Tous les articles par Fabien Bièvre-Perrin

Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

Article mis à jour le 30/6/17. N’hésitez pas à consulter les commentaires et à en ajouter pour compléter la bibliographie.

Plan :

  1. Famille et société en Grande Grèce
  2. Pistes bibliographiques sur le monde grec
  3. Autres informations (colloque de la Sophau, journée de la villa Kérylos)
  4. Texte officiel

La nouvelle question d’Histoire ancienne pour le concours externe du CAPES et pour concours externe de l’agrégation du second degré s’intitule « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C. » (voir le texte de présentation officiel en fin d’article, le site eduscol ou télécharger le PDF pour le CAPES ou l’agreg). Pour le CAPES, seule Rome est prise en compte et non toute l’Italie.

Astyanax, sur les genoux d’Andromaque, face à Hector. Cratère apulien v. 370-360 av. J.-C., Museo Jatta di Ruvo.

Si de nombreux ouvrages et articles ont abordé le sujet ces dernières années (notamment en ce qui concerne le statut de l’enfant),  les publications dédiées à l’Italie du sud et à la Sicile sont rares (surtout en français). Aucune monographie synthétique n’étant disponible sur le sujet pour la Grande Grèce, je vous propose ci-après quelques éléments de synthèse et des suggestions de lecture concernant les Grecs d’Italie, ainsi qu’une bibliographie plus vaste sur l’ensemble du monde grec.

Famille et société en Grande Grèce

Amphora with bridal scenes. South Italian, 360 BC-340 BC.

Les relations qu’entretiennent les Grecs avec les autochtones en Italie du sud sont l’un des ingrédients faisant la spécificité de cette région du monde grec (dans Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, Franco de Angelis compare la situation en Sicile grecque avec celle des cités de Grèce). Deux modèles se rencontrent et se mêlent dans certaines zones, notamment par le biais de mariages mixtes. La cohabitation entre populations n’est pas forcément aisée à démontrée, mais plusieurs archéologues ont mis en évidence des indices très convaincants.

Les fouilles d’habitat ont permis quelques découvertes sur le sujet. On peut lire par exemple Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C. ou les actes de Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia. Dans son compte rendu illustré de nombreuses références et synthétisant les problématiques sous-jacentes, Michel Gras regrettait déjà en 1997 les lacunes concernant les lieux d’habitat, un constat renouvelé en 2017 par Olivier de Cazanove dans son introduction au colloque L’archéologie funéraire en Italie du Sud.

Primato Painter – Lekythos with woman and bird. South Italian, c. 340 BC

Ce sont donc les nécropoles qui offrent le meilleur terrain d’observation pour l’étude des sociétés, notamment des structures familiales. La nécropole de Locres, à propos de laquelle Diego Elia a publié un volume très complet en 2010 (Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti), et celle de Métaponte (The Chora of Metaponto : the necropoleis, Volume I), offrent des témoignages complets et précieux pour aborder la question des structures sociales dans le monde grec d’Italie du sud . Pour le milieu indigène, plusieurs publications abordent ponctuellement ces questions : celle de Maurizio Gualtieri à propos de  Roccagloriosa est particulièrement intéressante (Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study).

Ces dernières années, la place des enfants dans la société a fait l’objet d’une attention toute particulière et plusieurs publications abordant au moins partiellement l’Italie du sud en témoignent (voir notamment les actes des tables rondes L’Enfant et la mort dans l’Antiquité qui regroupent de nombreuses contributions susceptibles d’intéresser les candidats, pour l’Italie du sud comme pour d’autres régions, ainsi que  l’ouvrage édité par Ada Cohen et Jeremy B. Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy). Des ouvrages de synthèse sur l’enfance, comme The Oxford Handbook of Childhood and Education in the Classical World ou A Companion to Families in the Greek and Roman Worlds, font ponctuellement appel à la documentation archéologique italiote.

L’étude de l’architecture funéraire et des kleroi a également permis de mettre en évidence qu’il existait une certaine continuité ainsi qu’une valorisation des ancêtres et de la structure familiale. Enfin, plusieurs articles abordent la question de la famille et de sa représentation dans l’iconographie (voir par exemple Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit troyen ou « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation).

