Archives de catégorie : Invités

Articles proposés par des invités. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez participer.

Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Compte rendu

par Ariane Huteau (doctorante Université Paris 1, UMR 7041. ArScAn) et Solène Chevalier (doctorante EPHE, UMR 8546. AOrOc)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

« Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVsiècles av. n.è.) »
INHA (Paris), 1er et 2 juin 2017

Jeudi 1er juin 2017

Introduction aux rencontres

(S. Chevalier et A. Huteau)

Ce projet d’une rencontre jeunes chercheurs est né du constat que les études portant sur l’Italie préromaine pâtissent aujourd’hui d’un nombre réduit d’enseignements dans les universités françaises, alors que les thèses en cours et celles soutenues ces dernières années, mais aussi les derniers colloques internationaux et programmes de recherche sur l’Italie préromaine, témoignent d’une vitalité notable de ce domaine des études.

En effet, un certain nombre de doctorants et de post-doctorants travaillent sur des problématiques liées à la caractérisation des cultures italiques, aux formes de fréquentations grecques en Italie et aux réseaux précédant la conquête romaine. Les nombreux départs à la retraite d’enseignants-chercheurs ont eu pour conséquence une réduction notable des enseignements sur l’Italie préromaine, qui se maintiennent cependant dans quelques institutions. Plusieurs fouilles programmées sur le territoire italien, et tout particulièrement dans le sud du pays, apportent un certain dynamisme et des données inédites pour une meilleure connaissance du peuplement de cette région : on pourra penser aux fouilles de Siris-Héraklée à Policoro (EPHE et École de spécialisation de Matera, sous la direction de Stéphane Verger), à celles de l’Incoronata (Université Rennes 2, sous la direction de Mario Denti) et de la Civita di Tricarico (Université Paris 1, sous la direction d’Olivier de Cazanove et Stéphane Bourdin) en Basilicate, ainsi qu’à celles de Grotte Scalina dans les environs de Viterbe (UMR 8546 – AOrOc et Surintendance archéologique du Latium et de l’Étrurie méridionale, sous la direction de Vincent Jolivet et Edwige Lovergne). Les thèses en co-tutelle témoignent aussi de ces relations soutenues qui lient les institutions françaises et italiennes.

Pour cette première édition des Rencontres sur l’Italie préromaine, l’objectif était de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France. C’est la raison pour laquelle l’appel à communications était ouvert aux doctorants et post-doctorants rattachés à une institution française. Nous avons ainsi cherché à souligner le dynamisme de la jeune génération, à mettre en évidence des thèmes fédérateurs, à soulever des questionnements nouveaux associés à des réponses originales, et à montrer ainsi que les recherches sur l’Italie préromaine étaient bien vivaces.
En se penchant sur le programme, il est intéressant de constater que les études portant sur l’Italie méridionale et la Sicile hellénisées dominent. Nous nous sommes donc demandé si le déséquilibre entre le nombre de communications portant sur le monde grec et celles portant sur les communautés étrusques et italiques était le reflet fidèle d’une réalité de la recherche, ou bien une image biaisée générée par un effet de réseau. Notre appel à communications n’aurait alors pas atteint certaines aires chrono-culturelles pourtant parties prenantes de ce domaine des études – on peut penser à la Protohistoire récente.
Quatre grands thèmes fédérateurs – les circulations humaines et matérielles, l’historiographie et l’histoire des collections, l’organisation des villes et des nécropoles, les relations entre les communautés humaines et leur environnement – ont été mis en évidence dans les différentes communications et structureront ces rencontres : ils permettent aussi de dépasser les clivages régionaux et chronologiques, afin de faire dialoguer les espaces, les cultures et les modèles, pour appréhender de manière plus globale cette Italie préromaine. Continuer la lecture de Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Présentation de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix-en-Provence à l’usage des magno-grecs et sicéliotes.

Présentation générale

La Bibliothèque d’Antiquité d’Aix (BiAA)  propose un riche fonds documentaire pour les chercheurs travaillant sur la Grande Grèce. L’originalité de la BiAA réside notamment dans l’importance de sa documentation sur la colonisation grecque en Occident, mais aussi sur l’Antiquité africaine, la Gaule méridionale, la Méditerranée occidentale, et sur les Lettres classiques, ainsi que les textes chrétiens et patristiques, grecs et latins. Située dans la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), y travailler peut être l’occasion de rencontrer les chercheurs et doctorants d’Aix-Marseille Université, et des laboratoires d’archéologie de la MMSH (CCJ, TDMAM, IRAA, LAMPEA, LA3M) et d’autres unités mixtes de recherche (http://www.mmsh.univ-aix.fr/). La BiAA a notamment l’avantage d’être facilement accessible aux étudiants et chercheurs sur simple inscription à l’accueil.

BiAA

Continuer la lecture de Présentation de la Bibliothèque d’Antiquité d’Aix-en-Provence à l’usage des magno-grecs et sicéliotes.

Aristonothos. Scritti per il Mediterraneo antico (Università degli Studi di Milano)

Una nota da Enrico Giovanelli.

“Questa serie vuole celebrare il mare Mediterraneo e contribuire a sviluppare temi, studi e immaginario che il cratere firmato dal greco Aristonothos ancora oggi evoca. Deposto nella tomba di un etrusco, racconta di storie e relazioni fra culture diverse che si svolgono in questo mare e sulle terre che unisce.”

La serie nasce nel 2007 da un’idea di Federica Cordano, già docente di Storia Greca dell’Università Statale, e Giovanna Bagnasco, professoressa di Etruscologia presso il medesimo ateneo. Oltre a loro, negli ultimi anni alla direzione si è affiancata Teresa Alfieri, docente di Epigrafia Greca.

La serie, pur non avendo una periodicità regolare, ha già visto l’uscita di otto volumi che raccolgono, accanto a contributi di illustri studiosi, anche studi di giovani ricercatori emergenti. La serie infatti ambisce particolarmente a costituire uno spazio ed un’opportunità di pubblicare selezionando contributi innovativi e originali secondo i criteri adottati dalle politiche dell’Open Journal System.

Aristonothos si avvale di un comitato scientifico internazionale di elevato livello scientifico oltre che di un panel di revisori selezionato per le proprie particolari competenze scientifiche a cui sottoporre i contributi proposti.

Oltre alla serie ordinaria, disponibile full-text sul sito in formato pdf, nel 2012 sono nati i Quaderni, acquistabili presso l’editore in formato cartaceo, che invece sono dedicati a lavori monografici o raccolte miscellanee di più ampio respiro sempre sui medesimi temi.

Sito della serie:
http://riviste.unimi.it/index.php/aristonothos

Per acquisire i volumi sia della serie ordinaria, sia dei Quaderni:
http://www.edizioni-tangram.it/