Compte rendu de la Première rencontre jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine

Compte rendu

par Ariane Huteau (doctorante Université Paris 1, UMR 7041. ArScAn) et Solène Chevalier (doctorante EPHE, UMR 8546. AOrOc)

Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine

« Du Bronze récent à la romanisation (XIVe – IVsiècles av. n.è.) »
INHA (Paris), 1er et 2 juin 2017

Jeudi 1er juin 2017

Introduction aux rencontres

(S. Chevalier et A. Huteau)

Ce projet d’une rencontre jeunes chercheurs est né du constat que les études portant sur l’Italie préromaine pâtissent aujourd’hui d’un nombre réduit d’enseignements dans les universités françaises, alors que les thèses en cours et celles soutenues ces dernières années, mais aussi les derniers colloques internationaux et programmes de recherche sur l’Italie préromaine, témoignent d’une vitalité notable de ce domaine des études.

En effet, un certain nombre de doctorants et de post-doctorants travaillent sur des problématiques liées à la caractérisation des cultures italiques, aux formes de fréquentations grecques en Italie et aux réseaux précédant la conquête romaine. Les nombreux départs à la retraite d’enseignants-chercheurs ont eu pour conséquence une réduction notable des enseignements sur l’Italie préromaine, qui se maintiennent cependant dans quelques institutions. Plusieurs fouilles programmées sur le territoire italien, et tout particulièrement dans le sud du pays, apportent un certain dynamisme et des données inédites pour une meilleure connaissance du peuplement de cette région : on pourra penser aux fouilles de Siris-Héraklée à Policoro (EPHE et École de spécialisation de Matera, sous la direction de Stéphane Verger), à celles de l’Incoronata (Université Rennes 2, sous la direction de Mario Denti) et de la Civita di Tricarico (Université Paris 1, sous la direction d’Olivier de Cazanove et Stéphane Bourdin) en Basilicate, ainsi qu’à celles de Grotte Scalina dans les environs de Viterbe (UMR 8546 – AOrOc et Surintendance archéologique du Latium et de l’Étrurie méridionale, sous la direction de Vincent Jolivet et Edwige Lovergne). Les thèses en co-tutelle témoignent aussi de ces relations soutenues qui lient les institutions françaises et italiennes.

Pour cette première édition des Rencontres sur l’Italie préromaine, l’objectif était de dresser un état des lieux de la jeune recherche en France. C’est la raison pour laquelle l’appel à communications était ouvert aux doctorants et post-doctorants rattachés à une institution française. Nous avons ainsi cherché à souligner le dynamisme de la jeune génération, à mettre en évidence des thèmes fédérateurs, à soulever des questionnements nouveaux associés à des réponses originales, et à montrer ainsi que les recherches sur l’Italie préromaine étaient bien vivaces.
En se penchant sur le programme, il est intéressant de constater que les études portant sur l’Italie méridionale et la Sicile hellénisées dominent. Nous nous sommes donc demandé si le déséquilibre entre le nombre de communications portant sur le monde grec et celles portant sur les communautés étrusques et italiques était le reflet fidèle d’une réalité de la recherche, ou bien une image biaisée générée par un effet de réseau. Notre appel à communications n’aurait alors pas atteint certaines aires chrono-culturelles pourtant parties prenantes de ce domaine des études – on peut penser à la Protohistoire récente.
Quatre grands thèmes fédérateurs – les circulations humaines et matérielles, l’historiographie et l’histoire des collections, l’organisation des villes et des nécropoles, les relations entre les communautés humaines et leur environnement – ont été mis en évidence dans les différentes communications et structureront ces rencontres : ils permettent aussi de dépasser les clivages régionaux et chronologiques, afin de faire dialoguer les espaces, les cultures et les modèles, pour appréhender de manière plus globale cette Italie préromaine.

#1. Les circulations humaines et matérielles

La première journée des Rencontres jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine était consacrée à la question des circulations humaines et matérielles, abordée à partir de la documentation issue des nécropoles ou des habitats. Neuf communications, modérées par Alessandro Naso (CNR), Stéphane Verger (EPHE) et Stéphane Bourdin (École française de Rome), se sont penchées sur les différentes formes de mobilité observées au sein des communautés et sur les marqueurs matériels de ces mobilités, sur les processus d’acquisition, de transformation ou d’intégration d’éléments allogènes, ainsi que sur les voies et les réseaux de communications et d’échanges.

#1.1. Les circulations humaines et matérielles. Les données des nécropoles

« Approches anthropologiques croisées des données funéraires en Italie archaïque »

La première communication, présentée par Reine-Marie Bérard (École française de Rome) et Ségolène Maudet (École française de Rome), portait sur les sites de Pithécusses (Ischia) et de Mégara Hyblaea (Sicile), et visait à interroger les données funéraires au prisme croisé de l’anthropologie biologique et de l’anthropologie économique. Cette communication a tâché de décortiquer le processus d’analyse du mobilier funéraire en montrant comment, dans de nombreuses publications archéologiques, genre (construction sociale) et sexe (donnée biologique) étaient encore confondus. Cette confusion amenait à un raisonnement circulaire où, dans le cas des nécropoles de Pithécusses, la déposition de fibules de tradition italique, destinées a priori aux femmes (genre féminin ou sexe féminin ?), devenait le signe de mariages mixtes entre femmes indigènes et colons grecs.

Pithécusses (Ischia), nécropole San Montano – tombe 651 (V. Nizzo, Antenati bambini. Visibilità e invisibilità dell’infanzia nei sepolcreti dell’Italia tirrenica dalla prima età del Ferro all’Orientalizzante, dans Dalla nascita alla morte : antropologia e archeologia a confronto, Rome, 2011, p. 91, fig. 16)

Pour le site de Mégara Hyblaea, l’étude menée par R.-M. Bérard a permis de démontrer que, parmi toutes les catégories d’objets déposées dans la tombe, seules les épingles pouvaient être associées, de manière exclusive, aux défunts de sexe féminin. Il faut donc se garder des préjugés qui associent certaines catégories d’objets aux hommes ou aux femmes, sans avoir fait de vérification anthropologique et sans avoir procédé à une analyse détaillée du mobilier d’accompagnement en fonction des données intrinsèques au site. Enfin, S. Maudet s’est penchée sur la question des échanges matériels entre communautés, en montrant comment les objets exogènes déposés dans une tombe n’impliquaient pas forcément un lien direct entre la région de production et le défunt. La présence d’éléments indigènes dans les nécropoles de Pithécusses ne peut donc être décelée à partir des seuls vases d’impasto typiques des communautés indigènes, d’autant qu’il est souvent difficile de distinguer des vases issus du répertoire local indigène de ceux provenant d’autres centres campaniens : au sein des ensembles funéraires, les différentes données disponibles (le mobilier, mais aussi le rituel funéraire employé, les tombes environnantes, la localisation de ces tombes au sein de la nécropole, etc.) doivent donc faire partie intégrante de la réflexion, sans oublier les filtres générés par le système de représentation funéraire des individus. En conclusion, R.-M. Bérard et S. Maudet invitent donc à réorienter certains questionnements pour ne pas (plus) tomber dans la surinterprétation des données funéraires puisque la tombe est, par nature, un ensemble hétérogène où se mêlent des offrandes, des objets portés, d’autres destinés à la cérémonie, etc.

« Fenomeni di mobilità in Campania in età Orientalizzante: problemi di cultura materiale »

Anna Maria Desiderio (Université Paris 10 et Università degli Studi di Salerno) a ensuite présenté ses travaux portant sur trois secteurs inédits de la nécropole occidentale de Pontecagnano (Campanie), un site étrusque d’Italie méridionale au centre d’un système de relations complexes avec le monde italique environnant. Dans sa présentation, A. M. Desiderio met en évidence le phénomène d’agrégation de groupes exogènes, provenant d’horizons culturels divers (le monde de la Valle del Sarno, de la haute et moyenne vallée de l’Ofanto, de l’aire nord-lucanienne), qui, pendant la période orientalisante, atteignent Pontecagnano par différents itinéraires. L’analyse archéologique croisée de trois secteurs de nécropoles – Promenade archéologique, Gaeta et Biblioteca – permet de montrer comment l’intégration de ces éléments exogènes à la communauté de Pontecagnano se fait selon différents modèles : cette mobilité semble en effet impliquer la seule composante féminine adulte (secteur Gaeta), ou bien des groupes entiers, à savoir des adultes et des enfants, des hommes et des femmes (secteurs Promenade archéologique et Biblioteca).

Pontecagnano (Campanie), nécropole occidentale, secteur Gaeta (L. Cerchiai, Mobilità nella Campania preromana. Il caso di Pontecagnano, AnnFaina, 2013, p. 162, fig. 10)

Enfin, A. M. Desiderio s’interroge sur le rapport problématique qu’entretiennent culture matérielle et ethnicité : comme pour la première communication, la lecture des assemblages funéraires comme témoignages des origines ethniques et culturelles des défunts est remise en cause.

« Le golfe de Policastro à la fin du VIsiècle av. n.è. Nouvelles données et pistes de recherche »

Carte marine du Golfe de Policastro (1820 ca.)

La question des influences exogènes dans les tombes de la période archaïque a également été illustrée par la présentation d’Alessandro Cocorullo (Université Rennes 2 et Università « Ca’ Foscari » di Venezia) qui a proposé un réexamen de la documentation provenant des nécropoles du Golfe de Policastro (Palinuro, Rivello-Serra Città), une région grandement délaissée par les recherches archéologiques. Les assemblages funéraires révèlent une grande diversité de provenance du mobilier : les amphores de transport, les productions eubéennes acheminées depuis Naucratis, les importations grecques, les productions locales de coupes ioniennes et de vases œnotres font du golfe de Policastro un carrefour entre les voies maritimes longeant la côte et les voies terrestres servant de débouché aux communautés œnotres installées dans l’arrière-pays. A. Cocorullo souligne aussi les liens étroits qui unissaient les communautés du golfe de Policastro et celles des colonies grecques d’Élée et de Sybaris.

« Imitations et circulation à l’époque archaïque. L’œnochoé « rhodienne » comme « fossile-guide » des relations entre la Méditerranée, l’Italie et le nord des Alpes »

La circulation d’un type particulier d’objet – l’œnochoé dite « rhodienne » – a été examinée par Tony Fouyer (Université de Bourgogne Franche-Comté). Ces œnochoés rhodiennes, dont l’appellation est traditionnellement réservée aux modèles métalliques en dépit d’analogies évidentes avec les exemplaires en céramique, ont été produites entre 640 et 520 av. n.è. Elles ont été diffusées sur un vaste territoire, puisqu’on les retrouve en Grèce de l’Est, en Grèce continentale, en Italie (Étrurie et Campanie principalement, mais aussi dans des sépultures de Basilicate, des Pouilles et de Sicile), ainsi qu’en France et en Allemagne (Bade-Wurtemberg). Pour autant, la nature des contextes de découverte diffère : en Grèce, les œnochoés rhodiennes ont été mises au jour dans des sanctuaires, alors qu’en dehors de Grèce elles ont été emportées dans la tombe.

Œnochoé rhodienne en bronze (musée national étrusque de la Villa Giulia)

Dans les assemblages funéraires, ces vases à verser accompagnent souvent des casques corinthiens, des bassins à bord perlé, mais aussi des hydries péloponnésiennes et des infundibula, autant d’objets qui font écho à un patrimoine idéologique commun, partagé par les élites étrusques, italiques, grecques et celtes, et qui sont les indices indirects d’un système de don/contre-don liant les aristocraties de la Méditerranée et de l’Europe nord-alpine.

