Tous les articles par Ariane Huteau

La « Via degli Etruschi » : un trek historique sur le chemin des Étrusques

La « Via degli Etruschi » ou « Route des Étrusques » est née. Il s’agit d’un parcours extraordinaire, d’une centaine de kilomètres, réalisable à pied ou à vélo au fil de 5 ou 6 étapes.

La « Via degli Etruschi » a pour point de départ l’ancienne cité étrusque d’Artimino, en Toscane et, après la traversée de la vallée de Bisenzio et plusieurs haltes permettant le franchissement de la ligne de partage des eaux des Apennins – à Prato (Gonfienti), Vaiano, Montecuccoli, Montepiano, au lac de Brasimone, à Grizzana Morandi – elle finit par rejoindre Marzabotto (l’étrusque Kainua) reliant ainsi la Toscane à l’Émilie-Romagne. Ce parcours peut être effectué dans le sens inverse également, en partant de Marzabotto.

Le tracé de la « Via degli Etruschi » aurait pu effectivement être parcouru dans le passé puisqu’il s’appuie sur un chemin accessible et logique du point de vue de la morphologie du terrain.

Les deux musées étrusques, le Musée National Étrusque « Pompeo Aria » de Marzabotto et le Musée Archéologique « Francesco Nicosia » d’Artimino, se dressent comme les confins culturels et logistiques de la Via. En effet, ces musées sont habilités à fournir les créances de voyage ainsi que l’attestation personnelle de parcours, délivrées au départ puis à l’arrivée.

La créance est un document nominatif que l’on valide tout au long du parcours, lors des différentes étapes et ce dans au moins quatre points logistiques adhérant au dispositif.

À l’arrivée au musée représentant la dernière étape de la Via et sur présentation de la créance compostée, une attestation nominative du parcours sera alors délivrée gratuitement.

Pour la beauté des territoires et la variété des paysages rencontrés, pour son ancrage historique et la possibilité de décrocher un trophée-souvenir (l’attestation de parcours), mais aussi en raison de l’adaptation au plus grand nombre de ce parcours, la « Via degli Etruschi » représente sûrement la réalisation la plus aboutie en Europe de promenade-trekking après le fameux « Chemin de Compostelle ».

Bandeau Via degli Etruschi

Un site internet entièrement dédié au parcours est consultable à l’adresse suivante :

www.laviadeglietruschi.it

L’ensemble des organisateurs souhaite un chaleureux voyage aux « nouveaux Étrusques » !

La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la MAE (Nanterre)

La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE) à Nanterre.

Présentation générale de la bibliothèque

Spécialisée en préhistoire et protohistoire, en archéologie et sciences du monde antique et médiéval (jusqu’à l’an 1000), la bibliothèque est née en 1997 du rassemblement de fonds documentaires constitués par plusieurs équipes du CNRS, des Universités de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Des dons importants ont enrichi successivement ses collections : fonds Jacques Tixier, Gilbert Charles-Picard, Annette Laming-Emperaire, Catherine Farizy, René Ginouvès et Lilly Kahil, Jean Perrot, Javier Teixidor, Jean-Claude Gardin, Geneviève Dollfus, Fonds d’assyriologie de Jean Bottéro, Collection d’archéologie orientale et de Protohistoire égéenne de la Bibliothèque de l’Institut Michelet d’Art et d’Archéologie.

La bibliothèque participe au Catalogue Collectif Indexé du réseau national FRANTIQ et au réseau régional Archéologie en Ile-de-France.

Un riche fonds documentaire pour les spécialistes de l’Italie préromaine

Pour les spécialistes de l’Italie préromaine notamment, un grand nombre de périodiques, de monographies et de catalogues d’exposition est en libre accès dans la bibliothèque de la MAE.

Au rayon des périodiques citons, par exemple, les Annali dell’Istituto universitario Orientale di Napoli. Dipartimento di studi del mondo classico e del Mediterraneo antico. Sezione di archeologia e storia antica (avant 1994) devant Annali di archeologia e storia antica avec leur supplément (côte P.32 et P.32S), les Archeologia Classica (côte P.151, abonnement de 1972 à 1997), les Dialoghi di Archeologia (côte P.520, abonnement de 1967 à 1991), les Mélanges de l’École française de Rome – Antiquité (côte P.738, abonnement à partir de 1971), la collection des Monumenti Antichiti (côte P.759, voir en particulier Este I, Pithekoussai, Tombe « principesche » dell’Orientalizzante Antico da Pontecagnano, Veio I. Il sepolcreto di Valle la Fata), les Notizie degli Scavi di Antichità et leur supplément (côte P.257 et P.257S, abonnement à partir de 1947), la collection des PBF (côte P.859, voir en particulier Les spade nell’Italia continentale, I coltelli nell’Italia continentale, Gli spilloni nell’Italia continentale, Le fibule nell’Italia settentrionale, Treibverzierte Bronzerundschilde der italischen Eisenzeit aus Italien und Griechenland), les Scienze dell’Antichità (côte P.1325, abonnement à partir de 2000) ou encore les Studi Etruschi et leur supplément (côte P.1037 et P.1037S, abonnement à partir de 1966).

La bibliothèque est également bien pourvue en catalogues d’expositions et actes de colloque portant sur la culture villanovienne puis étrusque. Une liste complète serait bien trop longue à dresser pour l’auteur de ce texte – et fastidieuse à parcourir pour le lecteur – mais on pourra toutefois citer quelques ouvrages de référence : Continuer la lecture de La Bibliothèque d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité de la MAE (Nanterre)