  • Carter, The Chora of Metaponto : the necropoleis, 1998.
  • d’Andria, Mannino, Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia, 1996.  (CR de M. Gras)
  • De Angelis, Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, 2016.
  • Elia, Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti, 2010.
  • Gualtieri, Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study, 1993.
  • Russo Tagliente, Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C., 1992.

Pistes bibliographiques sur le monde grec

> Pistes bibliographiques pour le monde romain, sur le site Roma Aeterna.

> Dossier de l’Histoire avec 40 articles sur le sujet.

> A paraître le 11 octobre 2017 : Aurélie Damet et Philippe Moreau, Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve-IIe s. av. J.-C.), 352 pages, Armand Colin, Paris (voir commentaire au bas de l’article).

> Compte rendu du colloque « Politiques familiales dans les mondes antiques » sur le carnet de la revue des études anciennes.

Parentés dans le monde grec
  • Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, 2004.
  • Bresson et al. (dir.), Parenté et société dans le monde grec de l’Antiquité à l’âge moderne, 2006
  • Damet, La Septième Porte. Les conflits familiaux dans l’Athènes classique, 2012.
  • Damet, « « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation », Images Re-vues, 9, 2011. http://imagesrevues.revues.org/1606
  • Damet et Moreau, Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve-IIe s. av. J.-C.), Paris, à paraître (octobre 2017).
  • Dillon et James (éd.), A Companion to Women in the Ancient World, 2012.
  • Dillon et James (éd.), Women in the Classical World , 2017.
  • Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, 2012
  • Gherchanoc, éd., Mères et maternités en Grèce ancienne, Mètis, N.S.11, 2013
  • Gherchanoc, dir., Mères grecques, Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 6 | 2015.  http://mondesanciens.revues.org/1286
  • Guisard & Laizé, coord., La Famille, Paris, 2013.
  • Laurence & Stromberg, Families in the Greco-Roman World, Londres, New-York, 2012. ⇓
  • Prioux & Pouzadoux, « Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit  troyen », Aitia 4, 2014. http://aitia.revues.org/923
  • Strauss, Fathers and Sons in Athens: Ideology and Society in the Era of the Peloponnesian War, Princeton, 1997.
Sur l’enfance dans le monde grec
  • Beaumont, Childhood in Ancient Athens : iconography and social history, 2012.
  • Cohen et Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy, 2007.  (Compte rendu de V. Dasen)
  • Crelier, Kinder in Athen im gesellschaftlichen Wandel des 5. Jahrhunderts v. Chr. 2008.
  • Dasen, Naissance et petite enfance dans l’Antiquité. Actes du colloque de Fribourg, 28 novembre-1er décembre 2001 (OBO 203), Fribourg/Göttingen, 2004. Open access.
  • Dasen, Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité, 2015.
  • Golden, « Demography and the Exposure of Girls at Athens », dans Phoenix, Vol. 35, N. 4 (1981), p. 316-331.
  • Golden, Children and Childhood in classical Athens, 1990.
  • Golden, « Did the Ancients Care When Their Children Died? », dans Greece & Rome , 2e Ser., Vol. 35, No. 2. (1988), p. 152-163.
  • Golden, « The Future of the Ancient Greek Family », dans Laurence & Stromberg, Families in the Greco-Roman World, Londres, New-York, 2012. ⇓
  • Grubbs, Parkin, Bell (éd.), The Oxford Handbook of Childhood and Education in the classical world, 2013.
  • Guimier-Sorbets, Morizot (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques, le signalement des tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Athènes, École française d’Athènes, 29-30 mai 2008, 2010.
  • Hermary, Dubois (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 20-22 janvier 2011, 2012.
  • Hübner et Ratzan, Growing Up Fatherless in Antiquity, 2009. 
  • Jouanna, L’Enfant grec au temps de Périclès, 2017.
  • Lévy, « Remarques préliminaires sur l’éducation spartiate », dans Ktèma 22 (1997), p. 151-160.
  • Nenna (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité II. Types de tombes et traitements du corps des enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Alexandrie, Centre d’Études Alexandrines, 12-14 novembre 2009, 2012. 
  • Pailler, Que reste-t-il de l’éducation classique? Relire « le Marrou, » Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Toulouse, 2004.
  • Rawson, A companion to families in the Greek and the Roman World, 2011. 
  • Rühfel, Kinderleben im klassischen Athen. Bilder auf klassischen Vasen, 1984.
  • Seifert, Dazugehören. Kinder in Kulten und Festen von Oikos und Phratrie: Bildanalysen zu attischen Sozialisationsstufen des 6. bis 4. Jahrhunderts v. Chr., 2011.
  • Sommer, Care, socialization and play in Ancient Attica : a developmental childhood archaeological approach, 2015.
  • Voir aussi le prochain numéro des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest : https://abpo.revues.org/ consacré à l’accueil du jeune enfant dans les mondes antiques et médiévaux (avec des articles de Véronique Dasen sur le hochet, de Jérôme Wilgaux sur la « vérité de la parenté » et la reconnaissance paternelle, de Patricia Gaillard-Seux sur l’épilepsie infantile d’Aurélie Damet sur l’eugénisme et la communauté des enfants).

Merci à Aurélie Damet et  Sophie Laribi-Glaudel pour leurs conseils bibliographiques. N’hésitez pas à contribuer en commentant ce billet.

Autres informations

La revue L’Histoire propose un dossier présenté par H. Duchêne, réunissant plus de 40 articles rédigés par les meilleurs spécialistes du sujet : Jean Andreau, Vincent Azoulay, Dominique Briquel, Pierre Brûlé, Eva Cantarella, Pierre Chuvin, Hervé Duchêne, Vincent Jolivet, Claude Mossé, Nicolas Richer, Yann Rivière, Jean-Noël Robert, Maurice Sartre, Pauline Schmitt Pantel, Violaine Sebillotte Cuchet, Paul Veyne…

 La SoPHAU a consacré son colloque de printemps à ce sujet (à la Sorbonne le 17 juin 2017, de 9h à 18h, à la Maison de la Recherche de Paris IV). Cliquez ici pour télécharger le programme.

La Villa Kérylos a organisé également une journée sur ce thème le 29 juin. Cliquez ici pour voir le programme.

Les publications liées au sujet de l’agrégation 2014 peuvent apporter de précieuses synthèses et des références bibliographiques. Voir par exemple S. Bouffier (dir.), Les diasporas grecques. Du détroit de Gibraltar à l’Indus (VIIIe s. av. J.-C. à la fin du IIIe s. av. J.-C.) et la bibliographie publiée par la SoPHAU.

Les éditions Ellipse ont déjà annoncé la parution d’un manuel le 22/08/2017 (voir la fiche sur le site de la Fnac). Un autre est à paraître chez Armand Colin en octobre (Aurélie Damet et Philippe Moreau, Famille et société dans le monde grec et en Italie (Ve-IIe s. av. J.-C.), 352 pages, Armand Colin, Paris).

Sur « Spartakos a lu », un post similaire sur la région du Pont-Euxin : https://spartokos.wordpress.com/2017/03/26/famille-et-societe-dans-le-monde-grec-et-en-italie-du-ve-siecle-av-j-c-au-iie-siecle-av-j-c-1/

apo nécropoleTexte officiel : « Questions d’histoire. Histoire ancienne FAMILLE ET SOCIÉTÉ DANS LE MONDE GREC ET EN ITALIE DU Ve SIÈCLE AV. J.-C. AU IIe SIÈCLE AV. J.-C. »

Concours externe du Capes et Cafep – Capes Section  histoire et géographie / Concours externe de l’agrégation du second degré | Section  histoire, programme de  la session 2018 (question commune)

Cliquez ici pour télécharger le programme en PDF pour le CAPES ou l’AGREG sur le site « Devenir Enseignant« . Continuer la lecture de Capes/Agreg d’histoire 2018 : pistes bibliographiques – monde grec (Famille et société dans le monde grec et en Italie/à Rome du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.)

Colloque : « L’archéologie funéraire en Italie du Sud (fin VIe-début IIIe s. av. J.-C.) »

> Un livetweet du colloque est disponible sur le fil de Klinai (77 tweets résumant rapidement les communications)

Suite à l’affaiblissement progressif des puissances politiques de l’époque archaïque et en amont de l’expansion romaine du IIIe siècle av. J.-­‐C., les Ve et IVe siècles avant notre ère constituent pour l’Italie du Sud une période de mutations politiques, sociales et artistiques dont l’archéologie de la mort offre un témoignage privilégié.

Programme en PDF

La rencontre est divisée en cinq ateliers complémentaires portant sur l’Histoire de l’archéologie funéraire, les Espaces funéraires, les Pratiques funéraires, l’Image en contexte funéraire, et les Nouvelles approches et méthodes concernant l’archéologie funéraire en l’Italie du Sud (archéothanatologie, études du genre, anthropologie physique et culturelle). Les présentations de travaux et les échanges se déroulent en français et en italien. Ils sont présidés et complétés par des spécialistes de la discipline en fonction des thèmes réunis afin d’enrichir le débat et stimuler la réflexion des participants dans leurs travaux de recherche respectifs.

Vendredi 24 Mars INHA, Galerie Colbert, Salle Vasari

13.00 -­ Présentation de la rencontre

Conférence inaugurale : Stéphane Verger (EPHE, AOROC) ; Olivier De Cazanove (Paris I, ARSCAN)

Atelier 1 : Histoire de l’archéologie funéraire en Italie du Sud

Présidente : Martine Denoyelle (Institut national d’histoire de l’art)

  • 13.30 -­ Florence le Bars-­Tosi (ARSCAN, équipe LIMC&ESPRI), Un « cold case » lucanien. Armento et la reconstitution des fouilles de 1814.
  • 13.50 – Daniela Ventrelli (ANHIMA, Rubi Antiqua -­ Mairie de Paris -­ Regione Puglia), Découvertes archéologiques et collectionnisme à Ruvo diPuglia au XIXe siècle : le cas de la Collection Jatta.
  • 14.10 – Louise Detrez (Sèvres -­ Cité de la céramique) ; Claude Pouzadoux (Centre Jean Bérard – CNRS/EFR), Naples-Sèvres. Pourquoi le Centre Jean Bérard et le musée national de céramique de Sèvres nouent-ils un partenariat ?

14.30 -­ Table ronde

15.00 -­ Pause-­café

Atelier 2 : Espaces funéraires en Italie du Sud

Président : Luca Cerchiai (Università degli Studi di Salerno)

  • 15.30 -­ Michele Scalici (EHESS, Università di Bologna),Territorio, organizzazione sociale e pratiche funerarie nell’Italia meridionale antica : la rete fluviale delle valli del Sele e dell’Aufidus (VI-­IV sec. a.C.).
  • 15.50 -­ Paola Palmentola (Università degli Studi di Bari Aldo Moro), Archeologia funeraria nel centro indigeno di Monte Sannace (Gioia del Colle, Bari). Considerazioni sull’evoluzione della destinazione dello spazio insediativo fra VI e III secolo a.C.
  • 16.10 -­ Valeria Petta (EPHE, Università degli Studi di Salerno),Pontecagnano tra V e IV sec. a.C.: (ri)appropriazione, (con)divisione e gestione degli spazi funerari.
  • 16.30 -­ Fabien Bièvre-­Perrin (Aix-­Marseille Université -­ Centre Camille Jullian/IRAA), Les marqueurs de tombes au sein du paysage funéraire italiote (Ve-IIIe s. av. J.-­C.).

17.00 -­ Table ronde

Samedi 25 Mars INHA, Galerie Colbert, Salle Pierre Demargne

Atelier 3 : Pratiques funéraires

Président : Angelo Bottini (Ancien Surintendant,Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo)

  • 9.00 – Josipa Mandić (Université Rennes II, Università degli Studi della Basilicata), Riti e pratiche funerarie nella necropoli di San Brancato di Sant’Arcangelo (Pz).
  • 9.20 -­ Cesare Vita (Université Rennes II, Università degli Studi della Basilicata), Pratiche funerarie e cambiamenti sociali : aspetti del rito nelle sepolture dell’antica Volcei tra VI e IV secolo a.C.
  • 9.40 Daniela Costanzo (EPHE, « La Sapienza » Università di Roma), Le traitement funéraire des immatures dans les nécropoles de Grande Grèce au Ve s. av. J.-­C. : données archéologiques, pistes de recherche, interprétation.
  • 10.00 -­ Marianna Spinelli (Università di Messina, Università della Calabria), Deposizioni monetali nelle necropoli greche dell’Italia meridionale : pratiche rituali o sociali ?

10.20 -­ Table ronde

11.00 -­ Pause-­café

11.30 Conférence intermédiaire

Priscilla Munzi (Centre Jean Bérard – CNRS/EFR), Samnites et Romains dans la nécropole de Cumes entre la fin IVe et le début Ier siècle av. J.-­C.

12.00 -­ Pause-­déjeuner

Atelier 4 : L’image en contexte funéraire

Présidente : Natacha Lubtchansky (Université François-­Rabelais, Tours)

  • 14.00 -­ Christian Mazet (EPHE, AOROC, INHA), Sirène, harpie, femme abeille ou… déesse cigale ? Pour une nouvelle lecture iconographique et symbolique d’un ambre figuré de la Tombe Boezio de Sala Consilina.
  • 14.20 -­ Audrey Gouy (EPHE, AOROC), De Chiusi à la Lucanie. Etude des transferts et variations rituelles à partir de l’imagerie funéraire (Ve-­IVe s. av. J.-­C.).
  • 14.40 -­ Luigi Zotta (Università degli Studi della Basilicata), Dioniso e l’oltretomba. Iconologia ed ideologia a confronto sulla ceramica italiota tra V e IV secolo a.C.
  • 15.00 -­ Alexandra Attia (Université Paris I, ARSCAN), L’imagerie funéraire dans le corpus du Peintre de Primato (deuxième moitié du IVe s. av. J.-­C.).

15.20 -­ Table ronde

16.00 -­ Pause-­café

Atelier 5 : Nouvelles approches et méthodes en archéologie funéraire

Président : Valentino Nizzo (Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia)

  • 16.30 -­ Reine-­Marie Bérard (EfR, ARSCAN), Apports et perspectives de l’archéothanatologie dans les études récentes sur le funéraire en Italie du Sud.
  • 16.50 -­ Clément Salviani (Université Paris I, ARSCAN, INHA), Les apports de l’ostéométrie pour l’étude du fait militaire : tentative de bilan critique.
  • 17.10 -­ Giulia Pedrucci (Università di Bologna), Il ruolo della madre e del seno femminile in contesti funebri nel mondo greco.

17.30 -­ Table ronde

18.00 -­ Conclusions : Agnès Rouveret (Paris X) ; Claude Pouzadoux (Centre Jean Bérard-­CNRS/EfR)

Les différents ateliers sont complétés par la présentation de posters exposés dans la rotonde de la Galerie Colbert et disponibles en ligne sur le site http://www.archeo.ens.fr/

La base de données du Thorvaldsens Museum

Le musée Thorvaldsen est situé à Copenhague au Danemark. Ce bâtiment d’inspiration grecque est dédié au sculpteur néoclassique danois Bertl Thorvaldsen, mais il héberge également des objets archéologiques et des œuvres d’art réunies lors d’une collection publique en 1837.

G.F. Hetsch Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839
G.F. Hetsch, Thorvaldsens Museum, Longitudional Section and Elevation of the Facade towards the Chanal, 1839.

Antiquité pré-romaine

Les Antiquités italiennes sont bien représentées, et le musée a récemment mis en ligne une base de données permettant d’en consulter les notices, illustrées de photographies de qualité. La base est bien pensée, et relativement ergonomique. Il n’est cependant pas aisé de trouver en une recherche toute la documentation issue de l’Italie pré-romaine en raison du niveau très variable de remplissage des fiches. Il faut en effet utiliser des mots-clés différents pour espérer trouver tout le matériel pertinent.

  • western : 29 objets, surtout des statuettes.
  • italy : 3 objets dont un importé d’Attique.
  • south (italy) : 68 objets, peu illustrés, surtout des vases italiotes.
  • D’autres mots-clés permettent certainement d’accéder à d’autres objets d’Italie pré-romaine absents de ces quatre recherches.

Certains documents bénéficient d’une notice détaillée. Dans la plupart des cas, les informations sont limitées à des données techniques (matériau, dimensions, datation). Les peintres sont indiqués pour quelques vases.

Les photographies sont téléchargeables en bonne qualité et sous licence 0 (Public Domain Photos), donc exploitables pour tous usages, y compris commerciaux. Le musée fournit un guide des licences photographiques pour les documents mis en ligne, dont il faut saluer la clarté et l’exhaustivité : http://www.thorvaldsensmuseum.dk/en/public-domain. Quand aucune image n’est disponible, un lien permet de faire une demande.

Autres collections

Altamuramaleren - Krater with Poseidon and a goddess. Greek, c. 460 BC Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm Inventory number: H596
Altamuramaleren – Krater with Poseidon and a goddess.
Greek, c. 460 BC
Fired clay, red-figure technique. 17,2 x 29,3 cm
Inventory number: H596

En tout, ce sont 1787 objets antiques qui sont recensés et présentés sur le site. Une section à part permet de consulter le catalogue des gemmes antiques (1959 objets). La collection des 472 moulages en plâtre est également accessible, ainsi que des gravures et des peintures modernes.

Les bourses de l’École française de Rome

Lorsque l’on commence sa recherche de doctorat et que l’on ne dispose pas d’un directeur de thèse très attentif, il est souvent difficile de savoir quels financements il est légitime de demander. Les possibilités offertes par l’École française de Rome (EfR) méritent qu’on les présente ici bien que le site internet de l’institution explique comment procéder.

EFR

Qui a droit aux bourses de l’EfR ?

Pour prétendre à une bourse de l’École, il faut être inscrit en doctorat (ou être en cotutelle), dans une université ou un établissement d’enseignement et de recherche supérieur français, ou provenir d’un pays où travaille l’École (Albanie, Algérie, Croatie, Maroc, Serbie, Slovénie, Tunisie).

Il est nécessaire d’être titulaire du Master 2 ou d’un diplôme équivalent et que le sujet de la thèse ait déjà été clairement défini.

Que permet une bourse de l’EfR ?

Le but de ces bourses est d’aider de jeunes chercheurs à mener à bien leurs recherches en Italie, principalement à Rome et Naples (où se situe le Centre Jean Bérard), mais pas seulement.

csm_bibliotheque_10c2484d3e

Pour les chercheurs travaillant sur la Grande Grèce et la civilisation étrusque, la bibliothèque du Palais Farnèse est incontournable puisque vous y trouverez de nombreux fonds pertinents pour vos recherches. Lors de votre séjour en tant que boursier, vous n’êtes pas obligé de faire de la bibliothèque votre – unique – lieu de travail : d’autres institutions comme la British School at Rome ou l’Institut Allemand peuvent vous accueillir. Par ailleurs, vous pouvez toujours consacrer une partie, ou la totalité, de votre séjour, à l’étude de mobilier dans les musées. Toutefois, avant de vous rendre dans ces différentes institutions, demandez conseil au secrétariat car il est souvent bien utile d’obtenir une lettre de l’École afin d’accélérer la procédure.

csm_finestra-1_9fa7347958

Outre les bibliothèques et les musées, un séjour à Rome permet de participer aux nombreux événements scientifiques et aux expositions qui y ont lieu (pensez éventuellement à consulter les programmes des institutions romaines avant de choisir le mois pour lequel candidater). Vous y ferez également des rencontres : consultez la liste des boursiers et celle des membres, il y a sûrement des discussions intéressantes à engager autour de votre recherche, ou de tout autre chose d’ailleurs !

Un mois en bourse à Rome, c’est aussi l’occasion d’enrichir sa culture générale, de découvrir la ville éternelle et ses alentours et, bien sûr, de manger des glaces (et des pizzas, de la pasta, des artichauts, du tiramisù…).

Teatro

N’hésitez pas à consulter le guide du boursier avant et pendant votre séjour !

Comment procéder ?
Le dossier à réunir :
  • Lettre de candidature à adresser au : Directeur des études pour l’Antiquité, service des boursiers (Antiquité), Piazza Farnese 67– (I) 00186 Roma. La lettre de candidature doit présenter le programme de travail en Italie pour la durée choisie de la bourse ainsi que les fonds documentaires qui seront consultés (archives, bibliothèques, musées) (2 pages environ). Il est possible de demander un séjour de un mois ou de deux mois. Toutefois, il est extrêmement rare que des séjours de deux mois soient accordés : ceux-ci doivent être pleinement justifiés dans la candidature. Un programme de recherche clair et précis doit être fourni, indiquant le(s) lieu(x) du séjour, les fonds à consulter, etc. Les frais de voyage sur place ne sont pas remboursés. Indiquez le ou les mois pour lesquels vous faites votre demande. Certains mois sont à éviter, comme ceux des vacances des jeunes chercheurs fonctionnaires : le nombre de chambres place Navone n’est, en effet, pas extensible.
  • Présentation de la thèse en cours (2 pages environ). Si vous n’en avez pas déjà une de prête, dites-vous qu’elle resservira sous peu pour un autre dossier.
  • Fiche de renseignements : le PDF n’est pas éditable, mais vous pouvez toujours l’ouvrir dans Photoshop ou scanner la page complétée à la main.
  • Éléments sur la scolarité du Master : notes obtenues et classement pour les allocations de recherche (ce document n’existe pas dans toutes les écoles doctorales, demandez un justificatif).
  • Attestation motivée du directeur de thèse (obligatoire) et, éventuellement, d’une autre personnalité scientifique. Attention, c’est l’une des raisons pour lesquelles il faut préparer le dossier en avance.

Les dossiers doivent être transmis par email impérativement avant le 30 septembre pour une bourse se déroulant au premier semestre de l’année civile suivante (entre janvier et juin) ou le 31 mars pour le second semestre de l’année civile en cours (bourse entre juillet et décembre).

Pour la section Antiquité, envoyez votre dossier complet au directeur des études Antiquité (dirant(at)efrome.it) et mettez en copie le secrétariat des études Antiquité (cc :  secrant(at)efrome.it).

Le séjour

Si vous passez votre en bourse à Rome, vous devrez rapidement vous présenter à la direction de la bibliothèque du Farnèse si vous devez y travailler : vous obtiendrez ainsi votre carte d’accès. Vous devrez également rencontrer le directeur des études (un rendez-vous vous sera proposé au début de votre séjour). Les services administratifs sont quant à eux regroupés au même endroit que l’hébergement, place Navone (notamment le service comptabilité).

csm_Farnese-ClicheAnderson1910_px680x501_57483e5a8d

La bourse est versée peu avant ou au tout début de votre séjour à l’EfR : elle s’élève à 1000€. Sur ce montant, le coût de l’hébergement, si vous logez place Navone, sera retiré automatiquement.

csm_chambre-2_3d6db5ae22

Chaque chambre place Navone comporte sa propre salle de bain, ses toilettes, un bureau et une armoire. Le WiFi est disponible dans tout le bâtiment (ainsi qu’au Palais Farnèse). Au dernier étage, une cuisine commune et un espace buanderie avec des machines à laver, des fers à repasser et des étendages sont disponibles en permanence.

csm_cuisine-_1_5c22149af5

Le rapport

Un rapport, qui fait souvent l’objet de discussions inquiètes entre boursiers à la fin du mois, doit être envoyé dans les deux mois suivants la fin de votre séjour à l’EfR. Il est à fournir en double exemplaire au directeur des études et sera transmis, par la suite, à votre directeur de thèse.

*Les photographies sont toutes issues du site officiel de l’EfR.

Fastionline, une base de données des chantiers archéologiques

Fastionline est une base de données réunissant des chantiers archéologiques, principalement italiens, concernant les périodes classique et médiévale. Ce vaste projet est conduit par l’AIAC (International Association of Classical Archaeology) et le CSAI (Center for the study of Ancient Ital, de l’Université d’Austin au Texas).

Fasti online mapLa base de données Fastionline est la continuation des Fasti Archaeologici publiés par l’AIAC de 1946 à 1987. Ces publications recensaient les fouilles archéologiques pour l’ensemble du monde romain. Depuis 1998, les problèmes de coûts et de délais ont incité l’AIAC à rechercher une solution plus économique et efficace afin de diffuser ces données : c’est ce qui a conduit à la création de Fastionline en 2000.

Depuis cette date, chaque fouille peut être insérée dans la base de données, sous la responsabilité des différentes équipes, ce qui explique des écarts importants dans les enregistrements selon les pays participant au projet (si vous souhaitez participer, contactez l’équipe). Les propositions sont examinées par un comité scientifique, assurant la fiabilité des données publiées. Seules les nouvelles missions sont insérées dans la base de données, et non les fouilles passées.

Chaque fiche est prévue pour héberger un résumé de la campagne de fouilles en anglais (et éventuellement un autre dans la langue de l’équipe), une carte (et des données géographiques précises), une présentation de l’équipe (direction, représentant de la Surintendance, structure, terrain…), les financements et des images. Chaque page permet d’aboutir au bilan des autres campagnes par année, ainsi qu’à une bibliographie et à une synthèse (type de site, périodes, résumé des campagnes, frise chronologique). De nombreuses autres données peuvent, et pourront, être intégrées aux fiches (GIS par site, vidéo), comme le montre ce diaporama en anglais : https://fr.slideshare.net/jessogden/fasti-caa2012-2-12271198.

Il est possible de naviguer sur le site via un onglet recherche (avec mot clé), carte ou recherche avancée (utilisation de filtres). A partir de la carte, il est possible de zoomer pour observer les rapports disponibles dans une région particulière et d’utiliser différents outils. Une fois la notice de votre choix atteinte, vous pouvez obtenir son URL fixe et une version imprimable via un onglet situé dans la colonne de gauche.

Fastionline

La plupart des données publiées sur FastiOnline sont sous licence Creative Commons CCBY-SA : vous pouvez donc partager, utiliser et adapter les informations fournies. Il suffit pour cela, de faire référence à l’adresse URL de la page concernée (accessible via un onglet latéral) en mentionnant le nom de l’auteur, l’année de la campagne et la date de consultation. Attention ! La licence pour l’utilisation de la revue de Fasti, Fasti FOLD&R, inclut une dimension non commerciale (CC BY-NC-SA).

FastiOnline possède, en outre, sa page facebook, mise à jour avec l’actualité archéologique des sites recensés dans la base.

Potiers et peintres antiques d’Italie du Sud (exposition)

Jusqu’au 19 décembre 2013 se tient à Portet-sur-Garonne une exposition intitulée « Potiers et peintres antiques d’Italie du Sud » . Certains des vases exposés (Vème, IVème et IIIème siècles av. J.-C.) sortent des réserves du musée Saint-Raymond (musée des Antiques de Toulouse) pour la première fois. L’exposition ne fera pas l’objet d’un catalogue, il s’agit donc une occasion unique de découvrir ces pièces.Ouverture : Lundi de 14h à 18h, mardi de 9h à 12h et de 14h à 18h, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 12h et de 13h à 19h.Entrée libre. Renseignements au 05 61 76 29 31.

Pour en savoir plus : http://www.portetgaronne.fr/portet-sur-garonne/l-actualite/exposition-potiers-et-peintres

©Jean-François Peiré/MSR

Nous remercions Évelyne Ugaglia (Musée Saint Raymond) pour la documentation.

Actualité scientifique : Klinai sur facebook et twitter

Klinai vous propose deux nouveaux outils pour suivre l’actualité scientifique sur la Grande Grèce et le monde étrusque : une page facebook et un fil twitter reprenant globalement les mêmes informations.

1385538_194055337447389_76551094_n

♦ la page facebook : https://www.facebook.com/carnetklinai    ♦ le profil twitter : https://twitter.com/CarnetKlinai

Il s’agit du moyen le plus efficace que nous ayons trouvé pour diffuser les articles du carnet et les actualités. Vous pouvez vous abonner facilement si vous êtes inscrits sur ces réseaux sociaux, dans le cas contraire vous pouvez tout de même accéder aux deux pages, n’hésitez donc pas à les ajouter à vos favoris et à les consulter régulièrement.

Contactez nous via un commentaire sur le carnet, ou via facebook et twitter, pour nous transmettre tout type d’actualité (publication scientifique, presse, appel à communications, colloque, exposition, etc.) afin que nous les diffusions.