« Un tombeau « à la grecque » ? De l’usage des marqueurs de tombes grecs par les élites indigènes de Grande Grèce aux IVe et IIIsiècles av. n.è. »

Tombe indigène à Tiriolo (Calabre).

En Grande Grèce, les marqueurs de tombes grecs utilisés par les élites indigènes au début de la période hellénistique permettent à Fabien Bièvre-Perrin (Aix-Marseille Université) d’aborder la problématique de la réappropriation et de la réciprocité des influences. F. Bièvre-Perrin met en évidence l’influence prépondérante du modèle grec sur les marqueurs funéraires autochtones. Les élites indigènes adoptent des modèles gréco-macédoniens, gréco-tarentins ou attiques et les adaptent toutefois à leur propre iconographie et à leurs coutumes, probablement dans un souci d’affirmation et de contrôle du territoire. En revanche, il semble que l’influence des indigènes sur les marqueurs funéraires grecs soit ténue et que l’enrichissement réciproque ne s’applique pas à cette catégorie de vestiges. F. Bièvre-Perrin démontre ainsi comment, à travers l’utilisation de marqueurs funéraires propres au monde grec, les aristocraties indigènes ont cherché à se démarquer face à une démocratisation croissante dans la sphère du funéraire, tout en signalant leur appartenance à une élite gréco-méditerranéenne.

#1.2. Les circulations humaines et matérielles. Les données des habitats

Si les habitats sont généralement moins bien connus que les nécropoles, les recherches en cours permettent toutefois de s’interroger sur les processus de fabrication du mobilier céramique, sur ses usages et les transferts éventuels entre différentes traditions, ainsi que sur les voies empruntées pour les échanges.

En prenant appui sur les découvertes inédites réalisées lors des récentes campagnes de fouilles de l’Université Rennes 2 à l’Incoronata (Basilicate), Mathilde Villette (Université Rennes 2) et Clément Bellamy (Université Rennes 2 et Università degli Studi di Foggia) ont abordé la question de l’artisanat céramique à l’âge du Fer en Italie méridionale.

Incoronata (Basilicate). Céramique géométrique et à impasto œnôtre de l’US 274 (cliché M. Denti)

« Ateliers de potiers sédentaires et itinérance des potiers grecs à l’âge du Fer dans le Golfe de Tarente »

Mathilde Villette (Université Rennes 2) s’est intéressée aux espaces artisanaux et contextes productifs identifiés dans quelques centres du golfe de Tarente pour les VIIIe et VIIsiècles av. n.è. Sur le site de l’Incoronata, ses recherches ont permis de mettre en évidence la coexistence d’artisans grecs et indigènes travaillant côte à côte, dans un même atelier de potier, à partir de la fin du VIIIsiècle av. n.è. Si ces deux communautés d’artisans partagent un même espace, il semblerait que les différentes étapes de la production céramique, de la préparation de la pâte, à la réalisation du décor, en passant par le façonnage du vase, se soient déroulées en toute indépendance ; seule la cuisson des vases aurait pu être mixte, effectuée probablement par les artisans indigènes. À l’Incoronata, l’artisanat céramique indigène n’a donc pas été modifié par l’arrivée des Grecs puisque deux traditions bien distinctes coexistent. Ainsi, les potiers grecs devaient intervenir de manière ponctuelle et saisonnière, à la demande peut-être, circulant le long de la côte ionienne et s’installant quelque temps dans des ateliers stables capables d’accueillir des artisans et des savoir-faire de différents horizons culturels.

« Statut, fonction et diffusion de la production céramique indigène entre âge du Fer et période archaïque en Italie méridionale »

Clément Bellamy (Université Rennes 2 et Università degli Studi di Foggia) a proposé de s’interroger sur les modalités d’interaction entre communautés indigènes et communautés grecques à partir du mobilier céramique. Il rappelle que l’archéologie indigène s’est d’abord construite par rapport à l’archéologie grecque en Italie du sud, et que les termes employés pour désigner les différents acteurs de ce monde sont orientés, hérités des découpages ethniques proposés par les auteurs grecs. Ces ethnonymes n’avaient peut-être pas de sens pour les communautés autochtones du Premier âge du Fer et, par extension, l’emploi du terme « œnotre » pour désigner un type de production céramique est fuyant, d’autant que l’ethnicité est difficilement identifiable à travers les seuls vestiges matériels. C. Bellamy s’interroge ensuite sur le medium de l’expression d’une identité culturelle. Si le style décoratif est un moyen d’expression, les aspects techniques, longtemps négligés, sont autrement porteurs d’une expression identitaire, comme il le démontre pour le site de l’Incoronata, en distinguant les aspects propres à la production céramique (préparation différenciée de l’argile en fonction de la tradition potière, tendance à la régularisation et à l’affinement des parois, inspiration grecque pour certains décors de la céramique fine indigène) de ceux liés à la réception de ces produits (un service cérémoniel destiné à l’aristocratie).

« Céramiques locales d’ici et d’ailleurs. Quelques observations sur les céramiques de production coloniale »

La question de la mobilité artisanale était également au centre de la communication proposée par Lou de Barbarin (Aix-Marseille Université et Università degli Studi di Napoli L’Orientale), qui s’interrogeait sur l’existence de courants d’échanges multiples, entre la Grèce, l’Italie péninsulaire et la Sicile, à partir de l’étude de la céramique locale de tradition grecque. Si, par définition, la céramique dite « locale », produite dans les polis occidentales, suppose une absence de mobilité, l’étude de quelques fragments de vases figurés de tradition subgéométrique et orientalisante, provenant de l’habitat de Mégara Hyblaea (Sicile), permet de proposer des parallèles précis avec des productions documentées en dehors du site. L’analyse stylistique oriente tout particulièrement vers l’atelier du Peintre du cratère au cheval, un artisan argien installé à Syracuse.

Mégara Hyblaea (Sicile). Fragments de cratères de production « locale » à décoration figurée. En bas à droite, tesson se rapportant probablement à l’atelier du Peintre du cratère au cheval (G. Vallet et F. Villard, Mégara Hyblaea 2, pl. 171)

Dans un autre cas, des ressemblances stylistiques dans le rendu du dessin sont établies avec la production du Golfe de Tarente (Siris). Grâce à ces exemples, L. de Barbarin repose la question de la céramique « locale » de Mégara et, au-delà, des circulations dans l’espace grec occidental. Elle souligne enfin la nécessité de mieux identifier les ateliers de production en Occident, et de ne réserver les analyses d’argile qu’à certains fragments.

« L’Étrurie padane entre mer et terres : analyse d’un réseau commercial naissant entre la fin du VIe et le Vsiècle av. n.è. »

Marzabotto (Émilie-Romagne). Vue aérienne de l’habitat étrusque

Le thème de l’aménagement territorial et de la mobilité le long de nouvelles voies commerciales a été exploré par Julia Schelling (Université Paris 4 et Università degli studi di Firenze) qui a porté son attention sur l’Étrurie padane des VIe et Vsiècles av. n.è. J. Schelling interroge l’organisation territoriale et le développement urbain des centres étrusques localisés dans la plaine du Pô, afin de mettre en évidence les voies de communication et de commerce, ainsi que la rationalisation des espaces, en vue de faciliter les échanges lors de l’expansion étrusque dans cette région. Dès le VIsiècle av. n.è., l’Étrurie padane représente un carrefour commercial, pendant que les essais d’urbanisation (Bagnolo San Vito, Marzabotto, Spina, etc.) s’imprègnent d’influences étrangères. J. Schelling rappelle également que le débat autour de la hiérarchisation des sites prend sa source dans la mention par Tite-Live (V, XXXIII) de la dodécapole étrusque. Pourtant, la documentation archéologique nous invite aujourd’hui à nous détacher de cette vision de l’histoire afin de souligner le rôle joué par les centres dits « mineurs » dans les réseaux commerciaux. Enfin, si le développement du commerce adriatique dans la plaine du Pô, la fondation ex-novo de cités et la création de routes commerciales ont été mis en rapport avec une perte d’influence des Étrusques en mer Tyrrhénienne (défaite d’Alalia), J. Schelling revient sur cette interprétation historique.

#Résumé. Les circulations humaines et matérielles

Les communications présentées dans le cadre de la première session portant sur les mobilités humaines et matérielles soulèvent des questionnements parallèles, tout en pointant la nécessité d’un retour aux données, d’une identification des acteurs moins dépendante des auteurs anciens, d’une remise en question de certaines théories et interprétations archéologiques, voire d’une réorientation des problématiques de travail.
L’emploi de certains qualificatifs, comme les ethnonymes et les hétéronymes désignant les communautés indigènes, inspire une certaine méfiance, de même que la reconnaissance d’un groupe ethnique à travers ses seuls vestiges matériels (A. M. Desiderio et C. Bellamy). La définition des céramiques dites « locales » paraît également fragile : certains vases « locaux » ont pu être produits en dehors de Mégara Hyblaea, comme l’a mis en évidence L. de Barbarin, tandis qu’à l’Incoronata, M. Villette a démontré comment potiers indigènes et potiers grecs travaillaient dans un même atelier, en dépit de traditions céramiques bien distinctes. D’autre part, R.-M. Bérard et S. Maudet ont insisté sur l’identification problématique des hommes et des femmes, mais aussi des indigènes au sein des nécropoles grecques d’Occident, puisqu’un objet – d’autant plus lorsqu’il est isolé de son contexte de production – ne préjuge pas du sexe ni de l’origine du défunt.
Les communications ont aussi montré l’intérêt d’étendre les analyses à des ensembles de sites, afin de raisonner à l’échelle d’un système et d’illustrer la perméabilité des sociétés peuplant cette Italie préromaine, ainsi que la nature plurielle des échanges. Si les productions et les hommes circulent au sein de véritables carrefours commerciaux comme le golfe de Policastro (A. Cocorullo) et l’Étrurie padane (J. Schelling), d’autres biens, tels les œnochoés rhodiennes (T. Fouyer) et les marqueurs funéraires (F. Bièvre-Perrin), nous renseignent sur la transmission et le partage de modèles culturels et idéologiques entre les élites des différentes communautés.


Vendredi 2 juin 2017

Trois thématiques différentes ont été abordées lors de la seconde journée des Rencontres jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine. Les trois premières communications, présidées par Gilles van Heems (Université Lyon 2), étaient consacrées à l’historiographie et l’histoire des collections, pendant que Vincent Jolivet (CNRS) encadrait les trois communications suivantes portant sur l’architecture des villes des vivants et des morts, ainsi que sur les modèles d’implantation urbaine, périurbaine et sépulcrale. Enfin, une dernière session réunissant cinq communications, modérée par Solène Chevalier (EPHE) en remplacement de Cecilia D’Ercole (EHESS), était destinée à l’étude de l’interaction homme-environnement.

#2. Historiographie et histoire des collections

« Rubi antiqua : collectionnisme et réception des découvertes archéologiques au XIXsiècle, entre l’Italie du Sud et la France »

Daniela Ventrelli (CNRS) a présenté un premier bilan des résultats du projet « Rubi antiqua », un programme de recherche quadriennal qui prendra fin en 2017 et était consacré à la redécouverte de l’histoire de l’archéologie à Ruvo di Puglia (Pouilles), et au collectionnisme d’antiquités entre l’Italie du Sud et la France au XIXsiècle. Entre 1820 et 1840, la constitution des collections européennes est alimentée en bonne partie par les antiquités provenant de Ruvo qui devient un lieu d’acquisition majeur, juste après Naples. Ruvo di Puglia, ancien centre peucétien, doit sa notoriété aux nombreuses découvertes de sépultures antiques renfermant de riches mobiliers funéraires, notamment des vases monumentaux décorés de scènes figurées mythologiques. L’étude d’une correspondance manuscrite et inédite entre les frères Giovanni et Giulio Jatta, collectionneurs de Ruvo di Puglia, permet à D. Ventrelli de retracer l’histoire de la constitution de leur collection, tout en soulignant le rôle politique du commerce d’antiquités, ainsi que celui des frères Jatta dans le collectionnisme français, à cette époque.

« Bronzes étrusques du Vsiècle av. n.è. : relectures et mises à jour »

Tête de lion de l’Hermitage (coll. Campana)

Flavia Morandini (Université Bordeaux-Montaigne) a ensuite proposé une analyse stylistique détaillée de deux statues de lions en bronze, attribuées traditionnellement à des ateliers étrusques du Vsiècle av. n.è., mais dont les contextes de productions sont inconnus : la tête de lion conservée au Musée de l’Ermitage et la statue du lion du dinos d’Amandola faisaient partie de collections d’antiquités constituées au cours du XIXsiècle. Au regard du mode de représentation de certaines parties anatomiques (la crinière, les oreilles, les arcades sourcilières), F. Morandini dresse des parallèles avec d’autres productions de la toreutique, ou des scènes figurées, de différentes origines (orientale, grecque, magno-grecque, étrusque). Cependant, en raison de leur caractère unique, certaines pièces de collections citées à titre de comparaison peuvent être difficilement rattachées à un artisanat particulier. Si l’analyse stylistique et iconographique ne permet pas de proposer une attribution culturelle définitive, elle révèle cependant l’intégration de plusieurs traditions artisanales dans la production de ces statues de bronze.

« À propos de la découverte de la Tombe Regolini Galassi : un document inédit des archives Campanari »

L’enquête menée par Julie Labregère (Université François Rabelais de Tours) dans les archives Campanari a permis la découverte d’un document inédit, rédigé par Secondiano Campanari vers le milieu du XIXsiècle, qui relance la question du découvreur originel de la tombe Regolini Galassi (Cerveteri). La note manuscrite de quelques pages s’apparente à un discours ou une plaidoirie qui dénonce l’expropriation dont aurait été victime Pietro Manzi, un archéologue de Civitavecchia possédant quelques concessions de fouilles à Cerveteri, au profit du général Galassi et de l’archiprêtre Regolini à qui l’on doit, dans la version officielle de l’histoire, la découverte de la tombe princière. Si la véracité du témoignage ne peut être prouvée, J. Labregère montre l’intérêt grandissant au XIXsiècle pour les objets étrusques qui alimentaient les collections européennes et les premières expositions, et la course effrénée aux découvertes prestigieuses qui s’ensuivait.

#Résumé. Historiographie et histoire des collections

En s’ancrant dans la première moitié du XIXsiècle, à l’heure où l’archéologie était encore considérée comme une discipline pourvoyeuse de pièces de collections, les communications de D. Ventrelli, F. Morandini et J. Labregère ont montré comment l’histoire du collectionnisme était intimement liée à l’histoire culturelle, politique et économique de l’Italie et de l’Europe. Elles ont aussi mis en évidence l’existence d’une hiérarchie dans les collections d’antiquités puisque seuls certains mobiliers ou assemblages d’objets, jugés exceptionnels, étaient valorisés, exposés et revendus.

#3. Villes des vivants et villes des morts

« La polis grecque coloniale classique : l’exemple de Neapolis »

Plan de la ville grecque de Naples (Campanie)

En réexaminant le dossier de la cité grecque de Neapolis (Naples), Flore Lerosier (Université François Rabelais de Tours et Università degli studi di Salerno) invite à repenser le modèle qui oppose traditionnellement la ville et sa campagne. Elle démontre en effet l’importance de l’espace périurbain (le proasteion) dans la définition de la polis grecque coloniale de Neapolis, puisque celui-ci réunit, aux abords du centre urbain, des activités diverses et variées (agricoles, artisanales, funéraires, religieuses, résidentielles, portuaires) qui en font un centre économique et cultuel. Elle insiste également sur la nécessité d’étudier conjointement les différents espaces qui donnent corps à une cité et son territoire, en se concentrant sur les liens topographiques, socio-économiques et politiques, voire même religieux, qui les unissent.

« Le fait urbain à Mégara Hyblaea et en Sicile aux IVe et IIIsiècles av. n.è., entre Grec hellénistique et Romain républicain »

Mégara Hyblaea (Sicile). La ville hellénistique. Hypothèse de restitution à partir des photographies aériennes et des prospections (dessin H. Tréziny)

À partir des données issues de fouilles le plus souvent anciennes, Frédéric Mège (Aix-Marseille Université) interroge le fait urbain à Mégara Hyblaea et ailleurs en Sicile (Camarine, Morgantina, Monte Iato, Solonte) pour une période mouvementée, comprise entre la fin du Vsiècle et la fin du IIIsiècle av. n.è., qui voit la réoccupation ou la restructuration de cités plus anciennes, voire même la (re)fondation de certaines villes, avant de se conclure par la conquête romaine. Les habitats de cette époque ne sont pas toujours bien documentés, tandis que les plans d’urbanisme suivent parfois le plan de la cité classique à laquelle ils se superposent. C’est en tout cas à cette époque que de nouveaux modèles architecturaux voient le jour, comme dans certaines maisons de Morgantina et Monte Iato, illustrant à travers leurs aménagements luxueux l’adoption d’un nouveau style de vie. Enfin, F. Mège met en évidence les difficultés rencontrées pour dater les monuments et les plans d’urbanisme, et la nécessité de reprendre les recherches sur le terrain.

« Un système égalitaire de sépultures en territoire tarquinien. Typologie et diffusion des tombes à caisson de « type Musarda » entre la fin du IVe et le début du IIIsiècle av. n.è. »

Dans sa présentation portant sur l’architecture funéraire étrusque à la période hellénistique, Edwige Lovergne (Université Paris 1) s’intéresse à la diffusion d’un type particulier de tombes en territoire tarquinien, entre la fin du IVe et le début du IIIsiècle av. n.è. : les tombes à caisson de « type Musarna ».

Musarna (Viterbe, Latium). Tombe « à caisson » (tombe 96)

En dressant une typologie détaillée, elle met en évidence une volonté collective sous-jacente à la création de ces tombes aux modules normés, qui diffèrent des sépultures contemporaines plus conventionnelles et dont la diffusion n’est certainement pas sans lien avec la mutation de la situation politique de Tarquinia, à la veille du dernier conflit contre Rome. Les tombes à caissons de Musarna et ses environs, qui devaient être destinées à des noyaux familiaux réduits puisqu’elles n’accueillaient pas plus de deux défunts, impliquent l’existence d’un système égalitaire au sein du groupe d’utilisateurs, où seule la tombe du guerrier de S. Rosa semble faire exception.

#Résumé. Villes des vivants et villes des morts

Les communications présentées par F. Lerosier, F. Mège et E. Lovergne mettent en évidence la nécessité de mobiliser de nouvelles approches méthodologiques, voire de relancer les recherches sur le terrain, afin de repenser les espaces urbains et funéraires et dépasser les modèles interprétatifs caduques. En Sicile comme en Étrurie méridionale, les IVe et IIIsiècles av. n.è. se présentent aussi comme une période charnière où de nouvelles formes d’occupation du territoire et d’aménagements architecturaux voient le jour : la diffusion des tombes à caisson à Musarna, cité fondée ex nihilo pour asseoir le pouvoir de Tarquinia face à la poussée romaine, reflète un changement majeur dans les modes de représentations funéraires, tandis qu’en Sicile, de nouveaux modèles architecturaux, associés à de nouveaux modes de vie, apparaissent.

 #4. Milieux et espaces

« Occupation de la façade littorale tyrrhénienne de la péninsule italienne de l’âge du Bronze moyen au début du Premier âge du Fer. Étude diachronique »

La côte tyrrhénienne. Occupations aux âges du Bronze et du Fer (carte S. Chevalier)

La communication de Solène Chevalier (EPHE) présente la démarche scientifique et les pistes de réflexions qui s’articulent autour de l’étude des fréquentations anthropiques du littoral tyrrhénien de la péninsule durant la Protohistoire et l’époque archaïque. Cette analyse diachronique et multirégionale repose sur un important corpus de sites, de nature variée, et une typologie fondée sur les caractéristiques géographiques des différents établissements. S. Chevalier propose ensuite une réflexion plus spécifique autour de la notion de « site-satellite », en avançant le concept de « territoires d’interstices », à savoir des espaces qui se constituent à l’interface entre les grandes cités, à l’instar de la Castellina del Marangone (Latium), implantée à mi-chemin entre Tarquinia et Cerveteri. Elle reprend enfin, le dossier de l’économie du sel, à partir des témoignages d’exploitations saunières littorales protohistoriques, et propose une synthèse des indices connus.

« Le littoral du Latium méridional et de la Campanie septentrionale entre le IXe et le IIIsiècle av. n.è. : un paysage propice aux contacts et aux échanges »

Vue du promontoire de Circé sur la côte tyrrhénienne (Latium méridional)

Le thème du littoral en tant qu’espace d’interface entre communautés a été développé par Laura Déchery (EHESS) dans sa présentation portant sur la bande côtière du Latium méridional et de la Campanie septentrionale, entre le Premier âge du Fer et la période romaine. En rappelant les principes de la navigation antique, L. Déchery souligne l’importance de cet espace littoral, rapidement conquis par les Romains, dans les dynamiques d’échanges maritimes et terrestres, tout en insistant sur l’interaction entre les ports et l’arrière-pays. Le paysage, jalonné de refuges naturels et de promontoires, a probablement participé à l’essor des échanges et à la création de ports et de voies de circulation, tout comme la nature lagunaire de la côte qui fournissait un environnement idéal pour l’exploitation du sel. L’exploitation saline des lagunes côtières, qui était également abordée dans la communication précédente pour des périodes plus anciennes, semble être un point clef de l’économie littorale, et une thématique récurrente des études paléo-environnementales.

« Géoarchéologie des embouchures : dynamiques des milieux fluvio-littoraux italiens aux IIe et Ier millénaires av. n.è. »

Ferréol Salomon (University of Southampton) s’est penché sur les dynamiques des milieux fluvio-littoraux italiens à partir de l’exemple de l’embouchure du Tibre.

Le delta du Tibre (Latium)

L’approche géoarchéologique permet en effet de reconstituer la mobilité du trait de côte et du fleuve d’embouchure, mais aussi de s’interroger sur les réponses de ces milieux aux changements anthropo-climatiques. Grâce aux résultats des campagnes de carottages menées dans le secteur d’Ostie, F. Salomon mène une étude régressive pour mettre en évidence les variations importantes de l’embouchure du Tibre et du trait de côte avançant au fil des crues durant les trois millénaires examinés. Il s’attarde plus précisément sur les dynamiques de sédimentation et l’évolution du fleuve au cours du Ier millénaire av. n.è., en précisant qu’une rapide progradation et une migration importante du fleuve se vérifient entre 800 et 500 av. n.è. : la localisation précise de l’embouchure du Tibre à cette période, et donc d’un éventuel port archaïque, n’a donc pas encore été reconnue, mais elle devrait se situer quelque part entre Portus et Ostie.

« Évolution paléoenvironnementale de l’antique lagune de Burano (Capalbio, Toscane, Italie) : résultats préliminaires »

La lagune de Burano (Grosseto, Toscane)

Les problématiques géomorphologiques se retrouvent également au centre du travail de Cécile Vittori (Université de Strasbourg) qui présentait les résultats de la campagne de carottages menées au sud de Cosa, dans la lagune de Burano (Toscane). Après avoir proposé un classement typologique des lagunes, dont la morphologie varie grandement au fil du temps, des changements climatiques et de l’érosion des sols, C. Vittori rappelle qu’un chapelet de lagunes jalonnait le littoral tyrrhénien au Ier millénaire av. n.è., et ce jusqu’aux travaux d’assèchement et de bonification entrepris à la fin du XIXe-début du XXsiècle. Les bioindicateurs des paléoenvironnements lagunaires permettent de restituer l’existence d’une lagune alimentée par deux cours d’eau douce, le torrent Melone à l’est et le Chiarone au sud, et ouverte sur la mer de manière intermittente. Les datations radiocarbones, toujours en attente, devront confirmer la chronologie de ces périodes d’ouverture sur la mer, tout particulièrement au moment de la fondation de la colonie maritime de Cosa.

« Recherches pluridisciplinaires sur la cité hellénistico-romaine de Solonte (Sicile occidentale) »

Giovanni Polizzi (Aix-Marseille Université) a présenté les derniers résultats des recherches menées sur la gestion de l’eau dans la cité hellénistico-romaine de Solonte (Sicile), dans le cadre du projet Hydromed et de sa thèse de doctorat. Solonte, cité fondée par les Phéniciens au VIIsiècle av. n.è., est détruite par Denys l’Ancien au début du IVsiècle, puis refondée vers le milieu du IVsiècle av. n.è., avant de passer sous la domination romaine en 257 av. n.è. La ville hellénistico-romaine est installée sur le mont Catalfano, un relief calcaire-dolomitique dont l’intense fracturation favorise l’infiltration des eaux et l’émergence de remontées hydrothermales. Ce contexte géologique spécifique, couplé aux défenses naturelles qu’offrait le paysage, aurait pu favoriser l’occupation de ce promontoire a priori inhospitalier. L’approvisionnement en eau à Solonte pourrait donc reposer sur l’eau de pluie et les sources souterraines jaillissantes, toutes deux collectées dans des citernes.

Solonte (Sicile). Vue aérienne et localisation des citernes

En tenant compte de la nature géologique des sites de Sicile, ce modèle d’approvisionnement mixte serait peut-être applicable à d’autres cités contemporaines. G. Polizzi rappelle toutefois que l’absence de données stratigraphiques empêche de dater avec précision les structures destinées à la gestion de l’eau. Enfin, il souligne que la monumentalisation de la ville aux IIe et Ier siècles av. n.è. est liée à la volonté d’une élite qui adopte et exhibe un mode de vie grec en pleine période romaine.

#Résumé. Milieux et espaces

Les cinq communications illustrent bien comment l’espace littoral représente un sujet d’étude privilégié dans les travaux (géo)archéologiques qui interrogent les liens réciproques qu’entretenaient les communautés humaines et l’environnement. Grâce à ces présentations, la plupart des thématiques consacrées aux littoraux – la navigation, les paysages, les ressources naturelles, les activités commerciales et productives, les aménagements et modes d’installations – ont pu être abordées. Si des études similaires sont menées actuellement dans la plaine du Pô, pour la péninsule italienne, rares sont les recherches qui portent sur des espaces géographiques plus internes. Enfin, il apparaît que l’étude d’espaces aussi mouvants que les littoraux nécessite l’établissement d’un nouveau protocole d’analyse et implique également un détachement vis-à-vis des modèles établis pour l’arrière-pays.


Compte rendu de la table ronde

Quelle Italie préromaine ?
Autour d’un concept aux définitions plurielles

 

En fin de première journée, une table ronde réunissant l’ensemble des modérateurs présents invitait à questionner le concept d’Italie préromaine, et sa nature plurielle. Il s’agissait également de prendre le contre-pied de l’intitulé donné à ces rencontres pour en faire son autocritique.

Stéphane Verger (EPHE) a commencé par replacer le terme d’« Italie préromaine » dans son contexte historiographique, celui de l’archéologie préhistorique et protohistorique du XIXsiècle, afin de nuancer l’idée d’une dépendance des études sur l’Italie préromaine vis-à-vis de l’historiographie dominante de cette époque, à savoir l’histoire romaine et l’histoire grecque. Stéphane Bourdin (École française de Rome) est revenu quant à lui sur la question du romano-centrisme, rappelant, à juste titre, que la notion de centre, opposée à celle de périphérie, avait beaucoup évolué au cours des recherches. Laurent Haumesser (musée du Louvre) a aussi souligné la nécessité de s’interroger sur l’historiographie et la méthodologie, tout en attirant l’attention sur deux éléments essentiels à la définition de l’Italie préromaine : d’une part, les sources textuelles et la documentation épigraphique – la linguistique fait figure de grande absente de ces rencontres – qui mettent en évidence une pluralité de langues et permettent la caractérisation de groupes ethniques, et d’autre part, les formes et les décors qui constituent depuis le xixe siècle le critère d’identification des cultures matérielles. Il nous invite ainsi à réfléchir au rapport problématique qu’entretiennent culture matérielle et groupe ethnique. Gilles van Heems (Université Lyon 2) a précisé que l’usage de la grammaire comparée à la seconde moitié du XIXsiècle, et les développements de la linguistique, étaient orientés au départ par la recherche de l’origine des peuples. Il a également souligné les dangers de l’emploi de notions linguistiques dans un cadre archéologique : ainsi le terme de koiné (une langue commune utilisée dans l’échange commercial selon la définition de la linguistique) est employé à partir de la seconde moitié du XXsiècle pour désigner des caractéristiques communes qui se retrouvent d’un bout à l’autre de la Méditerranée, et seraient l’expression de liens commerciaux, culturels et idéologiques unissant différentes communautés. Si les échanges entre le monde hellénique et les populations italiques sont désormais bien connus, il convient cependant de se détacher d’une conception trop unilatérale des échanges. D’autre part, les relations entre populations italiques semblent avoir été moins étudiées, malgré des phénomènes d’influences réciproques et des dynamiques communes

Stéphane Verger est ensuite revenu sur la pertinence du cadre chronologique et géographique. Les IVe et IIIsiècles av. n.è., qui marquent la limite chronologique basse de ces rencontres, se présentent en effet comme une période charnière où se cristallise effectivement l’« Italie préromaine », une période marquée par une désurbanisation des territoires et par l’intégration des systèmes tribaux dans les villes. Cette limite chronologique omet donc toute la complexité des derniers siècles avant notre ère, qui font pourtant partie intégrante de cette Italie préromaine. De même, l’espace « italique » semble ne pas faire sens, dans la mesure où certaines caractéristiques culturelles se retrouvent aussi bien en Slovénie qu’en Vénétie, en dehors donc de la péninsule et ses îles.

Le concept d’hybridation a également été questionné et les discussions ont permis de souligner, une nouvelle fois, un problème de définition. Utilisé ou banni, sans être pour autant clairement défini, le terme d’hybridation, tout comme celui d’acculturation ou de métissage culturel, sous-entend l’existence de cultures « pures » qui se seraient mêlées à un moment donné. Si cette vision des choses est irrecevable et dépassée, les échanges lors de la table ronde ont permis de rappeler que certains termes étaient employés par commodité, pour décrire des situations archéologiques complexes.

Ainsi, l’« Italie préromaine » apparaît à son tour comme un concept commode, qui permet de faire l’histoire d’un vaste territoire, débordant des limites géographiques de l’Italie, juste avant l’unification romaine. Cependant, à la suite d’Alessandro Naso (CNR), il semble désormais plus juste d’employer l’expression d’« Italies préromaines » au pluriel (cf. à ce propos aussi : M. Harari, « Histoire et imaginaire des anciennes Italies », dans M. Aberson et al. (dir.), E pluribus unum ?, Bern, 2014, p. 5-18). Ces Italies préromaines rendent en effet davantage compte de la complexité géographique, chronologique et surtout humaine, sur laquelle il conviendrait d’insister sans plus chercher à en définir des limites. Si les travaux scientifiques doivent aujourd’hui incorporer la pluralité de l’Italie préromaine, le domaine académique, qui requiert des cadres géographiques et chronologiques plus stricts, mais aussi certains grands colloques internationaux, qui dissocient une archéologie classique d’une archéologie protohistorique dite « préromaine », semblent encore aller à l’encontre de ce mouvement.


Le bilan des rencontres

Plusieurs pistes de réflexion et de travail sont apparues au cours de ces deux journées. La nécessité d’un retour méthodique sur la documentation semble fondamentale, tout comme la définition d’un protocole d’étude précis. L’exigence méthodologique est au cœur des communications, les jeunes chercheurs revenant sur des données parfois anciennes et cherchant ensuite à dresser des synthèses plus globales, trans-régionales et trans-chronologiques. En effet il apparaît important aujourd’hui de proposer une réflexion à l’échelle du système, de questionner un cadre plus large dans lequel s’insèrent différentes cultures, différentes communautés humaines. À ce sujet, on soulignera aussi une certaine méfiance à l’égard des définitions identitaires et de leurs manifestations matérielles. Les études portant sur les mobilités humaines et la mixité culturelle, décelable à différentes échelles dans la documentation archéologique, montrent bien comment de nouveaux outils et des grilles de lecture renouvelées doivent désormais être convoqués pour appréhender ces situations complexes. Enfin, en portant leur attention sur de vastes périodes chronologiques, plusieurs communications ont mis en exergue la nécessité d’intégrer de manière plus systématique aux travaux les phases de transition et de ruptures, généralement laissées à la marge en raison des découpages chronologiques traditionnels.

En assurant la conclusion de ces rencontres, Laurent Haumesser (musée du Louvre) a pointé le déséquilibre des présentations au profit de l’Italie méridionale, ainsi que l’absence de certaines disciplines, au premier rang desquelles l’épigraphie, la linguistique et la philologie. Ces rencontres ont ainsi permis de rendre compte des tendances de la recherche actuelle, bien qu’il faille aussi considérer que l’appel à communications n’ait peut-être pas atteint les jeunes chercheurs travaillant sur ces domaines d’études. Enfin, en rappelant la commodité des étiquettes pour la définition des phénomènes qui animent la péninsule et ses îles entre la fin du IIet la fin du Ier millénaire av. n.è., L. Haumesser a également souligné que les clivages culturels avaient été dépassés grâce à la définition d’un vaste champ d’études. Ce brassage important a ainsi permis des échanges vivaces et permanents où jeunes chercheurs et chercheurs confirmés ont pu dialoguer de manière bilatérale.

La seconde édition de ces rencontres permettra peut-être de rééquilibrer la représentation des différentes disciplines contribuant à une meilleure connaissance de l’Italie préromaine. Elle tâchera surtout de continuer à faire dialoguer les acteurs de la recherche, ainsi que les espaces et les cultures.


La Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine a pu se tenir grâce au soutien des institutions suivantes :
Campus Condorcet
ED 472 (École Pratique des Hautes Études)
ED 112 (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
UMR 8546. AOrOc
UMR 7041. ArScAn et l’équipe « Archéologie du monde grec archaïque et classique »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *