Capes et agrégation d’histoire 2018, pistes bibliographiques (monde grec) : Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C.

Article mis à jour le 21/4/17. N’hésitez pas à consulter les commentaires et à en ajouter pour compléter la bibliographie.

Plan :

  1. Famille et société en Grande Grèce
  2. Pistes bibliographiques sur le monde grec
  3. Autres informations
  4. Texte officiel

La nouvelle question d’Histoire ancienne pour le concours externe du CAPES et pour concours externe de l’agrégation du second degré s’intitule « Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C. » (voir le texte de présentation officiel en fin d’article, le site eduscol ou télécharger le PDF pour le CAPES ou l’agreg).

Astyanax, sur les genoux d’Andromaque, face à Hector. Cratère apulien v. 370-360 av. J.-C., Museo Jatta di Ruvo.

Si de nombreux ouvrages et articles ont abordé le sujet ces dernières années (notamment en ce qui concerne le statut de l’enfant),  les publications dédiées à l’Italie du sud et à la Sicile sont rares (surtout en français). Aucune monographie synthétique n’étant disponible sur le sujet pour la Grande Grèce, je vous propose ci-après quelques éléments de synthèse et des suggestions de lecture concernant les Grecs d’Italie, ainsi qu’une bibliographie plus vaste sur l’ensemble du monde grec.

Famille et société en Grande Grèce

Amphora with bridal scenes. South Italian, 360 BC-340 BC.

Les relations qu’entretiennent les Grecs avec les autochtones en Italie du sud sont l’un des ingrédients faisant la spécificité de cette région du monde grec (dans Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, Franco de Angelis compare la situation en Sicile grecque avec celle des cités de Grèce). Deux modèles se rencontrent et se mêlent dans certaines zones, notamment par le biais de mariages mixtes. La cohabitation entre populations n’est pas forcément aisée à démontrée, mais plusieurs archéologues ont mis en évidence des indices très convaincants.

Les fouilles d’habitat ont permis quelques découvertes sur le sujet. On peut lire par exemple Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C. ou les actes de Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia. Dans son compte rendu illustré de nombreuses références et synthétisant les problématiques sous-jacentes, Michel Gras regrettait déjà en 1997 les lacunes concernant les lieux d’habitat, un constat renouvelé en 2017 par Olivier de Cazanove dans son introduction au colloque L’archéologie funéraire en Italie du Sud.

Primato Painter – Lekythos with woman and bird. South Italian, c. 340 BC

Ce sont donc les nécropoles qui offrent le meilleur terrain d’observation pour l’étude des sociétés, notamment des structures familiales. La nécropole de Locres, à propos de laquelle Diego Elia a publié un volume très complet en 2010 (Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti), et celle de Métaponte (The Chora of Metaponto : the necropoleis, Volume I), offrent des témoignages complets et précieux pour aborder la question des structures sociales dans le monde grec d’Italie du sud . Pour le milieu indigène, plusieurs publications abordent ponctuellement ces questions : celle de Maurizio Gualtieri à propos de  Roccagloriosa est particulièrement intéressante (Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study).

Ces dernières années, la place des enfants dans la société a fait l’objet d’une attention toute particulière et plusieurs publications abordant au moins partiellement l’Italie du sud en témoignent (voir notamment les actes des tables rondes L’Enfant et la mort dans l’Antiquité qui regroupent de nombreuses contributions susceptibles d’intéresser les candidats, pour l’Italie du sud comme pour d’autres régions, ainsi que  l’ouvrage édité par Ada Cohen et Jeremy B. Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy). Des ouvrages de synthèse sur l’enfance, comme The Oxford Handbook of Childhood and Education in the Classical World ou A Companion to Families in the Greek and Roman Worlds, font ponctuellement appel à la documentation archéologique italiote.

L’étude de l’architecture funéraire et des kleroi a également permis de mettre en évidence qu’il existait une certaine continuité ainsi qu’une valorisation des ancêtres et de la structure familiale. Enfin, plusieurs articles abordent la question de la famille et de sa représentation dans l’iconographie (voir par exemple Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit troyen ou « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation).

  • Carter, The Chora of Metaponto : the necropoleis, 1998.
  • d’Andria, Mannino, Ricerche sulla casa in Magna Grecia e in Sicilia, 1996.  (CR de M. Gras)
  • De Angelis, Archaic and Classical Greek Sicily: A Social and Economic History, 2016.
  • Elia, Locri Epizefiri , VI. nelle case di Ade : la necropoli in contrada Lucifero : nuovi documenti, 2010.
  • Gualtieri, Fourth century B. C. Magna Graecia : a case study, 1993.
  • Russo Tagliente, Edilizia domestica in Apulia e Lucania: ellenizzazione e società nella tipologia abitativa indigena tra VIII e III secolo A.C., 1992.

