Archives de catégorie : Auteurs

Merci de choisir un auteur pour voir ses articles.

Magna Grecia Open Data – bilan de la première journée

Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)
Affiche réalisée par Fabien Bièvre-Perrin (licence : CC BY-SA 4.0)

La première journée collaborative du projet Magna Grecia Open Data a eu lieu samedi 14 octobre 2017 en salle Chastel à l’INHA à l’initiative de Martine Denoyelle et Fabien Bièvre-Perrin. Dix spécialistes de la Grande Grèce et Wikipédiens se sont retrouvés de  9h à 18h afin de corriger, améliorer ou créer des contenus Wikipédia sur la Grande Grèce, dans une ambiance à la fois studieuse et détendue qui a permis à certains de s’initier à l’Open Data sur Wikipédia et de faire leurs premiers pas sur l’encyclopédie collaborative. Pour consulter la page du projet, rendez-vous sur Wikipédia ou sur la page Klinai.

Cette édition a permis de corriger et d’enrichir huit pages, d’en créer quatre et d’en traduire une. De nombreuses images ont été versées sur Wikicommons et utilisées sur les pages éditées et créées. Dans le cadre du projet Rubi Antiqua, de nouvelles images seront prochainement versées. Un important travail a également été entamé afin d’indexer les articles concernant la Grande Grèce via le système des catégories. Antoine Courtin et Shonagon ont en outre créé une carte et une frise sur la base de données Wikidata. Une page « projet » est en cours de conception, elle permettra de savoir quel travail a été fait et quel travail il reste à faire (demande de création de pages, de corrections, etc.).

Photographie de C. Molinié

Pour prendre connaissance des résultats de la journée, nous vous invitons à consulter la liste suivante en cliquant sur les liens :

Martine Denoyelle et Fabien Bièvre-Perrin remercient chaleureusement les participants de la journée, ainsi que la Fondation de France et l’INHA pour leur soutien logistique et financier.

La prochaine journée Magna Grecia Open Data sera en partie dédiée aux données libres sur Wikicommons. En attendant, les participants continuent d’éditer Wikipédia et de verser des contenus. Suivez le compte de Klinai sur Twitter ou Facebook afin d’en être informé.

 

Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

> Suivez le colloque sur Twitter

Le colloque conclusif du programme Rubi antiqua aura lieu à l’INHA (Paris) les 16 et 17 novembre 2017. Plus de trente experts de sept pays différents (Italie, France, Hollande, Suisse, Angleterre, Allemagne, Russie) participeront au colloque : consultants scientifiques du projet, membres de l’équipe Rubi antiqua, historiens et historiens de l’art, archéologues, conservateurs, surintendants et cadres dirigeants du MIBACT (Ministère des biens et des activités culturelles et du tourisme italien), présenteront les différents aspects du projet, ses lignes de recherche, ses résultats et ses objectifs en cours.

Voir le site officiel du projet : http://rubiantiqua.eu/fr/

Ci-joint : affiche et programme du colloque. Continuer la lecture de Colloque – Rubi Antiqua : du collectionnisme à l’archéologie, Ruvo di Puglia et l’Europe

Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Compte rendu

par Ariane Huteau (doctorante Université Paris 1, UMR 7041. ArScAn) et Solène Chevalier (doctorante EPHE, UMR 8546. AOrOc)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

« Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVsiècles av. n.è.) »
INHA (Paris), 1er et 2 juin 2017

Jeudi 1er juin 2017

Introduction aux rencontres

(S. Chevalier et A. Huteau)

Ce projet d’une rencontre jeunes chercheurs est né du constat que les études portant sur l’Italie préromaine pâtissent aujourd’hui d’un nombre réduit d’enseignements dans les universités françaises, alors que les thèses en cours et celles soutenues ces dernières années, mais aussi les derniers colloques internationaux et programmes de recherche sur l’Italie préromaine, témoignent d’une vitalité notable de ce domaine des études.

