Ollus leto datus est : les communications sur la Grande Grèce (relation)

Du 22 au 25 octobre 2013 se tenait à l’Università Mediterranea di Reggio Calabria le congrès Ollus leto datus est, consacré aux nécropoles de l’Italie méridionale et de la Sicile de l’antiquité grecque au Moyen-Age (le programme complet est sur Klinai). Structuré autour de trois axes principaux (architecture, topographie et rituels funéraires), les cinq premières demi-journées étaient consacrées à la Grande Grèce et à la Sicile (principalement aux nécropoles de Camarina). Vous trouverez ci-dessous une rapide relation des communications dédiées à la Grande Grèce, concentrées sur les deux premiers jours du congrès.

Ollus leto datus est

Après un prologue de Felice Costabile sur les defixiones des nécropoles de Locres, Copia et Athènes, deux contributions dédiées à l’architecture funéraire ouvrent le colloque.

Architectures funéraires : tumulus et tombes de type macédonien

I tumuli della Magna Grecia tra quinto e terzo secolo a.C.: realtà e simbolismo (Fabien Bièvre-Perrin §), et Le tombe con volta a botte di “tipo macedone” in Italia meridionale durante l’età ellenistica: diffusione, cronologia, tipologia, decorazioni, significato (Stephan Steingräber), interrogent la diffusion, les influences et les significations de ces deux types de tombes. La communication sur les tumuli se concentre sur ceux de Pithécusses et de Thourioi, et porte une grande attention aux représentations de tumuli dans la céramique apulienne. Stephan Steingräber souligne la grande diffusion du type macédonien en Italie, très importante du IVème au IIIème siècle avant J.-C., établissant des parallèles avec le reste du monde grec et l’Étrurie.

Les tombes d’enfants

Daniela Costanzo (Pratiche funerarie e processi d’interazione culturale. Alcune riflessioni sulle tombe infantili della Sibaritide (VII‐VI secolo a.C.)), montre la disparition progressive des objets orientaux dans le matériel funéraire au début du VIIème siècle, rapidement remplacés par les objets grecs qui se multiplient. Isabella Ferro, Margherita Corrado et Maria d’Andrea (Sepolture infantili da necropoli greche calabresi) soulignent la rareté des données sur leur sujet et illustrent la diversité des objets, notamment des vases de cuisine, utilisés comme contenants pour les tombes à enchytrismos. Carla Scilabra traite des pré-adultes de Lipari (Rituale funerario e classi di età nella necropoli di contrada Diana a Lipari). Ils ne représentent que 6% de la population, quand elle atteint 56% à Pithécusses, 30% à Poseidonia, 21% à Métaponte et leurs sépultures se caractérisent principalement par un usage quasi systématique de l’enchytrismos. Le dionysisme funéraire, très présent, est parfois en lien avec des enfants : des cratères déposés à l’extérieur de certaines tombes font écho à un matériel évoquant abondamment Dionysos (dont des masques) ; on peut y voir une stratégie des familles émergentes cherchant à affirmer la place de l’enfant dans la communauté, une stratégie que révèlent d’autres indices (le seul strigile découvert provient par exemple d’une tombe d’enfant). Concluant cette section, Nicoletta di Carlo étudie la situation des tombes d’enfants en Sicile centro-méridionale (Morire da piccoli: corredi e tipologie tombali infantili dalle necropoli della Sicilia centromeridionale). Le contenant le plus commun est l’onochoé ; les données la mènent à imaginer l’existence de zones spécialisées pour les enfants dans les nécropoles.

La coroplastique / Les femmes

Après avoir rappelé le programme EMA sur l’Enfant et la Mort dans l’antiquité (§) et notamment la table ronde consacrée au matériel, Valeria Meirano (Terrecotte figurate in ambito funerario: problemi e casi di studio tra Magna Grecia e Sicilia) se fonde sur les importants corpus de Lipari et Tarente, mais aussi sur celui de Locres où des arulae miniatures sont associées aux tombes d’enfants au IVème siècle pour montrer que placer des terre-cuites figurées dans les tombes révèle une stratégie de sélection liée au statut des défunts ou à leur statut en devenir dans le cas d’enfants. Les modèles de pieds « chaussés » font l’objet d’un développement spécifique : allusion possible au long voyage dans l’au-delà, ces terre-cuites sont également la trace de rites de passages liés aux différents statuts de la femme. Prenant en compte des nécropoles puniques (Solunto) et grecques, Paolo Barresi et Mario Cottonaro présentent ensuite une communication intitulée Tanagrine e rituali funerari in Sicilia: casi studio. De production locale pour la plupart, ces statuettes semblent généralement associées à des tombes féminines. Gregorio Aversa (La tomba 113 della necropoli lucana di San Brancato di Tortora) présente la tombe féminine très riche découverte dans la commune de Tortora en Calabre, suite à la restauration du matériel, exposé en 2013 à Naples dans le cadre de l’exposition Restituzioni : http://www.restituzioni.com/#/artwork/27248/description/

Tortora

Paysage sonore

Dans sa communication intitulée Paesaggio sonoro di ambito funerario nell’Italia protostorica e arcaica: evidenze dall’area peninsulare centro‐meridionale, Sonia Modica présente une base de données en cours de réalisation, privilégiant le corpus du Latium Vetus, où sont présents de nombreux objets liés à la production de son : instruments de musique, boucliers, masses… S’intéressant avant tout aux lyres et aux carapaces de tortues retrouvées à Métaponte, Angela Bellia (I rituali funerari e la musica nell’Italia antica: nuove considerazioni sulla tomba del ‘musicista’ nella necropoli di Pantanello a Metaponto (V secolo a.C.)) aborde les relations entre Grecs et indigènes au travers de la musique. Le défunt de la tombe du Musicien de Pantanello est en effet identifié comme un indigène ; la communication insiste sur le rôle important de la musique dans les banquets et l’eschatologie, et affirme l’existence d’un lien fort entre statut social, espérances liées à l’au-delà et instruments de musique.

Présentation de nécropoles et de cas particuliers

En Campanie, Dania Savella (Le necropoli della valle del Sarno: rituale funerario e organizzazione spaziale tra l’età del Ferro e l’Orientalizzante) s’intéresse aux tombes a circolo de la vallée du Sarno et à la topographie des nécropoles. Le matériel et l’architecture funéraire sont les signes d’une forte structuration socio-économique de la communauté locale, où s’affirment les nouveaux rôles de la femme. La fréquence croissante des objets d’origine allogène ou des imitations locales de céramiques grecques dans les tombes féminines met en évidence les contacts entre sociétés. Daniela Fardella (Pratiche e costumi funerari in area frentana meridionale tra il V e il IV secolo a.C.), Francesco Sirano (Novità dalle necropoli dell’antica Capua. Acquisizioni e studi), Luigina Tomay et Raffaella Bonaudo (Il Sannio ‘caudino’: evidenze funerarie da Caudium, Saticula e Telesia) montrent l’urbanisation progressive de Capoue, l’essor de l’artisanat, le développement des contacts.

En Lucanie, Maria Luisa Tardugno (Atena Lucana (SA), le necropoli di età arcaica e classica) présente Atena Lucana, site de l’aire nord-lucanienne connu principalement au travers de ses nécropoles, du VIIème au Vème siècle. Chiara Albanesi et Ilaria Battiloro (Rituali funerari e ruoli di gender nella Lucania antica: nuovi spunti di riflessione) s’intéressent aux marqueurs utilisés pour identifier le genre des défunts. Ne retenant que certains éléments – les armes pour les hommes, le lébes gamikos et certains bijoux pour les femmes, les autres objets renvoyant au statut des défunts et non à leur genre – elles démontrent que la grille d’interprétation généralement adoptée n’est pas pertinente dans certains cas et tendent à montrer le rôle important des femmes dans la société, ainsi que leur participation au banquet. Rossella Pace (Anomalie di genere nelle necropoli della Sibaritide tra età del Ferro ed età arcaica: due casi da Francavilla Marittima), étudie deux tombes de la nécropole de Machiabate en Calabre, la tombe 76 qui abrite deux femmes couvertes d’un seul manteau – peut-être des jumelles – et la tombe 26, dans laquelle quarante-trois coupes sont placées sur le corps de la défunte selon un rituel évoquant peut-être sa religiosité. Silvana Luppino et Adolfo Tosti (Dai tumuli alle cappuccine: una necropoli tra V e III sec. a.C. a Rossano Calabro (CS)) présentent les fouilles d’urgence menées à Ciminata, qui ont permis de mettre en évidence une petite nécropole dont deux tombes sont couvertes d’un tumulus. D’autres communications ont pour objet la fouille de nécropoles de la région. Celle de Carrara est présentée par Domenico Marino, Amedeo Brusco et Gloria Mittica (Crotone. La necropoli della Carrara – settore IV. Indagini 2010‐2011) où une centaine de tombes a été explorée. Elles sont en grande partie du VIème siècle et comptent une majorité de tombes a cappucina. Celles de Crotone sont présentées par Roberto Spadea et Alfredo Ruga (Le necropoli minori di Kroton fra V e IV secolo a.C.). Sur le même territoire, Maria Grazia Aisa, Marco Di Lieto, Giulia Cacciato et Delis Fiorani (Tra tutela e ricerca. Nuove sepolture individuate nel territorio di Cutro) présentent leurs prospections, de surface et géomagnétiques, et les fouilles qui ont suivi. Leurs travaux révèlent notamment la présence dans les tombes de divers fruits analysés en laboratoire. Maria Teresa Iannelli et Bernarda Minniti (La necropoli nord-occidentale dell’antica Caulonia) se livrent à l’exposé de deux tombes du IIIème siècle situées à proximité des premiers murs de la cité de Caulonia.

Plus au sud, à Locres, Diego Elia (Elementi di stratificazione verticale e orizzontale della società a Locri Epizefiri: la necropoli di Lucifero) procède à un rappel historiographique et souligne l’importance des carnets de Paolo Orsi pour la connaissance des nécropoles de cette cité. Il est question des signes contribuant à cerner l’identité des défunts et exprimant l’existence d’une classe dominante : pour les hommes, la référence à la musique (lyre, aulos), à la palestre (Strigile, altères), aux pratiques conviviales ou au cheval, pour les femmes, le tissage, la cosmésis, les ornements personnels… et pour les deux sexes, les vases à boire, les unguentaria, la coroplastique et les astragales. Toujours à Locres, Claudio Sabbione, Eleonora Grillo, Margherita Milanesio (La necropoli locrese di Parapezza: elementi di topografia e cronologia) étudient la nécropole de Parapezza dont ils rappellent l’importance. L’exposé fournit à Diego Elia l’occasion de présenter des fragments de vases figurés trouvés dans ce secteur (traces probables de rituels ayant eu lieu sur la tombe ou de marqueurs) ; un fragment de couvercle de lékané surdimensionné est probablement attribuable au Groupe de Locres ; découvert en 1977, il représente différents personnages réalisés avec la technique de la figure rouge, à l’exception d’un homme pour lequel est utilisée la technique de la figure noire, peut-être l’âme d’un défunt.

Deux communications sont dédiées au centre brettien de Tiriolo. La première, de Roberto Spadea (La tomba a camera in località Casteneto di Tiriolo), concerne un édifice funéraire que la façade pourvue de deux demi-colonnes invite à rapprocher d’un naiskos. La structure fut utilisée par plusieurs générations, de la fin du IVème siècle au début du IIIème av. J.-C. Alessandro Russo (I corredi miniaturistici in piombo da Tiriolo e dal territorio brettio nel IV secolo a.C.) aborde le cas des objets miniatures en plomb et en fer retrouvés dans la région (mais rarement contextualisées) et lie leur présence dans les tombes à des croyances eschatologiques, notamment au travers d’une référence au banquet.

Tiriolo

Sur l’autre versant de la Calabre, différentes nécropoles sont présentées. À Castellace (Maddalena Sica, Le necropoli di Castellace. Comunità e simboli di potere), les fouilles montrent une occupation s’étendant du XIIème au IIIème siècle avant J.-C. Les trois zones identifiées, un habitat brettien et deux nécropoles (un tumulus préhistorique, puis des tombes du VIIème au IIIème siècle av. J.-C.) sont reliés par une voie de circulation. Fabrizio Mollo (Le necropoli italiche lungo la fascia tirrenica cosentina tra IV e III secolo a.C. Rituali, modalità di seppellimento e composizione dei corredi) constate différentes phases de pratiques dans la région. L’archéologie préventive a permis de mettre en évidence plusieurs sites funéraires sur le tracé de la route reliant Salerne à Reggio de Calabre. Les résultats des fouilles sont exposés par Roberto Spadea, Maria Grazia Aisa et Stefania Mancuso (La ricostruzione del paesaggio funerario antico nell’area di Nocera Terinese: nuovi dati dai lavori di ammodernamento della SA‐RC) ; ils s’arrêtent notamment sur une concentration de tombes au niveau de Porta Vecchia, qui entourent ce qui semble être une voie sous laquelle court une canalisation captant une source. Roberto Spadea, Francesco Cristiano et Carmelo Colelli (Indagini preventive in località Germaneto di Catanzaro: la necropoli di contrada Case Grimaldi) présentent également le résultat de fouilles préventives qui ont permis de dégager une nécropole sur un site occupé du néolithique jusqu’à la période romaine.

Giovanna Verbicaro, Claudia Caruso (Una sepoltura a cassa di pietra da Terina: il contesto e le analisi petrografiche) se penchent sur le cas spécifique d’un groupe de tombes (deux à incinérations, une a cassa di tegole, un sarcophage de pierre datables d’entre la fin du IVème et la moitié du IIIème siècle av. J.-C.). Les analyses stylistiques et pétrographiques prouvent que le sarcophage a été importé de Lipari où un type semblable est visible dans la nécropole de Diana.

La nécropole de Reggio fait l’objet de deux communications. Carmelo G. Malacrino, Andrea Manti, Valentina Mazzeo et Erica Ester Zampino (Per la ricostruzione del paesaggio funerario di Rhegion: la necropoli del Museo Archeologico Nazionale della Magna Grecia) se concentrent sur la nécropole découverte lors de la construction du Musée National de la Grande Grèce en reprenant les journaux et la documentation de fouille. Grâce à des outils originaux, ils présentent une restitution tridimensionnelle de la nécropole, de la topographie et du paysage avec placement des tombes selon leurs cotes. Ils parviennent ainsi à tirer de nouvelles données pour  l’étude de cette nécropole et à en corriger certaines (le nord indiqué sur le plan de référence indique en réalité l’est). Giovanni Speranza (“Città dei vivi” – “Città dei morti”. Nuovi dati dalle necropoli di Rhegion) présente une carte des nécropoles urbaines, extra-urbaines et suburbaines de la cité, en lien avec le développement de celle-ci à la période hellénistique.

Michele Scalici (Rituali della morte nella Magna Grecia indigena. Sepolture senza corpo) et Giorgia Tulumello (Le sepolture anomale nelle necropoli dell’Italia meridionale e Sicilia), ont abordé les “sépultures anormales”.

Communications annulées :

Paola Mazzei (Le laminette cosiddette orfiche e i loro contesti topograficoarcheologici in Magna Grecia e in Sicilia), Barbara Caré (Conchiglie in tomba tra Magna Grecia e Sicilia: contesti e proposte interpretative), A. Arslan (Dulce et decorum est pro patria mori: Hipponion e i suoi morti in guerra).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *