoMA) et Stéphane VERGER (EPHE, AOrOc).

 

Appel à poster – « Società e innovazione nell’Etruria di IV-III secolo a.C. »

Appel à poster – Colloque international :

« Società e innovazione nell’Etruria di IV-III secolo a.C. »

Un appel à poster est ouvert pour le colloque international « Società e innovazione nell’Etruria di IV-III secolo a.C. » qui se tiendra à Bolsena entre le 21 et le 22 octobre 2016.

Vous trouverez, dans le document PDF joint à cet article, l’appel à poster en italien, ainsi que les normes de présentation demandées. Pour la version en anglais, rendez vous sur academia.

La date limite de soumission est  fixée au 25 septembre 2016.

N’hésitez pas à partager sur vos réseaux cet évènement scientifique organisé par deux jeunes collègues archéologues.

Présentation :

Il Comitato Organizzatore del Convegno internazionale “Società e innovazione nell’Etruria di IV-­III secolo a.C.” invita tutti gli studiosi che si occupano di archeologia tardo etrusca a presentare i risultati delle proprie ricerche più recenti.

Il Comitato Scientifico del Convegno è costituito dalla dott.ssa Simona Carosi, dal prof. Paul Fontaine, dal dott. Vincent Jolivet, dal dott. Pietro Tamburini e dal prof. Mario Torelli. L’evento è organizzato con i patrocini dell’Istituto Nazionale di Studi Etruschi ed Italici, della Soprintendenza Archeolog ia Belle Arti e Paesaggio per l’Area metropolitana di Roma, la Provincia di Viterbo e l’Etruria Meridionale, del Gruppo Archeologico Romano, del Sistema Museale del Lago di Bolsena, del Comune di Farnese, del Museo Civico «F. Rittatore Vonwiller» e della Riserva Naturale Regionale Selva del Lamone.

Il Convegno è parte del programma di iniziative intese a celebrare i venti anni di attività archeologica (1996­-2016 ) nella fortezza tardo etrusca di Rofalco (Farnese, VT). Il convegno è una straordinaria opportunità per divulgare le proprie ricerche nella cornice del medievale Teatro di San Francesco , nel centro di Bolsena (VT).

Domenica 23 ottobre saranno inoltre organizzate visite guidate agli scavi di Bolsena, Vulci e Rofalco.

Il Convegno rappresenta un’ottima occasione per discutere i temi caratteristici di questo stimolante quanto controverso periodo storico, di cui le recenti ricerche archeologiche stanno ampliando notevolmente la conoscenza, sia per il mondo etrusco che per quello romano. L’incontro di studi è dedicato in particolare all’archeologia del periodo tardo etrusco (IV-­III secolo a.C.), agli aspetti socio­economici, all’architettura militare ed agli insediamenti fortificati, con particolare attenzione al territorio di Vulci. I principali ambiti tematici affrontati dal Convegno sono: il rapporto tra capoluoghi, centri subalterni e confini; gli insediamenti fortificati e la difesa del te rritorio; il ruolo svolto dai santuari; Vulci ed il suo territorio.

Nei due giorni di Convegno saranno presentati diversi contributi di studiosi internazionali, che hanno già aderito all’iniziativa: contemporaneamente sarà organizzata una sessione poster a partecipazione libera. Vi preghiamo dunque di inviare proposte per poster da esporre nella sede del Convegno. I contributi possono riguardare progetti di scavo o ricognizione, ritrovament i, sviluppi o risultati di ricerche in corso, approcci innovativi ai temi trattati. I poster selezionat i rimarranno esposti per tutta la durata del Convegno ed offriranno ai partecipanti una interessante panoramica sulle più recenti acquisizioni degli studi sull’Etruria di età recente .

Télécharger l’appel au format PDF : Etruria-IV-III-sec-Call-for-posters-1

Présentation de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix-en-Provence à l’usage des magno-grecs et sicéliotes.

Présentation générale

La Bibliothèque d’Antiquité d’Aix (BiAA)  propose un riche fonds documentaire pour les chercheurs travaillant sur la Grande Grèce. L’originalité de la BiAA réside notamment dans l’importance de sa documentation sur la colonisation grecque en Occident, mais aussi sur l’Antiquité africaine, la Gaule méridionale, la Méditerranée occidentale, et sur les Lettres classiques, ainsi que les textes chrétiens et patristiques, grecs et latins. Située dans la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), y travailler peut être l’occasion de rencontrer les chercheurs et doctorants d’Aix-Marseille Université, et des laboratoires d’archéologie de la MMSH (CCJ, TDMAM, IRAA, LAMPEA, LA3M) et d’autres unités mixtes de recherche (http://www.mmsh.univ-aix.fr/). La BiAA a notamment l’avantage d’être facilement accessible aux étudiants et chercheurs sur simple inscription à l’accueil.

BiAA

Continuer la lecture de Présentation de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix-en-Provence à l’usage des magno-grecs et sicéliotes.

Les bourses de l’École française de Rome

Lorsque l’on commence sa recherche de doctorat et que l’on ne dispose pas d’un directeur de thèse très attentif, il est souvent difficile de savoir quels financements il est légitime de demander. Les possibilités offertes par l’École française de Rome (EfR) méritent qu’on les présente ici bien que le site internet de l’institution explique comment procéder.

EFR

Qui a droit aux bourses de l’EfR ?

Pour prétendre à une bourse de l’École, il faut être inscrit en doctorat (ou être en cotutelle), dans une université ou un établissement d’enseignement et de recherche supérieur français, ou provenir d’un pays où travaille l’École (Albanie, Algérie, Croatie, Maroc, Serbie, Slovénie, Tunisie).

Il est nécessaire d’être titulaire du Master 2 ou d’un diplôme équivalent et que le sujet de la thèse ait déjà été clairement défini.

Que permet une bourse de l’EfR ?

Le but de ces bourses est d’aider de jeunes chercheurs à mener à bien leurs recherches en Italie, principalement à Rome et Naples (où se situe le Centre Jean Bérard), mais pas seulement.

csm_bibliotheque_10c2484d3e

Pour les chercheurs travaillant sur la Grande Grèce et la civilisation étrusque, la bibliothèque du Palais Farnèse est incontournable puisque vous y trouverez de nombreux fonds pertinents pour vos recherches. Lors de votre séjour en tant que boursier, vous n’êtes pas obligé de faire de la bibliothèque votre – unique – lieu de travail : d’autres institutions comme la British School at Rome ou l’Institut Allemand peuvent vous accueillir. Par ailleurs, vous pouvez toujours consacrer une partie, ou la totalité, de votre séjour, à l’étude de mobilier dans les musées. Toutefois, avant de vous rendre dans ces différentes institutions, demandez conseil au secrétariat car il est souvent bien utile d’obtenir une lettre de l’École afin d’accélérer la procédure.

csm_finestra-1_9fa7347958

Outre les bibliothèques et les musées, un séjour à Rome permet de participer aux nombreux événements scientifiques et aux expositions qui y ont lieu (pensez éventuellement à consulter les programmes des institutions romaines avant de choisir le mois pour lequel candidater). Vous y ferez également des rencontres : consultez la liste des boursiers et celle des membres, il y a sûrement des discussions intéressantes à engager autour de votre recherche, ou de tout autre chose d’ailleurs !

Un mois en bourse à Rome, c’est aussi l’occasion d’enrichir sa culture générale, de découvrir la ville éternelle et ses alentours et, bien sûr, de manger des glaces (et des pizzas, de la pasta, des artichauts, du tiramisù…).

Teatro

N’hésitez pas à consulter le guide du boursier avant et pendant votre séjour !

Comment procéder ?
Le dossier à réunir :
  • Lettre de candidature à adresser au : Directeur des études pour l’Antiquité, service des boursiers (Antiquité), Piazza Farnese 67– (I) 00186 Roma. La lettre de candidature doit présenter le programme de travail en Italie pour la durée choisie de la bourse ainsi que les fonds documentaires qui seront consultés (archives, bibliothèques, musées) (2 pages environ). Il est possible de demander un séjour de un mois ou de deux mois. Toutefois, il est extrêmement rare que des séjours de deux mois soient accordés : ceux-ci doivent être pleinement justifiés dans la candidature. Un programme de recherche clair et précis doit être fourni, indiquant le(s) lieu(x) du séjour, les fonds à consulter, etc. Les frais de voyage sur place ne sont pas remboursés. Indiquez le ou les mois pour lesquels vous faites votre demande. Certains mois sont à éviter, comme ceux des vacances des jeunes chercheurs fonctionnaires : le nombre de chambres place Navone n’est, en effet, pas extensible.
  • Présentation de la thèse en cours (2 pages environ). Si vous n’en avez pas déjà une de prête, dites-vous qu’elle resservira sous peu pour un autre dossier.
  • Fiche de renseignements : le PDF n’est pas éditable, mais vous pouvez toujours l’ouvrir dans Photoshop ou scanner la page complétée à la main.
  • Éléments sur la scolarité du Master : notes obtenues et classement pour les allocations de recherche (ce document n’existe pas dans toutes les écoles doctorales, demandez un justificatif).
  • Attestation motivée du directeur de thèse (obligatoire) et, éventuellement, d’une autre personnalité scientifique. Attention, c’est l’une des raisons pour lesquelles il faut préparer le dossier en avance.

Les dossiers doivent être transmis par email impérativement avant le 30 septembre pour une bourse se déroulant au premier semestre de l’année civile suivante (entre janvier et juin) ou le 31 mars pour le second semestre de l’année civile en cours (bourse entre juillet et décembre).

Pour la section Antiquité, envoyez votre dossier complet au directeur des études Antiquité (dirant(at)efrome.it) et mettez en copie le secrétariat des études Antiquité (cc :  secrant(at)efrome.it).

Le séjour

Si vous passez votre en bourse à Rome, vous devrez rapidement vous présenter à la direction de la bibliothèque du Farnèse si vous devez y travailler : vous obtiendrez ainsi votre carte d’accès. Vous devrez également rencontrer le directeur des études (un rendez-vous vous sera proposé au début de votre séjour). Les services administratifs sont quant à eux regroupés au même endroit que l’hébergement, place Navone (notamment le service comptabilité).

csm_Farnese-ClicheAnderson1910_px680x501_57483e5a8d

La bourse est versée peu avant ou au tout début de votre séjour à l’EfR : elle s’élève à 1000€. Sur ce montant, le coût de l’hébergement, si vous logez place Navone, sera retiré automatiquement.

csm_chambre-2_3d6db5ae22

Chaque chambre place Navone comporte sa propre salle de bain, ses toilettes, un bureau et une armoire. Le WiFi est disponible dans tout le bâtiment (ainsi qu’au Palais Farnèse). Au dernier étage, une cuisine commune et un espace buanderie avec des machines à laver, des fers à repasser et des étendages sont disponibles en permanence.

csm_cuisine-_1_5c22149af5

Le rapport

Un rapport, qui fait souvent l’objet de discussions inquiètes entre boursiers à la fin du mois, doit être envoyé dans les deux mois suivants la fin de votre séjour à l’EfR. Il est à fournir en double exemplaire au directeur des études et sera transmis, par la suite, à votre directeur de thèse.

*Les photographies sont toutes issues du site officiel de l’EfR.

« CVA Online » : les fascicules du Corpus Vasorum Antiquorum numérisés et accessibles en ligne

« CVA Online » : les fascicules du Corpus Vasorum Antiquorum numérisés et accessibles en ligne. Un point sur la consultation, l’exploitation et les problématiques soulevées par les compilations de données

Le Corpus Vasorum Antiquorum, un peu d’historiographie

Le Corpus Vasorum Antiquorum ou « Corpus des vases antiques », abrégé CVA, est une entreprise de longue haleine menée sous l’égide de l’Union Académique Internationale (UAI) depuis le début des années 1920. Ce projet collectif international – une vingtaine de pays, répartis entre l’Europe, l’Asie, les Amériques et le Pacifique, collaborent ou ont collaboré à l’édition des différents catalogues – s’est fixé pour objectif la publication normée, sous forme de fascicules de texte accompagné de planches photographiques, du vaisselier céramique antique conservé dans les musées nationaux des pays adhérents. Ce fut l’initiateur du projet, Edmond Pottier alors conservateur du département des antiquités orientales et de la céramique antique du musée du Louvre, qui publia en 1922 le tout premier fascicule du CVA portant sur une partie des collections du musée du Louvre. Ainsi, ce premier catalogue ouvrit la voie à une longue et riche série de publications puisqu’au crépuscule de cette année 2015, on dénombre près de 400 fascicules relatifs à 150 collections environ, le dernier en date étant le huitième fascicule consacré aux collections du musée archéologique national de Naples.

Le projet originel d’Edmond Pottier était vaste et ambitieux, prévoyant la publication de l’ensemble des collections archéologiques de vases antiques en céramique provenant d’Europe continentale, du bassin méditerranéen, du Proche et du Moyen-Orient. Quelques années après sa mort, survenue en 1934, et les affrontements de la Seconde Guerre mondiale, les membres des différents comités nationaux du CVA réunis à Lyon en 1956 décidèrent de recentrer l’entreprise sur la céramique grecque et les productions issues des cultures périphériques au monde hellène (céramique étrusque, italiote, ibérique, thrace, etc.).

Le CVA et ses fascicules ne firent plus l’objet de modifications profondes jusqu’au tout début des années 2000 lorsque débuta le projet de numérisation des près de 250 fascicules épuisés. Cette entreprise, dénommée « CVA Online », fut confiée par le Comité international du CVA aux Archives de Beazley de l’Université d’Oxford et financée, entre 2002 et septembre 2004, par une subvention de la Fondation Getty. Aujourd’hui, l’entreprise de numérisation se poursuit et les musées affiliés au projet ont la possibilité de nourrir la base de données des Archives de Beazley, en libre accès sur internet.

CVA 2.0 : la consultation et l’exploitation des fascicules numérisés

Le projet « CVA Online » dispose d’un site internet (www.cvaonline.org) permettant aux utilisateurs de naviguer entre les différents fascicules déjà numérisés et mis en ligne. Cette version numérique du CVA offre la possibilité de consulter directement depuis son bureau les fascicules, sans avoir à se déplacer en bibliothèque voire à courir les différentes bibliothèques si celles-ci ne disposent pas de la collection complète.

CVA_Online
Page d’accueil du « CVA Online »

La méthode de recherche est relativement aisée et permet d’accéder à la documentation à partir de l’onglet « Browse or search » (« Parcourir ou rechercher ») dont les deux chemins – d’un côté « Parcourir », de l’autre « Rechercher » – mènent toutefois au même endroit, à savoir, un index où les fascicules sont triés soit par pays soit par musée, en suivant l’ordre alphabétique. Dans le cas d’une recherche par musée (« alphabetical list of museums »), c’est le nom de la commune écrit en lettres majuscules puis le nom du musée ou de la collection qui apparaîtront, dans cet ordre, dans la liste ; ils peuvent être suivis, lorsque le cas se présente, par le numéro du fascicule si un musée a fait l’objet de plusieurs catalogues (exemple : « ROME, Museo Nazionale di Villa Giulia, I »).

Pour autant, c’est la nature même de sa recherche qui va orienter l’utilisateur vers une requête plutôt qu’une autre : il aura la possibilité de parcourir tout un fascicule ou de rechercher un vase, ou un groupe de vases, au sein d’un ou plusieurs fascicules.

Cas de figure n°1 : « je souhaite consulter le CVA du musée L. Pigorini de Rome »

Dans ce premier cas de figure, à partir de l’index trié soit par pays soit par musée, on a la possibilité de parcourir le catalogue sélectionné de manière dichotomique avec le texte d’un côté et les planches photographiques de l’autre, en cliquant respectivement sur « Browse Text » et « Browse Plates » (NB : afin de consulter en parallèle planches et texte, il convient, sur Safari et avec la dernière version d’OS X du moins, d’ouvrir les liens dans une nouvelle fenêtre pour que l’ouverture de l’un n’écrase pas l’ouverture de l’autre). Cette consultation se fait une page par une page et la qualité de chacune des pages numérisées, qu’elles soient de texte ou de planche, peut être augmentée ou réduite par le biais d’un menu déroulant déclinant sept tailles différentes d’image.

Une des planches photographiques du CVA du musée L. Pigorini
Une des planches photographiques du CVA du musée L. Pigorini

Si l’on revient à l’exemple proposé, le catalogue du musée L. Pigorini : je souhaite consulter (à tout hasard…) les pages relatives, dans le texte, à la céramique provenant de Veio conservée au musée L. Pigorini. Pour ce faire, il faudra avancer page par page, depuis la couverture du fascicule, en cliquant sur la flèche « avant ». Convenons-en, cette recherche spécifique au sein d’un fascicule n’est pas très commode et, à cette étape de la consultation, on aurait peut-être souhaité une palette de navigation où les vignettes des différentes pages numérisées composant le catalogue auraient été réunies sur une ou quelques pages, voire un sommaire permettant d’accéder, par simple clic, à la première page de chaque partie (Cipro, Rodi, Piceno, Capena et Veio dans le cas du CVA du musée L. Pigorini). Il en va de même pour les planches photographiques.

Toutefois, il est possible d’accéder directement à la page souhaitée, après repérage lors de la consultation page par page, en inscrivant le numéro accordé à la page numérisée dans la rubrique vide dédiée à cet effet puis en cliquant sur « Goto » (NB : la touche « Entrée » de votre clavier ne vous permettra pas de valider la case et il faudra bel et bien utiliser le bouton « aller à »). Dans l’exemple proposé, si je souhaite accéder à la première page de texte concernant la céramique de Veio, je vais rechercher la page 27 ; si je souhaite visualiser la première page de planches, je me rends à la page 22.

Find your pot

En guise de transition entre le premier et le second cas de figure, on notera que le « CVA Online » propose, à partir des planches photographiques (NB : l’outil est également proposé pour le texte mais, dans le cas du CVA Pigorini, cela n’a pas fonctionné), un outil de recherche plus spécifique et plutôt subjuguant : l’individualisation des vases reproduits sur chacune des planches numérisées. Cette petite baguette magique se trouve au bas de la planche et s’actionne en cliquant sur le lien « Show related records on Beazley Archive Pottery Database ». Apparaît alors une suite de numéros correspondant au code d’identification des vases représentés sur la planche. Ce numéro d’identification est celui attribué dans la base de données du « CVA Online » à chacun des récipients, ou fragments de récipients, répertoriés dans les fascicules : il ne s’agit pas du numéro d’inventaire de l’objet. La liste des numéros est agencée pour une lecture dextroverse de la planche photographique. Dans le cas de la planche numérisée n°23 du CVA Pigorini (tav. 2 de Veio du fascicule papier), le deuxième numéro de liste (9005770) correspond au deuxième vase représenté en haut à gauche (une écuelle montée sur un pied profilé avec une anse haute). Si l’on clique alors sur le code d’identification du vase, la fiche de l’objet s’ouvre dans un nouvel onglet. On y retrouve des informations concernant la forme générale du vase (ici, une « cup »), son lieu de fabrication (« Veian Fabric ») ou encore son numéro d’inventaire dans la rubrique « Collection ». Enfin, un lien intégré dans la rubrique « Publication record » permet d’afficher dans un nouvel onglet, et en simultané, la page de texte et la planche relatives au vase sélectionné : pratique !

Capture d’écran 2015-12-10 à 16.08.22
La « fiche objet » du vase pris en exemple (CVA musée L. Pigorini)
Cas de figure n°2 : « je recherche un vase, ou un groupe de vases, répondant à un critère spécifique tel le type de production céramique, le type de décor ou la provenance »

À partir de l’index des fascicules numérisés, toujours ordonnés par nom de pays ou par nom de commune et musée, il est non seulement possible de « Parcourir » le texte et les planches d’un fascicule donné mais aussi de « Rechercher une céramique » dans le fascicule en question, en cliquant sur le lien « Search Pottery » qui ouvrira un nouvel onglet contenant un formulaire de requête. Ce formulaire est doté de deux onglets, le premier permettant une recherche « simple », le second une recherche « avancée ». D’office, le fascicule sélectionné apparaît dans la rubrique « Reference ». Si l’on souhaite étendre la recherche à l’ensemble des catalogues du CVA, il suffira alors d’effacer la référence inscrite dans la rubrique.

Le formulaire de requête de la base de données
Le formulaire de requête de la base de données

Dans le formulaire dédié à une « Recherche simple », une série de rubriques accompagnées d’un listing de mots-clés normalisés permettent de rechercher un vase, ou un ensemble de vases, selon un critère ou une combinaison de critères. Pour une recherche portant sur la céramique archaïque non grecque, les rubriques utiles pourront être les suivantes :

  • le lieu de fabrication (« Etruscan », « Faliscan », « Italian Iron Age », « Veian », etc.) ;
  • la technique céramique (« impasto », « red impasto » « red-on-white » ou « bucchero » par exemple) ;
  • la morphologie du récipient (« amphora », « biconical urn », « kotyle », etc.) ;
  • la provenance ou le lieu de trouvaille ;
  • la datation (la chronologie couvre une longue période s’étendant de 800 à 100 av. n.è. et les découpages des bornes ont été faits par tranches de 50 ans).

La recherche au sein de la base de données est certainement plus adaptée à un corpus de vases grecs qu’au vaisselier d’impasto villanovien, falisque ou latial. L’explication est simple : la base de données permettant de rechercher des vases au sein du CVA est directement liée au « Pottery Database » des Archives de Beazley, traditionnellement portées sur l’art classique grec, en particulier les productions athéniennes de vases à figures noires ou rouges des VIIe – IVe siècle av. n.è. Ainsi, les rubriques portant sur le sujet du décor, les inscriptions ou encore l’artiste sont-elles plutôt dédiées aux chercheurs s’intéressant à la céramique et aux représentations iconographiques des périodes archaïques et classiques en Grèce qu’au protohistorien spécialiste de la culture picénienne, par exemple.

Le « CVA Online » et les questionnements soulevés par les compilations de données

S’il est de bon goût de clore toute production par une note positive, cette contribution dérogera à la règle sans que la critique formulée ne s’adresse pour autant, de manière directe, au projet du « CVA Online » – on ne peut, en effet, que se féliciter de la numérisation et de la mise en ligne des catalogues papier épuisés. La critique, ou plutôt les questionnements que la rédaction de cette note a soulevés, concerne la compilation des données dans un vaste corpus, ce que Jean-Claude Gardin appelait les « constructions-compilations ». Que l’objet final du CVA soit la compilation d’un ensemble de vases céramique antiques est une chose – on peut, ou non, s’en contenter – mais ce que cette entreprise implique – la description objective, neutre, normalisée des objets rassemblés – est plus problématique, la base de données en ligne révélant alors toutes les difficultés de la démarche. La création de compilations pose le problème de la formalisation, en amont, du travail et de la verbalisation des données et des descriptions. Or, dès lors qu’il y a passage « aux mots », l’arbitraire pénètre forcément.

Le premier vase de Veio compilé dans le CVA du musée L. Pigorini constitue un exemple frappant : il s’agit d’une coupe à profil continu tronconique montée sur un pied bas et creux de forme conique ; la coupe est reproduite l’embouchure en bas, le pied en haut, comme un couvercle, sans que rien n’indique qu’elle ait pu revêtir cet usage dans la tombe, une sépulture fouillée en 1889 et pour laquelle on ne dispose d’aucune information concernant la structure, encore moins l’agencement des objets. Or, cette coupe renversée (objet n°9005725) est décrite, dans la rubrique de la base de données du « CVA Online » consacrée à la morphologie du récipient, comme un « couvercle » (« Lid »). On n’insistera pas sur le fait que, traditionnellement, dans la littérature archéologique italienne, ces récipients sont désignés comme des « petits plats ».

Capture d’écran 2015-12-10 à 19.12.27
La « fiche objet » du vase pris en exemple (CVA du musée L. Pigorini)

Si les Archives de Beazley ont pleinement conscience de ce travers – c’est la raison pour laquelle, dans le formulaire de requête de la base de données, des listes de mots-clés aident au remplissage des rubriques, accompagnées parfois d’un thesaurus permettant de rechercher la correspondance d’un terme ou d’un nom propre entre plusieurs langues – le problème de la description objective est bel et bien là. Peut-être la question de la définition morphologique d’un vase est-elle moins problématique dans le cadre des études portant sur la céramique grecque d’époque classique ou hellénistique, mais si l’ambition du « Pottery Database » est de reprendre le projet initial d’Edmond Pottier, à savoir l’édition de l’ensemble des vases antiques en céramique provenant d’Europe continentale, de Méditerranée, du Proche et du Moyen-Orient, alors faudrait-il peut-être adapter l’outil à la documentation protohistorique dont la production céramique est nettement moins standardisée.

Quelques sources utiles et utilisées

* Le projet « CVA » de l’Union Académique Internationale :

http://www.uai-iua.org/cgi?usr=sujad4qxrm&lg=fr&pag=1145&tab=195&rec=1&frm=0&par=secorig1114&id=5348&flux=108861702

* La fiche biographique d’Edmond Pottier :

http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/pottier-edmond.html

* Un article historiographique centré sur l’approche d’Edmond Pottier, la création du CVA et le renouveau du programme grâce à l’outil informatique :

Donna Kurtz, « A corpus of ancient vases. Hommage à Edmond Pottier », Revue archéologique, 2004/2 (n° 38), p. 259-286.

Article consultable en ligne : https://www.cairn.info/revue-archeologique-2004-2-page-259.htm