Pistes bibliographiques sur le monde grec

Parentés dans le monde grec
  • Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, 2004.
  • Bresson et al. (dir.), Parenté et société dans le monde grec de l’Antiquité à l’âge moderne, 2006
  • Damet, La Septième Porte. Les conflits familiaux dans l’Athènes classique, 2012.
  • Damet, « « L’infamille ». Les violences familiales sur la céramique classique entre monstration et occultation », Images Re-vues, 9, 2011. http://imagesrevues.revues.org/1606
  • Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, 2012
  • Gherchanoc, éd., Mères et maternités en Grèce ancienne, Mètis, N.S.11, 2013
  • Gherchanoc, dir., Mères grecques, Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 6 | 2015.  http://mondesanciens.revues.org/1286
  • Prioux, Pouzadoux, « Entre histoires de familles et histoire universelle : liens générationnels, parentés et mariages dans la représentation de la trame temporelle entourant le conflit  troyen », Aitia 4, 2014. http://aitia.revues.org/923
Sur l’enfance dans le monde grec
  • Beaumont, Childhood in Ancient Athens : iconography and social history, 2012.
  • Cohen et Rutter, Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy, 2007.  (Compte rendu de V. Dasen)
  • Crelier, Kinder in Athen im gesellschaftlichen Wandel des 5. Jahrhunderts v. Chr. 2008.
  • Dasen, Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité, 2015.
  • Golden, Children and Childhood in classical Athens, 1990.
  • Grubbs, Parkin, Bell (éd.), The Oxford Handbook of Childhood and Education in the classical world, 2013.
  • Guimier-Sorbets, Morizot (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques, le signalement des tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Athènes, École française d’Athènes, 29-30 mai 2008, 2010.
  • Hermary, Dubois (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 20-22 janvier 2011, 2012.
  • Hübner et Ratzan, Growing Up Fatherless in Antiquity, 2009. 
  • Jouanna, L’Enfant grec au temps de Périclès, 2017.
  • Nenna (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité II. Types de tombes et traitements du corps des enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Alexandrie, Centre d’Études Alexandrines, 12-14 novembre 2009, 2012. 
  • Rawson, A companion to families in the Greek and the Roman World, 2011. 
  • Rühfel, Kinderleben im klassischen Athen. Bilder auf klassischen Vasen, 1984.
  • Seifert, Dazugehören. Kinder in Kulten und Festen von Oikos und Phratrie: Bildanalysen zu attischen Sozialisationsstufen des 6. bis 4. Jahrhunderts v. Chr., 2011.
  • Sommer, Care, socialization and play in Ancient Attica : a developmental childhood archaeological approach, 2015.
  • Voir aussi le prochain numéro des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest : https://abpo.revues.org/ consacré à l’accueil du jeune enfant dans les mondes antiques et médiévaux (avec des articles de Véronique Dasen sur le hochet, de Jérôme Wilgaux sur la « vérité de la parenté » et la reconnaissance paternelle, de Patricia Gaillard-Seux sur l’épilepsie infantile d’Aurélie Damet sur l’eugénisme et la communauté des enfants).

Merci à Aurélie Damet et  Sophie Laribi-Glaudel pour leurs conseils bibliographiques. N’hésitez pas à contribuer en commentant ce billet.

Autres informations

La SoPHAU consacrera son colloque de printemps à ce sujet. Il se tiendra à la Sorbonne le 17 juin 2017.

Les publications liées au sujet de l’agrégation 2014 peuvent apporter de précieuses synthèses et des références bibliographiques. Voir par exemple S. Bouffier (dir.), Les diasporas grecques. Du détroit de Gibraltar à l’Indus (VIIIe s. av. J.-C. à la fin du IIIe s. av. J.-C.) et la bibliographie publiée par la SoPHAU.

Les éditions Ellipse ont déjà annoncé la parution d’un manuel le 22/08/2017 (voir la fiche sur le site de la Fnac).