En effet, un certain nombre de doctorants et de post-doctorants travaillent sur des problématiques liées à la caractérisation des cultures italiques, aux formes de fréquentations grecques en Italie et aux réseaux précédant la conquête romaine. Les nombreux départs à la retraite d’enseignants-chercheurs ont eu pour conséquence une réduction notable des enseignements sur l’Italie préromaine, qui se maintiennent cependant dans quelques institutions. Plusieurs fouilles programmées sur le territoire italien, et tout particulièrement dans le sud du pays, apportent un certain dynamisme et des données inédites pour une meilleure connaissance du peuplement de cette région : on pourra penser aux fouilles de Siris-Héraklée à Policoro (EPHE et École de spécialisation de Matera, sous la direction de Stéphane Verger), à celles de l’Incoronata (Université Rennes 2, sous la direction de Mario Denti) et de la Civita di Tricarico (Université Paris 1, sous la direction d’Olivier de Cazanove et Stéphane Bourdin) en Basilicate, ainsi qu’à celles de Grotte Scalina dans les environs de Viterbe (UMR 8546 – AOrOc et Surintendance archéologique du Latium et de l’Étrurie méridionale, sous la direction de Vincent Jolivet et Edwige Lovergne). Les thèses en co-tutelle témoignent aussi de ces relations soutenues qui lient les institutions françaises et italiennes.

Pour cette première édition des Rencontres sur l’Italie préromaine, l’objectif était de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France. C’est la raison pour laquelle l’appel à communications était ouvert aux doctorants et post-doctorants rattachés à une institution française. Nous avons ainsi cherché à souligner le dynamisme de la jeune génération, à mettre en évidence des thèmes fédérateurs, à soulever des questionnements nouveaux associés à des réponses originales, et à montrer ainsi que les recherches sur l’Italie préromaine étaient bien vivaces.
En se penchant sur le programme, il est intéressant de constater que les études portant sur l’Italie méridionale et la Sicile hellénisées dominent. Nous nous sommes donc demandé si le déséquilibre entre le nombre de communications portant sur le monde grec et celles portant sur les communautés étrusques et italiques était le reflet fidèle d’une réalité de la recherche, ou bien une image biaisée générée par un effet de réseau. Notre appel à communications n’aurait alors pas atteint certaines aires chrono-culturelles pourtant parties prenantes de ce domaine des études – on peut penser à la Protohistoire récente.
Quatre grands thèmes fédérateurs – les circulations humaines et matérielles, l’historiographie et l’histoire des collections, l’organisation des villes et des nécropoles, les relations entre les communautés humaines et leur environnement – ont été mis en évidence dans les différentes communications et structureront ces rencontres : ils permettent aussi de dépasser les clivages régionaux et chronologiques, afin de faire dialoguer les espaces, les cultures et les modèles, pour appréhender de manière plus globale cette Italie préromaine. Continuer la lecture de Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

Article mis à jour le 17/11/17. N’hésitez pas à consulter les commentaires et à en ajouter pour compléter la bibliographie.

Plan :

  1. Famille et société en Grande Grèce
  2. Pistes bibliographiques sur le monde grec
  3. Liens  et autres informations
  4. Texte officiel

La nouvelle question d’Histoire ancienne pour le concours externe du CAPES et pour concours externe de l’agrégation du second degré s’intitule « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C. » (voir le texte de présentation officiel en fin d’article, le site eduscol ou télécharger le PDF pour le CAPES ou l’agreg). Pour le CAPES, seule Rome est prise en compte et non toute l’Italie.

Astyanax, sur les genoux d’Andromaque, face à Hector. Cratère apulien v. 370-360 av. J.-C., Museo Jatta di Ruvo.

Si de nombreux ouvrages et articles ont abordé le sujet ces dernières années (notamment en ce qui concerne le statut de l’enfant),  les publications dédiées à l’Italie du sud et à la Sicile sont rares (surtout en français). Aucune monographie synthétique n’étant disponible sur le sujet pour la Grande Grèce, je vous propose ci-après quelques éléments de synthèse et des suggestions de lecture concernant les Grecs d’Italie, ainsi qu’une bibliographie plus vaste sur l’ensemble du monde grec.

Famille et société en Grande Grèce

Amphora with bridal scenes. South Italian, 360 BC-340 BC.

Les relations qu’entretiennent les Grecs avec les autochtones en Italie du sud sont l’un des ingrédients faisant la spécificité de cette région du monde grec (dans Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, Franco de Angelis compare la situation en Sicile grecque avec celle des cités de Grèce). Deux modèles se rencontrent et se mêlent dans certaines zones, notamment par le biais de mariages mixtes. La cohabitation entre populations n’est pas forcément aisée à démontrée, mais plusieurs archéologues ont mis en évidence des indices très convaincants.

Les fouilles d’habitat ont permis quelques découvertes sur le sujet. On peut lire par exemple Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C. ou les actes de Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia. Dans son compte rendu illustré de nombreuses références et synthétisant les problématiques sous-jacentes, Michel Gras regrettait déjà en 1997 les lacunes concernant les lieux d’habitat, un constat renouvelé en 2017 par Olivier de Cazanove dans son introduction au colloque L’archéologie funéraire en Italie du Sud.

Primato Painter – Lekythos with woman and bird. South Italian, c. 340 BC

Ce sont donc les nécropoles qui offrent le meilleur terrain d’observation pour l’étude des sociétés, notamment des structures familiales. La nécropole de Locres, à propos de laquelle Diego Elia a publié un volume très complet en 2010 (Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti), et celle de Métaponte (The Chora of Metaponto : the necropoleis, Volume I), offrent des témoignages complets et précieux pour aborder la question des structures sociales dans le monde grec d’Italie du sud . Pour le milieu indigène, plusieurs publications abordent ponctuellement ces questions : celle de Maurizio Gualtieri à propos de  Roccagloriosa est particulièrement intéressante (Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study).

Ces dernières années, la place des enfants dans la société a fait l’objet d’une attention toute particulière et plusieurs publications abordant au moins partiellement l’Italie du sud en témoignent (voir notamment les actes des tables rondes L’Enfant et la mort dans l’Antiquité qui regroupent de nombreuses contributions susceptibles d’intéresser les candidats, pour l’Italie du sud comme pour d’autres régions, ainsi que  l’ouvrage édité par Ada Cohen et Jeremy B. Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy). Des ouvrages de synthèse sur l’enfance, comme The Oxford Handbook of Childhood and Education in the Classical World ou A Companion to Families in the Greek and Roman Worlds, font ponctuellement appel à la documentation archéologique italiote.

L’étude de l’architecture funéraire et des kleroi a également permis de mettre en évidence qu’il existait une certaine continuité ainsi qu’une valorisation des ancêtres et de la structure familiale. Enfin, plusieurs articles abordent la question de la famille et de sa représentation dans l’iconographie (voir par exemple Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit troyen ou « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation).

  • Carter, The Chora of Metaponto : the necropoleis, 1998.
  • d’Andria, Mannino, Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia, 1996.  (CR de M. Gras)
  • De Angelis, Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, 2016.
  • Elia, Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti, 2010.
  • Gualtieri, Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study, 1993.
  • Russo Tagliente, Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C., 1992.

Pistes bibliographiques sur le monde grec

> Pistes bibliographiques pour le monde romain, sur le site Roma Aeterna.

>  Dossier de l’Histoire avec 40 articles sur le sujet.

Compte rendu du colloque « Politiques familiales dans les mondes antiques » sur le carnet de la revue des études anciennes.

> Numéro hors-série de PALLAS publiant les actes du colloque de la SoPHAU Famille et société dans le monde grec, en Italie et à Rome du Ve au IIe siècle avant J.-C. (sommaire).

Manuels
  • J. Wilgaux, Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe, Paris, 2017.
  • Damet et Moreau, Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve-IIe s. av. J.-C.), 352 pages, Armand Colin, Paris (voir la table des matières).
  • Parmentier, Guilhembet, Roman (coord.), Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve au IIe siècle av. J.-C. – cours et sujets corrigés – Histoire ancienne – Programme 2018, Ellipses, Paris, 2017 (voir la table des matières).
Parentés dans le monde grec
  • Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, 2004.
  • Bresson et al. (dir.), Parenté et société dans le monde grec de l’Antiquité à l’âge moderne, 2006
  • Damet, La Septième Porte. Les conflits familiaux dans l’Athènes classique, 2012.
  • Damet, « « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation », Images Re-vues, 9, 2011. http://imagesrevues.revues.org/1606
  • Damet et Moreau, Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve-IIe s. av. J.-C.), Paris, à paraître (octobre 2017).
  • Dillon et James (éd.), A Companion to Women in the Ancient World, 2012.
  • Dillon et James (éd.), Women in the Classical World , 2017.
  • Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, 2012
  • Gherchanoc, éd., Mères et maternités en Grèce ancienne, Mètis, N.S.11, 2013
  • Gherchanoc, dir., Mères grecques, Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 6 | 2015.  http://mondesanciens.revues.org/1286
  • Guisard & Laizé, coord., La Famille, Paris, 2013.
  • Laurence & Stromberg, Families in the Greco-Roman World, Londres, New-York, 2012. ⇓
  • Prioux & Pouzadoux, « Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit  troyen », Aitia 4, 2014. http://aitia.revues.org/923
  • Strauss, Fathers and Sons in Athens: Ideology and Society in the Era of the Peloponnesian War, Princeton, 1997.
Sur l’enfance dans le monde grec
  • Beaumont, Childhood in Ancient Athens : iconography and social history, 2012.
  • Cohen et Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy, 2007.  (Compte rendu de V. Dasen)
  • Crelier, Kinder in Athen im gesellschaftlichen Wandel des 5. Jahrhunderts v. Chr. 2008.
  • Dasen, Naissance et petite enfance dans l’Antiquité. Actes du colloque de Fribourg, 28 novembre-1er décembre 2001 (OBO 203), Fribourg/Göttingen, 2004. Open access.
  • Dasen, Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité, 2015.
  • Golden, « Demography and the Exposure of Girls at Athens », dans Phoenix, Vol. 35, N. 4 (1981), p. 316-331.
  • Golden, Children and Childhood in classical Athens, 1990.
  • Golden, « Did the Ancients Care When Their Children Died? », dans Greece & Rome , 2e Ser., Vol. 35, No. 2. (1988), p. 152-163.
  • Golden, « The Future of the Ancient Greek Family », dans Laurence & Stromberg, Families in the Greco-Roman World, Londres, New-York, 2012. ⇓
  • Grubbs, Parkin, Bell (éd.), The Oxford Handbook of Childhood and Education in the classical world, 2013.
  • Guimier-Sorbets, Morizot (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques, le signalement des tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Athènes, École française d’Athènes, 29-30 mai 2008, 2010.
  • Hermary, Dubois (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 20-22 janvier 2011, 2012.
  • Hübner et Ratzan, Growing Up Fatherless in Antiquity, 2009. 
  • Jouanna, L’Enfant grec au temps de Périclès, 2017.
  • Lévy, « Remarques préliminaires sur l’éducation spartiate », dans Ktèma 22 (1997), p. 151-160.
  • Neils, Oakley, Hart, A. Beaumont, Coming of Age in Ancient Greece. Images of Childhood from the Classical Past, Hood Museum of Art, 2003.
  • Nenna (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité II. Types de tombes et traitements du corps des enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Alexandrie, Centre d’Études Alexandrines, 12-14 novembre 2009, 2012. 
  • Pailler, Que reste-t-il de l’éducation classique? Relire « le Marrou, » Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Toulouse, 2004.
  • Queyrel, « Le garçon du Cricket et les enfants d’Alexandrie », dans Alexandrina 4, J.-Y. Empereur éd. (Etudes Alexandrines 32), Alexandrie, 2014, p. 131-161.
  • Raftopoulou, Figures enfantines du Musée national
    d’Athènes, Département des sculptures, Munich, 2000.
  • Rawson, A companion to families in the Greek and the Roman World, 2011. 
  • Rühfel, Kinderleben im klassischen Athen. Bilder auf klassischen Vasen, 1984.
  • Seifert, Dazugehören. Kinder in Kulten und Festen von Oikos und Phratrie: Bildanalysen zu attischen Sozialisationsstufen des 6. bis 4. Jahrhunderts v. Chr., 2011.
  • Sommer, Care, socialization and play in Ancient Attica : a developmental childhood archaeological approach, 2015.
  • Voir aussi le prochain numéro des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest : https://abpo.revues.org/ consacré à l’accueil du jeune enfant dans les mondes antiques et médiévaux (avec des articles de Véronique Dasen sur le hochet, de Jérôme Wilgaux sur la « vérité de la parenté » et la reconnaissance paternelle, de Patricia Gaillard-Seux sur l’épilepsie infantile d’Aurélie Damet sur l’eugénisme et la communauté des enfants).

Merci à Aurélie Damet et  Sophie Laribi-Glaudel pour leurs conseils bibliographiques. N’hésitez pas à contribuer en commentant ce billet.

Autres informations

Le carnet L’Antiquité à la BNF liste des ressources disponibles sur internet propose une pour préparer les concours.

L’équipe Anhima a mis en ligne une bibliographie indicative et non -exhaustive, en attendant la biblio d’Historiens et Géographes.

La bibliothèque de la Maison de l’Orient propose une bibliographie recensant les ouvrages disponibles dans ses rayons et ceux des bibliothèques lyonnaises, avec les cotes et/ou des liens.

La revue L’Histoire propose un dossier présenté par H. Duchêne, réunissant plus de 40 articles rédigés par les meilleurs spécialistes du sujet : Jean Andreau, Vincent Azoulay, Dominique Briquel, Pierre Brûlé, Eva Cantarella, Pierre Chuvin, Hervé Duchêne, Vincent Jolivet, Claude Mossé, Nicolas Richer, Yann Rivière, Jean-Noël Robert, Maurice Sartre, Pauline Schmitt Pantel, Violaine Sebillotte Cuchet, Paul Veyne…

 La SoPHAU a consacré son colloque de printemps à ce sujet (à la Sorbonne le 17 juin 2017, de 9h à 18h, à la Maison de la Recherche de Paris IV). Cliquez ici pour télécharger le programme. Les actes sont parus dans un hors série de la revue Pallas (voir le sommaire).

La Villa Kérylos a organisé également une journée sur ce thème le 29 juin. Cliquez ici pour voir le programme.

Les publications liées au sujet de l’agrégation 2014 peuvent apporter de précieuses synthèses et des références bibliographiques. Voir par exemple S. Bouffier (dir.), Les diasporas grecques. Du détroit de Gibraltar à l’Indus (VIIIe s. av. J.-C. à la fin du IIIe s. av. J.-C.) et la bibliographie publiée par la SoPHAU.

Les éditions Ellipse ont déjà annoncé la parution d’un manuel le 22/08/2017 (voir la fiche sur le site de la Fnac). Un autre est à paraître chez Armand Colin en octobre (Aurélie Damet et Philippe Moreau, Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve-IIe s. av. J.-C.), 352 pages, Armand Colin, Paris).

Sur « Spartakos a lu », un post similaire sur la région du Pont-Euxin : https://spartokos.wordpress.com/2017/03/26/famille-et-societe-dans-le-monde-grec-et-en-italie-du-ve-siecle-av-j-c-au-iie-siecle-av-j-c-1/

apo nécropoleTexte officiel : « Questions d’histoire. Histoire ancienne FAMILLE ET SOCIÉTÉ DANS LE MONDE GREC ET EN ITALIE DU Ve SIÈCLE AV. J.-C. AU IIe SIÈCLE AV. J.-C. »

Concours externe du Capes et Cafep – Capes Section  histoire et géographie / Concours externe de l’agrégation du second degré | Section  histoire, programme de  la session 2018 (question commune)

Cliquez ici pour télécharger le programme en PDF pour le CAPES ou l’AGREG sur le site « Devenir Enseignant« . Continuer la lecture de Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

Colloque – Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

> Livetweet à suivre sur le fil @fabienbp

Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVe siècles av. n.è.)

Jeudi 1er et vendredi 2 juin 2017
INHA, Galerie Colbert
2 rue Vivienne – 75002 Paris


En réunissant la nouvelle génération de chercheurs dont les travaux portent sur les territoires et cultures de l’Italie préromaine, l’objectif de cette première rencontre est de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France, tout en encourageant les échanges et en redonnant une certaine visibilité à cette tradition des études.

Les présentations s’articuleront au gré de quatre grands thèmes :

  • la première journée sera consacrée à l’étude des circulations humaines et matérielles ;
  • l’historiographie et l’histoire des collections, les problématiques liées au fait urbain et à l’architecture funéraire, ou encore la question des espaces et des milieux seront abordées lors de la seconde journée.

Enfin, une table ronde portant sur les définitions plurielles inhérentes au concept d’Italie préromaine clôturera la première journée.

Le programme des rencontres au format PDF
Jeudi 1er juin − INHA, Galerie Colbert (salle G. Vasari)

8h45 − 9h15 : Accueil des participants

9h15 − 9h30 : Introduction (Solène Chevalier et Ariane Huteau)

Circulations humaines et matérielles. Les données des nécropoles (1)
Modérateur : Alessandro Naso (CNR, ISMA)

9h30 − 10h00Reine-Marie Bérard (École française de Rome, ArScAn) et Ségolène Maudet (École française de Rome, ArScAn)
Approches anthropologiques croisées des données funéraires en Italie archaïque

10h00 − 10h20Anna Maria Desiderio (Paris 10 et Università degli Studi di Salerno, ArScAn)
Fenomeni di mobilità in Campania in età Orientalizzante : problemi di cultura materiale

10h20 − 10h40Alessandro Cocorullo (Rennes 2 et Università « Ca’ Foscari » di Venezia, LAHM)
Le golfe de Policastro à la fin du VIe siècle av. n.è. Nouvelles données et pistes de recherche

10h40 − 11h00 : Discussion

11h00 − 11h30 : Pause

Circulations humaines et matérielles. Les données des nécropoles (2)
Modérateur : Stéphane Verger (EPHE, AOrOc)

11h30 − 11h50Tony Fouyer (Université de Bourgogne, ArTeHiS)
Imitations et circulation à l’époque archaïque. L’œnochoé « rhodienne » comme « fossile-guide » des relations entre la Méditerranée, l’Italie et le nord des Alpes

11h50 − 12h10Fabien Bièvre-Perrin (Aix-Marseille Université, CCJ et IRAA)
Un tombeau « à la grecque » ? De l’usage des marqueurs de tombes grecs par les élites indigènes de Grande Grèce aux IVe et IIIe siècles av. n.è.

12h10 − 12h30 : Discussion

12h30 −14h00 : Pause déjeuner

Circulations humaines et matérielles. Les données des habitats
Modérateur : Stéphane Bourdin (École française de Rome, TrAme)

14h00 − 14h20Mathilde Villette (Rennes 2, LAHM)
Ateliers de potiers sédentaires et itinérance des potiers grecs à l’âge du Fer dans le Golfe de Tarente

14h20 − 14h40Clément Bellamy (Rennes 2 et Università degli Studi di Foggia, LAHM)
Statut, fonction et diffusion de la production céramique indigène entre âge du Fer et période archaïque en Italie méridionale

14h40 − 15h00Lou de Barbarin (Aix-Marseille Université et Università degli Studi di Napoli L’Orientale, CCJ)
Identifier les céramiques locales en contexte colonial archaïque : l’exemple de Mégara Hyblaea

15h00 − 15h20Julia Schelling (Paris 4 et Università degli studi di Firenze, Orient et Méditerranée)
L’Étrurie padane entre mer et terres : analyse d’un réseau commercial naissant entre la fin du VIe et le V siècle av. n.è.

15h20 − 15h50 : Discussion

15h50 – 16h15 : Pause

16h15 − 17h45 : Table ronde
Quelle Italie préromaine ? Autour d’un concept aux définitions plurielles


Vendredi 2 juin – INHA, Galerie Colbert (salle G. Vasari)

9h00 − 9h40 : Accueil des participants

Historiographie et histoire des collections
Modérateur : Gilles van Heems (Lyon 2, HISoMA)

9h40 − 10h00Daniela Ventrelli (CNRS, ANHIMA)
Rubi antiqua : collectionnisme et réception des découvertes archéologiques au XIXe siècle, entre l’Italie du Sud et la France

10h00 − 10h20Flavia Morandini (Université Bordeaux-Montaigne, Ausonius)
Bronzes étrusques du Ve siècle av. n.è. : relectures et mises à jour

10h20 − 10h40Julie Labregère (Université François Rabelais de Tours, CeTHiS)
À propos de la découverte de la Tombe Regolini Galassi : un document inédit des archives Campanari

10h40 − 11h00 : Discussion

11h00 − 11h30 : Pause

Villes des vivants et villes des morts
Modérateur : Vincent Jolivet (CNRS, AOrOc)

11h30 − 11h50Flore Lerosier (Université François Rabelais de Tours, CeTHiS)
La polis grecque coloniale classique : l’exemple de Neapolis

11h50 − 12h10Frédéric Mège (Aix-Marseille Université, CCJ)
Le fait urbain à Mégara Hyblaea et en Sicile aux IVe et IIIe siècles av. n.è., entre Grec hellénistique et Romain républicain

12h10 − 12h30Edwige Lovergne (Paris 1, ArScAn)
Un système égalitaire de sépultures en territoire tarquinien. Typologie et diffusion des tombes à caisson de « type Musarna » entre la fin du IVe et le début du IIIe siècle av. n.è.

12h10 − 12h30 : Discussion

12h30 −14h30 : Pause déjeuner

Milieux et espaces
Modérateur : Cecilia D’Ercole (EHESS, ANHIMA)

14h30 − 14h50Solène Chevalier (EPHE, AOrOc)
Occupation de la façade littorale tyrrhénienne de la péninsule italienne de l’âge du Bronze moyen au début du Premier âge du Fer. Étude diachronique

14h50 − 15h10Laura Déchery (EHESS, ANHIMA)
Le littoral du Latium méridional et de la Campanie septentrionale entre le IXe et le IIIe siècle av. n.è. : un paysage propice aux contacts et aux échanges

15h10 − 15h30Ferréol Salomon (University of Southampton)
Géoarchéologie des embouchures : dynamique des milieux fluvio-littoraux italiens aux 2e et 1er millénaires av. n.è.

15h30 − 15h50Giovanni Polizzi (Aix-Marseille Université, CCJ)
Recherches pluridisciplinaires sur la cité hellénistico-romaine de Solonte (Sicile occidentale)

15h50 − 16h10Cécile Vittori (Université de Strasbourg, LIVE)
Évolution paléoenvironnementale de l’antique lagune de Burano (Capalbio, Toscane, Italie) : résultats préliminaires

16h10 − 16h45 : Discussion

16h45 − 17h00
Conclusions : Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Un cocktail clôturera cette seconde journée


Les organisatrices
Solène Chevalier – EPHE (ED 472), UMR 8546. AOrOc
Ariane Huteau – Paris 1 (ED 112), UMR 7041. ArScAn
Adresse mail de contact : rencontres.ip@gmail.com

Le comité scientifique
Stéphane Bourdin (École française de Rome, TrAme)
Cecilia D’Ercole (EHESS, ANHIMA)
Laurent Haumesser (musée du Louvre)
Vincent Jolivet (CNRS, AOrOc)
Alessandro Naso (CNR, ISMA)
Francis Prost (Paris 1, ArScAn)
Gilles van Heems (Lyon 2, HiSoMA)
Stéphane Verger (EPHE, AOrOc)

Les institutions partenaires
Campus Condorcet
ED 472 (École Pratique des Hautes Études)
ED 112 (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
UMR 8546. AOrOc
UMR 7041. ArScAn et l’équipe « Archéologie du monde grec archaïque et classique »

La base de données du Thorvaldsens Museum

Le musée Thorvaldsen est situé à Copenhague au Danemark. Ce bâtiment d’inspiration grecque est dédié au sculpteur néoclassique danois Bertl Thorvaldsen, mais il héberge également des objets archéologiques et des œuvres d’art réunies lors d’une collection publique en 1837.

G.F. Hetsch Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839
G.F. Hetsch, Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839.

Antiquité pré-romaine

Les Antiquités italiennes sont bien représentées, et le musée a récemment mis en ligne une base de données permettant d’en consulter les notices, illustrées de photographies de qualité. La base est bien pensée, et relativement ergonomique. Il n’est cependant pas aisé de trouver en une recherche toute la documentation issue de l’Italie pré-romaine en raison du niveau très variable de remplissage des fiches. Il faut en effet utiliser des mots-clés différents pour espérer trouver tout le matériel pertinent.

  • western : 29 objets, surtout des statuettes.
  • italy : 3 objets dont un importé d’Attique.
  • south (italy) : 68 objets, peu illustrés, surtout des vases italiotes.
  • D’autres mots-clés permettent certainement d’accéder à d’autres objets d’Italie pré-romaine absents de ces quatre recherches.

Certains documents bénéficient d’une notice détaillée. Dans la plupart des cas, les informations sont limitées à des données techniques (matériau, dimensions, datation). Les peintres sont indiqués pour quelques vases.

Les photographies sont téléchargeables en bonne qualité et sous licence 0 (Public Domain Photos), donc exploitables pour tous usages, y compris commerciaux. Le musée fournit un guide des licences photographiques pour les documents mis en ligne, dont il faut saluer la clarté et l’exhaustivité : http://www.thorvaldsensmuseum.dk/en/public-domain. Quand aucune image n’est disponible, un lien permet de faire une demande.

Autres collections

Altamuramaleren - Krater with Poseidon and a goddess. Greek, c. 460 BC Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm Inventory number: H596
Altamuramaleren – Krater with Poseidon and a goddess.
Greek, c. 460 BC
Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm
Inventory number: H596

En tout, ce sont 1787 objets antiques qui sont recensés et présentés sur le site. Une section à part permet de consulter le catalogue des gemmes antiques (1959 objets). La collection des 472 moulages en plâtre est également accessible, ainsi que des gravures et des peintures modernes.

Appel à communications – Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Appel à communications (Paris INHA, 1-2 juin 2017)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

Du Bronze récent à la romanisation (XIVème – IVème siècles av. n.è.)

Date limite de soumission : 3 janvier 2017

Pour télécharger l’appel à communications au format PDF, c’est ici : appel_communications_italie_preromaine


En réunissant les doctorants inscrits dans les établissements français ainsi que les jeunes docteurs dont les travaux portent sur l’Italie préromaine (la péninsule et les îles), entre l’âge du Bronze Récent et le début de la romanisation, l’objectif principal  des rencontres est de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France, tout en favorisant la création de liens entre jeunes chercheurs et en stimulant les échanges avec les chercheurs plus confirmés.

Une rencontre transdisciplinaire

Afin de mettre en évidence les passerelles transdisciplinaires qui caractérisent les travaux sur l’Italie préromaine, les présentations pourront relever des différents champs disciplinaires qui contribuent à enrichir ce domaine des études : archéologie, histoire, épigraphie, philologie, numismatique ou encore les géosciences appliquées à l’archéologie et les études d’histoire moderne portant sur le collectionnisme et la réception des découvertes.

Réseau, échanges et réflexions 

En consacrant deux journées consécutives à ces rencontres, l’objectif est de favoriser la création d’un réseau de jeunes chercheurs et de développer les échanges et discussions, entre chaque présentation, avec les chercheurs confirmés invités.

Puisque le programme de ces journées entend aborder, à travers différents prismes, mille ans d’histoire, une table-ronde consacrée à une problématique commune, clôturera ces rencontres.

Revalorisation des études et visibilité

En dressant un état des lieux de la jeune recherche en France, ces journées auront également pour objectif de renouveler les approches et les informations tout en revalorisant une tradition des études qui pâtit, aujourd’hui, d’un nombre réduit d’enseignements.

Un compte-rendu de la rencontre sera diffusé en ligne dans le carnet Hypothèses « Klinai » tandis que les différentes communications feront l’objet d’une publication, sous forme d’articles. La publication des actes de ces rencontres s’inscrira dans une démarche visant à redonner une certaine visibilité aux recherches en cours.


Modalités de soumission des communications

Les communications, d’une durée de 20 minutes, seront suivies d’un temps de discussion.

Elles pourront être faites en français ou en italien.

Les propositions de communication devront comporter :

  • un résumé de l’intervention (250 mots maximum)
  • le titre de la communication
  • le nom et le prénom du ou des intervenants
  • le rattachement administratif du ou des intervenants

La date limite de soumission est fixée au 3 janvier 2017.

Les propositions devront être envoyées à : rencontres.ip@gmail.com

Dans la mesure du possible, les frais de restauration et de déplacement, si nécessaire, des participants pourront être pris en charge.


Lieu, temps et personnes 

Les rencontres se dérouleront à Paris les 1er et  2 juin 2017 à l’INHA (salle G. Vasari, 1er étage).

Les organisatrices : Solène CHEVALIER (doctorante, EPHE, UMR 8546 – AOrOc, équipe « Celtes et Étrusques ») et Ariane HUTEAU (doctorante, Université Paris 1, UMR 7041 – ArScAn, équipe « Archéologies environnementales »).

Le comité scientifiqueStéphane BOURDIN (École française de Rome), Cecilia D’ERCOLE (EHESS, ANHIMA), Laurent HAUMESSER (musée du Louvre), Vincent JOLIVET (CNRS, AOrOc), Alessandro NASO (CNR, ISMA), Francis PROST (Paris 1, ArScAn), Gilles van HEEMS (Lyon 2, HiSoMA) et Stéphane VERGER (EPHE, AOrOc).