Sur « Spartakos a lu », un post similaire sur la région du Pont-Euxin : https://spartokos.wordpress.com/2017/03/26/famille-et-societe-dans-le-monde-grec-et-en-italie-du-ve-siecle-av-j-c-au-iie-siecle-av-j-c-1/

apo nécropoleTexte officiel : « Questions d’histoire. Histoire ancienne FAMILLE ET SOCIÉTÉ DANS LE MONDE GREC ET EN ITALIE DU Ve SIÈCLE AV. J.-C. AU IIe SIÈCLE AV. J.-C. »

Concours externe du Capes et Cafep – Capes Section  histoire et géographie / Concours externe de l’agrégation du second degré | Section  histoire, programme de  la session 2018 (question commune)

Cliquez ici pour télécharger le programme en PDF pour le CAPES ou l’AGREG sur le site « Devenir Enseignant« .

De prime abord, la famille apparaît comme un phénomène universel autant qu’évident, alors que les historiens, sociologues et anthropologues ont montré qu’il varie grandement d’une société à l’autre. Même si le libellé de la question fait le choix du singulier pour marquer une référence au concept, les candidats devront donc être
sensibles à la pluralité des modèles familiaux. D’une cité, d’un royaume, d’une culture à l’autre, plusieurs modèles de famille cohabitent, et l’adoption d’une forme de vie familiale particulière n’a pas impliqué l’abandon ou l’exclusion des autres : si la famille royale lagide a adopté le mariage entre frères et sœurs utérins, cette pratique, objet de réprobation ultérieure pour les Romains, ne s’est pas imposée comme norme au sein de la société grecque d’Égypte. Pour autant, le choix de cette question permet d’aborder dans un cadre spatial et chronologique spécifique une structure fondamentale de toutes les sociétés humaines. Au total, il favorise donc chez les candidats, futurs enseignants, une réflexion critique portant sur un concept faussement simple, une étude attentive de corpus documentaires variés et exigeants, ainsi qu’une nécessaire prise de recul historique conduisant à écarter anachronismes et stéréotypes.

En matière d’espace, le libellé fait le choix :

– du « monde grec », c’est-à-dire de l’ensemble formé par la Grèce continentale, les îles, la Grande Grèce, la Sicile, le Pont-Euxin, l’Asie Mineure, le Proche-Orient hellénistique et l’Égypte lagide. La question suit les fluctuations territoriales de cet espace culturel ; centré sur la mer Égée à l’origine, c’est-à-dire sur les cités de Grèce continentale et des îles, agrandi des fondations coloniales en Italie, en Sicile et dans le Pont-Euxin, il s’élargit ensuite au Proche-Orient et à l’Égypte après les conquêtes d’Alexandre le Grand ;

– de l’« Italie », qui doit se comprendre comme la péninsule excluant la plaine du Pô. Elle est évidemment polarisée sur la famille romaine, la seule vraiment connue (avec la famille étrusque) mais cette dimension italienne incite à la replacer dans son contexte régional ; concernant les peuples italiques, il faut noter que les bribes d’information qui nous parvenues sont interprétées à la lumière des structures romaines, ce qui sera très éclairant pour les candidats d’un point de vue méthodologique.

Les bornes chronologiques retenues se réfèrent à des tournants concomitants pour l’histoire générale des deux espaces. Cette séquence de temps, en plus de constituer une époque d’échanges politiques et culturels intenses entre Grecs et Romains, vise à appréhender le sujet sur la longue durée, du début du Ve siècle av. J.-C., avec l’apparition de législations familiales comme le code de Gortyne (480 av. J.-C.), jusqu’à la fin du IIe siècle av. J.-C., moment qui permet l’étude de plusieurs dossiers documentaires essentiels, comme le dossier papyrologique de Dryton (entre 150 et 100 av. J.-C.), pour ce qui est de l’Égypte. Si ce choix recoupe les ruptures politiques classiques que sont les réformes de Clisthène et la fondation de la République romaine jusqu’à l’annexion du royaume de Pergame par Rome et la crise gracquienne, les structures anthropologiques et les mentalités n’épousent pas complètement le tempo, plus rapide, du temps politique. Les candidats doivent garder à l’esprit que les bornes chronologiques relèvent d’un choix méthodologique guidé par la documentation, non d’une « rupture » dans l’évolution des familles grecques et romaines.

La famille au sens actuel du terme se trouve à l’intersection de plusieurs concepts anciens : à l’idée verticale de lignée contenue dans les termes génos ou gens, s’ajoutent les liens matrimoniaux et de parentèle, de clientèle et de dépendance maître-esclave qui constituent l’oikos ou la familia. Elle recoupe plusieurs réalités. Elle est la communauté humaine du mari et de la femme, du père et des enfants, du maître et des esclaves, qui partagent la même nourriture et les mêmes cultes sous l’autorité d’un même tuteur (kyrios, paterfamilias). Mais la famille signifie aussi tous ceux qui sont unis par la parenté (syngeneia, consanguinitas), c’est-à-dire l’ensemble des personnes de même sang, qui ne vivent pas forcément sous le même toit, et également la parentèle par alliance : les rapports sociaux et matrimoniaux créent des liens familiaux, au-delà (et en plus) des liens biologiques. La réflexion doit donc prendre en considération, non pas strictement donc la famille nucléaire, qui est loin d’épuiser les significations des termes grecs ou latins traduits par « famille », mais les relations entre membres de la même maisonnée et membres de la même parentèle. Le sujet englobe toutes les familles, des foyers les plus humbles aux familles royales, en tenant compte des limites et des biais de la documentation, comme de la particularité des questions liées à la transmission des biens ou du pouvoir.

Le cadre géographique vise à prendre en considération à la fois les cités et royaumes faisant partie de la koinè grecque mais également Rome, pour faire émerger les points éventuels de contacts et de dissonance entre plusieurs cultures de l’Antiquité : un modèle de « famille méditerranéenne prémoderne », comme l’avaient défini P. Laslett et le groupe de Cambridge dans les années 1980, peut-il être mis en évidence ? Est-ce qu’un modèle de famille élargie, unissant sous le même toit plusieurs familles conjugales ainsi que des dépendants divers (esclaves, serviteurs, affranchis…) est réellement la forme la plus répandue d’organisation familiale, et est-elle devenue une norme ? Inversement, quels autres types de maisonnée et de parentèles rencontre-t-on dans les sources ?

La question s’intéresse autant à la dimension « privée » de la famille qu’à sa dimension « publique ». Après avoir délimité le cadre de définition juridique et pratique de la famille (parenté, maisonnée, alliance, consanguinité, filiation), ainsi que ses différents modes d’organisation et de renouvellement (mariage, héritage, patrimoine), on pourrait prendre en considération les thèmes suivants :

– famille et cité : l’institution familiale en Grèce classique, selon Aristote (Politique, I) comme Cicéron, est la fraction la plus petite de la cité, qui est formée par la réunion des oikoi. Aristote situe donc la famille entre l’individu et la cité comme une agrégation nécessaire au bon fonctionnement d’une structure politique. La maisonnée ne tient pas uniquement de la vie privée, mais représente une partie de la cité. Vivre dans une communauté civique n’est possible que par l’intermédiaire de la maisonnée, et la famille est la première étape pour l’agrégation de l’individu dans la cité. Cette étape est parfois nécessaire et exclusive, comme à Athènes par exemple, où les enfants mâles issus de couples mixtes sont exclus des fonctions publiques. Au contraire, comme Claude l’expose dans son discours au Sénat de 48, la cité de Rome est fière de s’être constituée en agrégeant des familles venues d’autres cités, dont celle des Claudii, qui ont acquis et transmis la citoyenneté romaine. Les relations entre la famille et les premières subdivisions de la cité et des assemblées civiques (phratrie, tribus, clans familiaux) sont également à prendre en considération dans ce thème ;

– famille et pouvoirs : si la famille est la fraction la plus petite de la cité, elle est aussi un moyen de parvenir au pouvoir dans ce cadre. Quels rôles politiques ou sociaux jouent les familles, qu’est-ce qu’une « grande famille », quelles sont les stratégies familiales pour se maintenir au pouvoir dans les cités oligarchiques ou les royaumes ? Comment une dynastie tyrannique ou royale s’organise pour durer ? Mais aussi, quel individu détient le pouvoir dans une famille, quels mécanismes de pouvoir ou de domination sont à l’œuvre au sein des familles ?

– famille et individu : faire partie d’une famille implique un nombre de devoirs religieux et moraux pour chaque individu, ainsi qu’un certain nombre d’attentes pour maintenir les solidarités familiales. Quels sont les critères d’identité (cultes domestiques, généalogie, mémoire), mais aussi les relations affectives et sexuelles entre les membres d’une famille ? Quels sont les rôles traditionnels confiés à chaque sexe, à chaque âge, à chaque individu en fonction de sa position au sein de la famille ?

– famille et vie économique : le cadre de vie familial, la maison, est également la première des unités de production économique. Comme le définit l’Économique de Xénophon, chaque membre de la maison doit jouer un rôle dans le maintien de la prospérité familiale, garante de la richesse de la cité entière. Comment se structurent et se transmettent les exploitations familiales ? Dans des sociétés oligarchiques comme Rome, où la position sociale et politique est définie par le census, le niveau de fortune de chaque citoyen, comment faire fructifier la fortune familiale pour accéder aux responsabilités politiques, ou simplement pour « tenir son rang » ?

– famille et culture : le contraire de la famille est représenté traditionnellement par l’étranger, le nouveau venu. Avec l’expansion du monde grec, puis de Rome, comment les différents modèles familiaux entrent en contact en Méditerranée, cohabitent, s’excluent ou s’influencent ? Quelles transformations au niveau des sociétés induisent les métissages ? Quelles sont les caractéristiques des familles mixtes, à l’image des familles gréco-égyptiennes en Égypte ? Un « modèle méditerranéen » de famille existe-t-il ?

Les candidats seront attentifs à la diversité des sources disponibles, ainsi qu’à leurs limites. Si la connaissance des sources littéraires (récits, histoire, poésie, théâtre, rhétorique…) et juridiques est indispensable pour traiter l’ensemble de ces thèmes, l’épigraphie et la papyrologie permettent d’appréhender la vie matérielle et quotidienne de familles réelles : la vie familiale grecque n’est pas réductible au mythe des Atrides ni la romaine à la légende de Lucrèce, même si les œuvres des Tragiques ou des moralistes permettent d’appréhender l’univers des rôles et normes familiaux dans l’Athènes classique ou dans la République romaine.


4 réflexions au sujet de « Capes et agrégation d’histoire 2018, pistes bibliographiques (monde grec) : Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle av. J.-C. »

  1. Bonjour,

    Pour le traitement historique, anthropologique et juridique des questions de parenté grecque, plusieurs synthèses et articles sont sortis plus ou moins récemment :

    – J.-B. Bonnard, Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, 2004, 256 p.
    -Alain Bresson et al. (dir.), Parenté et société dans le monde grec de l’Antiquité à l’âge moderne, Actes du colloque international de Volos (19-21 juin 2003), Bordeaux, 2006
    – A. Damet, La Septième Porte. Les conflits familiaux dans l’Athènes classique , Publications de la Sorbonne, 2012.
    – F. Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, Publications de la Sorbonne, Paris, 2012
    – F. Gherchanoc, éd., Mères et maternités en Grèce ancienne, Mètis, N.S.11, 2013, 144 p., avec J.-B. Bonnard.
    – F. Gherchanoc, dir., Mères grecques, Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 6 | 2015. URL : ttp://mondesanciens.revues.org/1286

    Pour compléter la bibliographie suggérée par S. Laribi-Glaudel, Le prochain numéro des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest sera consacré à l’accueil du jeune enfant dans les mondes antiques et médiévaux, et contiendra notamment des articles de Véronique Dasen sur le hochet, de Jérôme Wilgaux sur la « vérité de la parenté » et la reconnaissance paternelle, de Patricia Gaillard-Seux sur l’épilepsie infantile (et un article sur l’eugénisme et la communauté des enfants que j’ai écrit).

    1. Merci beaucoup ! L’article vient d’être enrichi d’une section « bibliographie ». N’hésitez pas à me tenir au courant pour la sortie du prochain numéro des Annales de Bretagne.

  2. Une liste succincte qui vise uniquement à donner quelques pistes de réflexion sur la question de l’enfance en Grèce ancienne :

    Dasen, V., 2015, Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité.

    Sommer, M., 2015, Care, socialization and play in Ancient Attica : a developmental childhood archaeological approach.

    Grubbs, J.E., Parkin, T.G., Bell, R., (éd.), 2013, The Oxford Handbook of Childhood and Education in the classical world.

    Beaumont, L., 2012, Childhood in Ancient Athens : iconography and social history.

    Rawson,B., 2011, A companion to families in the Greek and the Roman Worlds.

    Seifert, M., 2011, Dazugehören. Kinder in Kulten und Festen von Oikos und Phratrie : Bildanalysen zu attischen Sozialisationsstufen des 6. bis 4. Jahrhunderts v. Chr.

    Cohen, A., Rutter, J.B., Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy, Hesperia Supplement 41.

    Crelier, M.-C., 2008, Kinder in Athen im gesellschaftlichen Wandel des 5. Jahrhunderts v. Chr.

    Golden, M., 1990, Children and Childhood in classical Athens.

    Rühfel, H., 1984, Kinderleben im klassischen Athen. Bilder auf klassischen Vasen.

    1. Merci Sophie Laribi-Glaudel pour ces pistes bibliographiques supplémentaires très intéressantes ! L’article a été mis à jour avec des liens supplémentaires pour consulter certains ouvrages en ligne ou lire des comptes-rendus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *